ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

#LesFilmsDeLaHonte : la loose géniale de Quatre garçons pleins d’avenir

Chaque mois, les rédacteurs de CinéSéries partagent l’un de leurs pires films préférés. Aujourd’hui, c’est au tour de la comédie française sooooo 90's : Quatre garçons pleins d'avenir. Un film qui sous ses airs de comédie fauchée qui ne vole pas haut, est en fait absolument culte !

Qu’il est bon ce souvenir des années 1990 en France. Une vraie mine d’or pour la musique et le cinéma, parfois à l’image de l’élégance vestimentaire qui caractérise cette décennie. Pour vous en convaincre, il n’y a qu’à (re)voir le génial Quatre garçons pleins d’avenir. Dès son générique d’intro sous fond de Billy ze Kick qui, avec Paniac, chante ces mots qui résonnent encore : "Les années 90 / Sont inscrites sur mon front / Je suis un spécimen / Victime de mon temps". Exactement ce qui caractérise cette comédie française sur une bande de potes losers qui, durant 24 heures, nous emmène de soirée ratée en soirée ratée avant de terminer dans les couloirs de fac.

En effet, ces quatre garçons, Arnaud, Axel, Johan et Bretling, joués respectivement par Olivier BrocheriouStéphan Guérin-TilliéOlivier Sitruk et Eric Berger, sont étudiants en droit à la fac d’Air-en-Provence. Et tous viennent de passer leurs épreuves. Sauf qu’Arnaud, en dépit d’une vraie bonne volonté, a raté pour la troisième fois consécutifs son examen de passage en seconde année. Déprimé au possible, et au bout du rouleau alors que sa colocataire nimpho le considère comme son frère et que son voisin le force à grimper sur les toits pour retrouver son chat, il peut heureusement compter sur ses copains pour lui remonter le moral en tunant sa caisse et en y ajoutant un klaxon de la Cucaracha.

Un casting culte, comme ses répliques

Dès lors Quatre garçons pleins d’avenir enchaîne les situations absurdes mais hilarantes, et surtout prend un malin plaisir à mettre en scène des visages bien connus dans des rôles improbables. On trouve ainsi Patrick Sébastien dans le rôle du voisin bourrin qui tantôt violente ce pauvre Arnaud, tantôt se montre un peu trop doux. On retiendra de lui cette réplique géniale : « Fais le chat ! Plus fort, c’est pas un pédé mon chat ! ». Ah les années 1990…

#LesFilmsDeLaHonte : la loose géniale de Quatre garçons plein d’avenir

Mais il n’est pas le seul à vendre du rêve dans ce film de Jean-Paul Lilienfeld, puisque Thierry Lhermitte apparaît en commissaire/racketeur habillé en santiags, et que Roland Giraud se retrouve avec une rave improvisée chez lui, traumatisé d’avoir vu des jeunes à crête faire fumer son chien.

Evidemment, Quatre garçons pleins d’avenir pourrait être une comédie moyenne comme une autre, filmée à l’arrache et bien marquée par son époque. Sauf qu’en réalité, derrière son culte de la loose, elle en devient forcément attendrissante. Avec le pauvre Arnaud qui s’en prend plein la gueule et ses potes qui ne sont pas non plus des tombeurs, mais qui n’ont qu’un objectif final : séduire les filles qu’ils peuvent croiser. Et puis une fois qu’on a vu le film, il faut admettre que ses dialogues sont parfaitement écrits, et que chaque réplique a de quoi être aussi culte que celles des Bronzés ou du Père Noël est une ordure. Pour vous faire une idée, vous pouvez toujours faire un tour sur Youtube où de nombreuses scènes sont disponibles, ou simplement regarder la bande-annonce en une de l’article.