ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Skins : trois choses que vous ne saviez pas sur la série

La série de notre adolescence

Skins : trois choses que vous ne saviez pas sur la série

Chaque semaine, CinéSéries.com revient sur des secrets d’une série culte. On s’intéresse aujourd’hui à "Skins", la série anglaise qui changea le regard des téléspectateurs sur les adolescents au milieu des années 2000.

C'est quoi Skins ?

Au milieu des années 2000 on découvrait la jeunesse sous un autre jour. Bien loin des shows américains qui la précède, et avant le phénomène EuphoriaSkins montrait le quotidien des jeunes de manière crue. Les mettant en scène dans des soirées où l'alcool et les drogues sont des banalités, tout comme le sexe. Si les thématiques ne sont pas forcément révolutionnaires, elles restent extrêmement fortes et variées. La série évoque l'alcoolisme, la dépression, le deuil ou encore l'anorexie. De plus, l'approche visuelle (avec des interprètes très jeunes) et le ton marquent véritablement les spectateurs. Voici trois anecdotes sur la série.

Les origines de Skins

Skins a été créée par Jamie Brittain et son père Bryan Elsley. Mais l'idée de départ vient du jeune homme, lorsqu'il n'avait encore que 15 ans. Quelques années plus tard et alors âgé d'une vingtaine d'années, il présenta le concept à son père lors d'un petit-déjeuner. Ni une ni deux, celui-ci, qui était scénariste pour la télévision, en parla à la chaîne anglaise E4. Et en moins de 24 heures ils avaient le feu vert.

Jamie Brittain a donc commencé à développer davantage son histoire. Pour cela, il s'est basé en partie sur sa propre vie. Ainsi, le personnage de Sid est inspiré de Jamie Brittain, et le père de ce garçon est inspiré de Bryan Esley. Par la suite, un autre membre de la famille est venu participer à l'écriture de Skins, Jess Brittain, la sœur de Jamie.

Skins
Skins ©E4

Né en 1985, Jamie Brittain n'avait que 22 ans lorsque Skins commença sa diffusion. De manière générale, c'est toute l'équipe de scénaristes qui était assez jeune, ayant en moyenne la vingtaine. Parmi les écrivains, l'un s'est fait remarquer devant la caméra par la suite. Il s'agit de Daniel Kaluuya. S'il a explosé en 2017 avec Get Out, il eu l'occasion de participer dix ans auparavant à Skins. On le retrouve certes dans le rôle de Posh Kenneth, mais il est également crédité comme scénariste pour l'épisode 8 de la saison 2 et l'épisode 3 de la saison 3.

Tout le monde n'a pas enchaîné les succès après

Daniel Kaluuya n'est peut-être pas celui dont on se souvient le plus dans Skins. Et pourtant il fait partie des quelques-uns qui ont eu depuis une carrière notable. À ses côtés, on mettra une bonne partie du casting de la première génération : Nicholas Hoult (saga X-Men), Hannah Murray (Detroit, Game of Thrones), Dev Patel (Slumdog Millionaire) et Kaya Scodelario (saga Le Labyrinthe) en tête. Dans une moindre mesure on pourrait mettre Joe Dempsie pour sa participation à Game of Throne. Du reste, on retiendra seulement de la seconde génération Jack O'Connell (Invincible), et de la troisième génération Freya Mavor (La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil) et Jessica Sula (Scream, Split).

Pour les autres, ce fut surtout des productions anglaises inédites en France ou des rôles trop secondaires pour rester dans les mémoires.

Ce hasard qui a tout changé pour Kaya Scodelario et la série

Kaya Scodelario, qui joue Effy, est la plus présente dans la série. Et ce, bien que le casting fut renouvelé toutes les deux saisons. Elle, a pu être quasiment dans chaque saison de Skins. Elle a ainsi un rôle secondaire dans les deux premières saisons avant de mener le show dans les saisons 3 et 4. Puis, même si elle n'est plus là pour les saisons 5 et 6, elle revient pour deux épisodes spéciaux de la saison 7. Une saison composée de six épisodes : deux sur Effy, deux sur Cassie et deux sur Cook.

Skins
Skins ©E4

Evidemment, tout aurait probablement été différent si la comédienne n'avait pas été prise. Il faut dire qu'à la base ce n'était pas gagné. La jeune fille était âgée de 14 ans et fit croire qu'elle en avait 16 pour passer l'audition. De plus, prise de panique au moment de passer, sorti et alla fumer une cigarette en songeant à partir. Par hasard, Brian Elsley la repéra. Il la convainc alors d'aller jusqu'au bout. Une bonne chose car rien ne dit que l'attachement des spectateurs envers Effy aurait été le même avec une autre actrice. Et quand on sait que Kaya Scodelario a vécu pendant un an une romance avec son partenaire de jeu Jack O'Connell, on se dit que beaucoup de choses résultent finalement d'une simple pause cigarette.

Skins est disponible sur Netflix.

 

Voir aussi

Zéro sur Netflix : c'est quoi cette série de super-héros made in Italie ?

Zéro sur Netflix : c'est quoi cette série de super-héros made in Italie ?

L'Italie nous offre une série de super-héros intitulée "Zéro", créée par Roberto Marchionni, le scénariste de "On l'appelle Jeeg Robot". La saison 1 est disponible dès le 21 avril sur Netflix.