MENU
Accueil > Dossiers > Les films de la honte > #LesFilmsDeLaHonte : dégivrons Jack Frost

#LesFilmsDeLaHonte : dégivrons Jack Frost

Chaque semaine, les rédacteurs de CinéSérie vous font partager l’un de leurs pires films préférés. Aujourd’hui, c’est au tour de Jack Frost de Troy Miller d’être décongelé et servi réchauffé.

Souvenez-vous… En 1999, le film fantastique Jack Frost signé Troy Miller sortait dans nos salles obscures. Michael Keaton y campait Jack Frost, chanteur vedette d’un groupe de musiciens. Pour se faire pardonner ses absences répétées, notre homme décidait de construire à l’approche de Noël un bonhomme de neige avec son fils Charlie (Joseph Cross). Jack offrait par ailleurs un harmonica magique au petit garçon, afin qu’ils puissent communiquer à distance. De nouveau appelé par son travail, Jack repartait et mourrait dans un accident de voiture. Un an plus tard, Charlie, inconsolable, rendait hommage à son père en sculptant un bonhomme de neige à son effigie et jouait quelques notes de son harmonica magique. Le lendemain, le miracle se produisit : Jack ressuscitait sous les traits d’un bonhomme de neige avec son écharpe et son chapeau en accessoires, histoire d’être bien reconnaissable…

Une intrigue complètement givrée

Quoi de mieux que de décongeler Jack Frost avec toute la neige tombée ces jours passés ? Si ce film vous a à l’époque refroidis, nous vous conseillons vivement de le revoir d’un autre œil. De quoi vous filer des hallucinations en imaginant les bonhommes poudreux déambuler et parler à leur guise. Autant Olaf était, dans l’esprit des enfants, vivant grâce aux pouvoirs de La Reine des Neiges, autant Jack Frost ressuscite de façon quelque peu obscure. S’il nous suffisait de jouer de la flûte ou de l’harmonica pour ramener à la vie les êtres chers qui s’en sont allés, nul doute que le monde n’aurait de cesse de vibrer en musique.

Le film avait en tous les cas de quoi titiller notre corde sensible, tant l’amour du fils était puissant. Si puissant qu’il parvenait à ressusciter son père parti trop tôt… Pour autant Frost ne revenait pas non plus en chair et en os, cela eut été trop beau. Feu le sang chaud et bonjour l’étreinte glaciale en résumé. Kelly Preston incarnait Gabby, la mère de Charlie, et Mark Addy le meilleur ami de Jack et second chanteur de son groupe, Mac MacArthur. Il devenait une figure paternelle pour Charlie à la disparition de son père et épousait en seconde noce sa mère… De quoi faire fondre de jalousie celui dont la véritable apparence s’en est allée.

Un bonhomme de neige so cool

Au-delà d’avoir la possibilité d’obtenir une seconde chance auprès de son fils, Michael Keaton réincarné en bonhomme de neige était plus fun que jamais. Entre bataille de boules de neige, accolade gelée mais rassurante, régime express en luge et formes féminines obtenues en moins de deux, Jack Frost nous faisait craquer comme la glace un soir d’été. Ou comme le givre en hiver, c’est au choix. Quoi qu’il en soit nous étions tantôt rouges de honte, tantôt blancs comme neige, d’à ce point sourire face à un bonhomme de neige animé.

Honte sur nous d’avoir eu la larme à l’œil à l’heure où le bonhomme givré décidait de s’en retourner, sachant qu’une fois l’hiver achevé, il ne pourrait survivre aux températures estivales. Honte ou pas toutefois, car bien que le film ait fait beaucoup parler de lui en mal, il a au moins eu le mérite de nous toucher. Ce n’est pas tous les jours que les fantômes se glissent dans la peau d’un amas neigeux !

Toujours plus de folklore

Allégorie de l’hiver, Jack Frost est pour rappel un personnage folklorique issu de la culture anglo-saxonne. C’est à lui que nous devons nos mains et pieds gelés en hiver, ce en dépit d’un équipement adéquat. Souvent dépeint comme un petit elfe, il est rapide, espiègle et doté d’un caractère d’enfant. Depuis le début du XXe siècle, la figure parfois déclinée en une version plus sinistre a colonisé la littérature, le cinéma (le film d’animation DreamWorks Les Cinq légendes), la télévision, les chansons mais également les jeux vidéo (dans la série Megami Tensei).

En effet, Jack Frost peut se révéler dangereux et geler les gens sur place. Si le message n’a pas été suffisamment clair, retenez seulement que « quand on le cherche on le trouve, le petit nerveux neigeux »… Mister Winter peut également avoir le swag via des cheveux blancs, des yeux bleus perçants et de la glace sur ses vêtements. En mode super-héros, il peut produire de l’air glacial, de la neige ou du verglas sur commande. Son âme d’artiste le pousse par ailleurs à créer de magnifiques sculptures en givre sur la terre, les plantes et les fenêtres.

Jack Frost dans « Les cinq légendes » (2012) de Peter Ramsey.

Jack Frost en veux-tu en voilà

Dès 1923, un court métrage fut consacré à Jack Frost, suivi d’un second en 1934. Vint ensuite un film soviétique intitulé Morozko (Jack Frost aux Etats-Unis), sorti en 1964. Le film était inspiré d’un conte traditionnel russe où une jeune fille devait épouser le Gel (Morozko). En 1979, les fans de la figure hivernale eurent droit à un téléfilm d’animation musicale. Et au-delà du film dont nous parlons aujourd’hui, c’est un an auparavant que sortait la comédie horrifique de série Z Jack Frost signée Michael Cooney, avec une suite proposée en 2000. Jack Frost y était présenté comme un criminel sadique à souhait.

Concernant notre Jack Frost signé Troy Miller, rappelons que le film a majoritairement essuyé des critiques négatives. Le projet a demandé un budget de 85 millions de dollars et a seulement rapporté 7 millions de dollars lors de son premier week-end. Jack Frost sauva toutefois l’honneur en rapportant finalement 345 millions de dollars aux États-Unis. Il n’en demeure pas moins un échec au box-office… Rotten Tomatoes a par exemple donné la note de 20% sur 55 critiques tandis que Roger Ebert n’a délivré qu’une étoile sur cinq. Le journaliste américain avait alors écrit :

Il est possible que les employés de Jim Henson (marionnettiste créateur du Muppet Show) et d’Industrial Light and Magic ont joint leur efforts pour créer la créature la plus repoussante de l’histoire des effets spéciaux, et je n’oublie pas la poupée Chucky ou l’intestin du désert de Star Wars.

Vous concernant, qu’avez-vous pensé de notre héros givré ? Ridiculement mal fait ou crédible à souhait ?  

Voir aussi

Killing Eve : La bande-annonce de la saison 2 est arrivée

Le thriller féminin "Killing Eve" aura été une des sensations de l'année 2018. La seconde saison ne va plus trop tarder à arriver et la BBC dévoile la première bande-annonce, où Villanelle, disparue dans la nature, revient dans le viseur de l'enquêtrice Eve, pour une nouvelle confrontation à venir.

Exprimez vous !

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis