MENU
Accueil > Dossiers > Pourquoi j’aime regarder Friends en boucle depuis 15 ans

Pourquoi j’aime regarder Friends en boucle depuis 15 ans

Arrêtée depuis 2004, « Friends » a fait les beaux jours de la télévision américaine pendant dix ans. Dix ans durant lesquels on a suivi et vu évoluer six amis new yorkais : Ross, Rachel, Chandler, Monica, Phoebe et Joey. Pour nombre d’entre nous, ces six personnages ont dépassé le stade de simples rôles de série. Ils sont devenus au fil du temps des compagnons de route, disponibles à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, pour nous remonter le moral, nous faire rire, ou simplement nous faire du bien. Je vais vous expliquer aujourd’hui pourquoi, quinze ans après l’arrêt de la série, je ne peux pas m’empêcher de les reconvoquer en permanence dans mon salon.

Si vous avez souhaité lire cet article, c’est que vous vous êtes probablement reconnu dans le titre. J’ai remarqué, au fil des années, que nous étions nombreux à fréquemment nous relancer dans l’intégrale de Friends, à un rythme plus ou moins élevé. Dans mon cas, je peux dire que je revois toutes les saisons environ une fois par an, et ce depuis l’arrêt de la série en 2004. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Celui qui avait du mal

Mon histoire d’amour avec Friends avait pourtant assez mal commencé. À l’époque où la série était diffusée à la télévision française, et que tous mes amis la regardaient en rentrant chez eux le soir, j’y étais complètement imperméable. Pire encore, je ne comprenais pas comment cette série pouvait avoir autant de succès. Il faut dire qu’à l’époque (au début des années 2000), les programmes étaient diffusés en français, et que je n’accrochais ni à l’humour, ni aux voix françaises. La révélation arriva quelques mois plus tard, lorsqu’un professeur d’anglais bien inspiré décida de diffuser à toute la classe un épisode de Friends en VOSTfr.

Celui qui tombait amoureux

En visionnant pour la première fois Friends en version originale sous-titrée, j’avais l’impression de découvrir une série totalement différente de l’idée que je m’en étais faite. Non, ça n’était pas une simple sitcom américaine aux rires enregistrés. C’était une série incroyablement bien écrite, bien interprétée, et surtout bourrée de personnages attachants. Suite à cette épiphanie, je décidai d’acquérir les coffrets DVD des saisons précédentes et de me laisser embarquer au Central Perk en compagnie de mes nouveaux amis qui allaient devenir de véritables piliers. Aujourd’hui, je peux également assurer que j’ai réellement appris l’anglais grâce à Friends.

Celui qui était accro

Au début des années 2000, le terme « binge watching » n’avait pas encore fait son apparition, mais beaucoup l’appliquait déjà, moi y compris. Une grande partie de mon adolescence n’a ainsi consisté qu’à enchaîner les épisodes de Friends dans ma chambre.

J’aimais la maladresse attachante de Chandler, la naïveté de Rachel, la détermination de Monica, les chansons loufoques de Phoebe, le romantisme de Ross et la gentillesse de Joey. J’aimais la façon dont chacun impactait la vie de l’autre, j’aimais les voir discuter de leurs existences autour d’un café au Central Perk. Je crois qu’à cette période là, ils représentaient pour moi le fantasme d’une future vie d’adulte idéale. Je les voyais comme des points de repère d’une période que j’avais encore du mal à définir dans mon esprit. À l’époque, je m’identifiais énormément au personnage de Rachel, la jeune femme couvée par ses parents qui décidait de s’émanciper et débarquait à New York la fleur au fusil. Son parcours, même semé d’embûches, me laissait penser que la vie d’adulte n’était peut-être pas simple mais qu’elle était jalonnée d’innombrables joies, avec, quoi qu’il arrive, un regard bienveillant toujours posé sur soi.

Petit à petit, saisons après saisons, ces six amis devenaient « mes » amis. Je ressentais l’envie et le besoin de les retrouver, et je comprenais alors enfin pourquoi autant de gens faisaient la même chose que moi, chaque soir devant leur TV.

Celui qui se rappelait

J’ai pu suivre « en direct » les trois dernières saisons de Friends. C’était la première fois que j’assistais à l’arrêt d’une série à laquelle j’étais très attachée. Je me rappelle de la diffusion des deux ultimes épisodes un soir de mai 2004, et de l’impression d’avoir perdu pour toujours une bande de potes avec laquelle j’aimais passer du temps. J’en avais même pleuré.

Mais avec l’intégrale de la série sortie quelques mois après, j’ai très vite pu les retrouver. Depuis, il ne se déroule pas une année sans que je ne me refasse l’intégrale de la série, comme une tradition que je ne pourrai pas manquer.

Je commence souvent ce marathon à l’arrivée de l’hiver, quand le froid commence à taper sur le moral et nous donne des envies d’hibernation. Les retrouver le soir dans mon salon me permet de déconnecter totalement de la réalité, et m’offre une sensation de bien-être immédiate, comme un enfant qui retrouverait son doudou après une journée d’école.

Car oui, après des années, Friends est devenue ma « série doudou ». Elle m’apaise dans toutes les situations désagréables : quand je suis triste, quand je suis malade, quand je me retrouve dans une période charnière de ma vie, quand je suis angoissée. Elle représente finalement un repère, qui ne vieillira jamais, qui ne s’en ira jamais. Ce qui s’avère terriblement rassurant.

Lorsque je voyage dans un pays étranger, il m’arrive même parfois de regarder quelques épisodes pour me sentir « comme à la maison » (on ne remerciera d’ailleurs jamais assez Netflix d’avoir mis à disposition l’intégrale sur sa plateforme).

Bien sûr, après des années de visionnage, je connais toutes les répliques par cœur, mais j’arrive encore à me laisser surprendre par un détail, ou une blague qui m’avaient jusqu’alors échappés. Preuve de l’incroyable travail d’écriture de ses scénaristes.

En devenant adulte, j’ai également vécu certains épisodes d’une manière totalement différente, et je continuerai certainement d’éprouver cela au fur et à mesure de mon existence. C’est également pour cela que je prends plaisir à revoir cette série d’années en années, car elle fait aussi écho à diverses périodes de ma vie, comme un album photo qui raviverait des souvenirs.

N’hésitez pas à me dire en commentaires quelle relation vous entretenez avec Friends, ou si vous ressentez un attachement similaire à une autre série (ou film).

De mon côté, avec la chute des températures, je vais très vite lancer mon nouveau marathon…

Voir aussi

Ryan Murphy recycle ses acteurs pour sa nouvelle série Ratched

On ne change pas une équipe qui gagne. Fidèle à ce précepte, Ryan Murphy a recruté ses acteurs fétiches pour la série Netflix "Ratched". Finn Wittrock, Jon Jon Briones et Sarah Paulson seront au casting de cette fiction qui suivra le parcours d’une infirmière très inquiétante pour ne pas dire totalement psychopathe.

17 commentaires

  1. « Car oui, après des années, Friends est devenue ma « série doudou ». Elle m’apaise dans toutes les situations désagréables : quand je suis triste, quand je suis malade, quand je me retrouve dans une période charnière de ma vie, quand je suis angoissée. Elle représente finalement un repère, qui ne vieillira jamais, qui ne s’en ira jamais. Ce qui s’avère terriblement rassurant. »
    Wow! je n’avais jamais réussie a m’expliquer aussi bien le sentiment que j’ai ré-écouter Friends moi aussi! Merci!

    • Merci beaucoup ! J’ai l’impression que nous sommes nombreux à ressentir ça, et je suis contente si j’ai réussi à poser les bons mots sur cette sensation 🙂

  2. Tu as parfaitement résumé mon attachement à Friends et je me retrouve parfaitement dans ta description. Si ce n’est que j’adore depuis le début et que je la revois peut être deux par an et un épisode par ci et par là en fonction du moral. Merci à toi et merci à Friends d’être devenue ma série doudou.

  3. Merci beaucoup ! Moi aussi ça m’arrive de regarder un épisode par ci par là 🙂

  4. Je suis d accord qu’en revoyant les épisodes à différentes étapes de sa vie, ya des moments d épisodes qui résonnent plus en soi. Aussi avec mon anglais qui s’est perfectionné y’a des blagues que je découvre maintenant et j adore ces surprises !

  5. Tout pareil ! Je streamais le dernier épisode sans attendre la traduction. J’ai perfectionné mon anglais grâce à eux ! Et quel déchirement que le tout dernier épisode….. C’est ma fille à qui j’ai passé le relais qui rentre dans la boucle…

  6. Mon plus beau cadeau fut le coffret DVD de l intégrale.moi aussi je me refais les 10 saisons malgres que je les connais par coeur.ca me manque de trop alors je revisionne encore et encore.contente qu’il n y a pas que moi

  7. J’aurai pu écrire cet article tellement j’ai le même sentiment. Je la regarde en boucle depuis des années. C’est ma série doudou aussi. Je la mets toujours en fond quand j’ai envie de faire une sieste, comme un doudou dont je ne saurais me passer.
    Je trouve toujours de nous choses qui me font rire.
    Friends me rassure, c’est ma constante dans ma vie 🙂

  8. Oui c’est une série attachante qui vieillit bien, malgré la triste sensation que cette époque la est révolue puisque qu’on préfère la regarder sur un ecran que de partager des moments entre amis. Belle époque ou les gens apprenaient à se connaître par le dialogue et la vie en communauté plutôt que par le virtuel. D’ailleurs profiter en bien car Netflix devrait être contraint de le retirer début 2019 en raison de droit d’auteur.

  9. C’est EXACTEMENT CA. Perso je regarde tous les soir spour m’endormir et je fais ca en boucle depuis 10ans. C’est une serie qui me rend heureuse et qui est confortable et rassurante car jamais trop tragique. Je me suis retrouvé dans differentes situations et ca a pu m’aider parfois dans des questionnements que j’avais dans la vie. La serie aborde tous les themes de la vie. Friends forever.

  10. Bonjour.
    Perso, à l’époque où ça passait à la télé, j’avais pas vraiment accroché. De temps à autre je regardais un passage mais sans plus.
    Puis j’ai eu envie d’acheter la série, il y a 2 ans et au détour d’une super promotion je me suis laissée tentée. J’ai depuis regardé une première fois en VF et maintenant je fini la saison 10 en VO! Ça y est je suis accro!
    Même près de 25 ans après sa création, je trouve cette série très juste! Les personnages bien que « caricaturaux » sont tous attachants et j’aimerai avoir des amis comme eux!

  11. J’adore le personnages y sont attachants et c’est tellement… oui c est ça… doudou !
    Je l’ai fait découvrir à ma fille de 10 ans il y a 1 an environ… et elle adore je trouve ça génial de lui transmettre cette passion. Je lui ai fait decouvrir aussi Buffy, Angel et Bones… Oui oui elle adore !

  12. j’étais un peu trop petite quand friends passait à la télé, je trouvais ça marrant mais sans plus. c’est plutot vers 2011 alors agé de 23 ans que j’ai découvert la complexité de la série. J’ai depuis regardé plusieurs fois toutes les saisons..tellement que maintenant friends me sert de contine pour m’endormir…je connais tous les épisodes bien trop bien ^^

  13. Je peux te comprendre. Je ressent la même chose pour la saga Harry Potter que je revoit tout les ans. Cette saga m’a marqué mon enfance.
    Pour revenir à Friends, j’ai commencé cette série pour la première fois cette été et j’ai très vite devenu accro à ce sitcom. A l’heure que j’écris ce commentaire, ça fait 4 mois que je l’a regarde (je suis actuellement à la fin de la saison 7) et si vous demandez pourquoi je mets du temps pour la mater c’est justement j’ai pas envie de la finir. Je suis pas prêt pour la fin. Comme tu dis on a l’impression qu’on fait partir de cette « bande » et j’ai pas envie de dire adieu à Monica, Chandler, Ross, Rachel, Joey et Phoebe.
    PS : Justement je faisais une recherche sur Friends et je suis tomber sur ton article et ce site et du coup j’aime votre site et j’ai liké votre page Facebook pour recevoir les news ciné et séries. Il est très intéressant ce site 😉

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis