Massacre à la tronçonneuse : le classement des films de la franchise

Il y a eu du bon, et du moins bon

Massacre à la tronçonneuse : le classement des films de la franchise

À l'occasion de la sortie de "Massacre à la tronçonneuse" sur Netflix, retour sur une franchise majeure du cinéma d'horreur qui n'a pas toujours donné des bonnes choses. Remake, préquels ou encore suites, tout a été fait autour de Leatherface. Découvrez ci-dessous notre classement, du plus mauvais film au meilleur.

8 - Massacre à la tronçonneuse : La Nouvelle Génération (1994)

Comme les sagas Halloween, Vendredi 13 ou Freddy, Massacre à la tronçonneuse a aussi eu des suites totalement dispensables qui n'ont aucune autre ambition que d'aller chercher quelques billets supplémentaires. Ce quatrième épisode signé Kim Henkel en est l'exemple parfait (avec le 3, dont on reparlera très vite). Rien n'amuse dans ce slasher bancal, qui n'a pas une idée originale à ajouter à la mythologie et qui, surtout, se manque intégralement au niveau de sa famille de dégénérés. À la limite, le film peut valoir le coup pour voir un Matthew McConaughey en roue libre dans l'un de ses premiers rôles ou une Renée Zellweger elle aussi au début de sa carrière.

Massacre à la tronçonneuse : La Nouvelle Génération
Massacre à la tronçonneuse : La Nouvelle Génération ©Columbia Tristar

7 - Leatherface (2017)

Une dizaine d'années après Massacre à la tronçonneuse : Le Commencement, un autre préquel a vu le jour avec Leatherface. Projet plutôt intéressant car porté par deux Français Alexandre Bustillo et Julien Maury. Or, le duo a vécu une expérience douloureuse en faisant face à des producteurs récalcitrants. En conséquence, le film est une véritable catastrophe dans laquelle la vision des metteurs en scène n'apparaît jamais distinctement. Pire, le traitement de Leatherface est indigne de cette figure monumentale du cinéma d'horreur. Nul doute que le résultat aurait été plus notable si les deux Français avaient pu déballer leurs idées...

Leatherface
Leatherface ©Metropolitan FilmExport

6 - Texas Chainsaw 3D (2013)

Si on a pu trouver des motifs de satisfaction dans le remake et le préquel, Massacre à la tronçonneuse s'est loupé avec son écart 3D-esque. L'affaire commence pourtant avec quelques arguments en se raccrochant au film original. Mais une fois les 10 premières minutes de ce Texas Chainsaw 3D, on assiste à un spectacle désincarné qui ressemble formellement à n'importe quel slasher lambda. Alors, oui, voir Leatherface jeter une tronçonneuse sur quelqu'un, c'est amusant. Tout comme peuvent l'être quelques scènes gores. Mais il faut traverser un film à l'écriture grossière pour en profiter, et au bout du compte, pour assister à une fin qui aurait mérité de ponctuer un développement plus attrayant.

Texas Chainsaw 3D
Texas Chainsaw 3D ©Metropolitan FilmExport

5 - Leatherface : Massacre à la tronçonneuse 3 (1990)

Après deux films, Tobe Hooper n'est plus à bord. Et autant dire que cela se ressent sur le résultat final de Massacre à la tronçonneuse 3 ! Cette seconde suite fait drastiquement baisser le niveau par rapport aux deux premiers volets qui avaient tous quelque chose de singulier à proposer. Là, bien que l'on ressente les marqueurs habituels de l'univers, tout a moins d'impact. Pour la première fois, Massacre à la tronçonneuse tombe dans une logique de cinéma d'exploitation et, tout comme Leatherface, ce film a subit des turbulences à cause du comportement intrusif de New Line. En résulte un opus bancal dans lequel se ballade Viggo Mortensen dans ses premières années d'acteur.

Leatherface : Massacre à la tronçonneuse 3
Leatherface : Massacre à la tronçonneuse 3 ©New Line Cinema

4 - Massacre à la tronçonneuse : Le Commencement (2007)

Le remake de Massacre à la tronçonneuse a fait apparaître une nouvelle timeline. Ainsi, Le Commencement, se positionne comme un préquel, pour explorer les origines de Leatherface. Une note d’intention pas inintéressante qui, comme avec le Halloween de Rob Zombie, exploite le seul angle de tir véritablement viable pour éviter la redite. Le film de Jonathan Liebesman apporte donc quelques éléments intéressants à la mythologie, même s’il perd de facto en intérêt en n’étant pas lié directement au travail de Tobe Hooper.

Massacre à la tronçonnneuse : Le commencement
Massacre à la tronçonnneuse : Le commencement ©Metropolitan FilmExport

Cette histoire d’origines reste tout de même bien inférieure au remake de Marcus Niespel, tombant d’ailleurs dans une forme de répétition avec des situations déjà mieux exploitées en 2003. On retrouve avec plaisir R. Lee Ermey en shérif sadique mais, cette fois, il n’étonne pas par rapport à sa précédente apparition. En résumé, Le Commencement est un film d’horreur correct, avec une fin nihiliste qui lui permet de se démarquer.

3 - Massacre à la tronçonneuse 2 (1986)

En 1986, Tobe Hooper rempile avec Massacre à la tronçonneuse 2. Cette suite a la bonne idée de chercher à être autre chose que l'original. Ce dernier contenait une part d'humour noir et ce second opus décide d'exploiter cette veine plus distinctement, avec vigueur. Dès la première scène, on comprend que Tobe Hooper ne cherche plus à nous effrayer. Plus grand-guignolesque, plus débridé, plus foutraque, ce prolongement parvient à créer de l'inconfort d'une manière un peu différente. Pour le coup, Leatherface se fait complètement voler la vedette par l'inquiétant Bill Moseley (que l'on reverra plus tard chez Rob Zombie, telle une évidence) au crâne répugnant. On adore aussi cette suite pour la performance de Dennis Hopper, qui montre qu'il sait manier lui aussi la tronçonneuse.

Massacre à la tronçonneuse 2
Massacre à la tronçonneuse 2 ©UGC Distribution

2 - Massacre à la tronçonneuse (2004)

Dans les années 2000, le cinéma d’horreur a connu une vague de remakes. Massacre à la tronçonneuse n’a pas échappé à une relecture et, s’il y avait des légitimes raisons de craindre un ratage, il s’avère que le résultat est hautement respectable. Marcus Niespel n’égale évidemment pas l’original mais il ne lui fait pas déshonneur. Le film se distingue de celui de Tobe Hooper avec davantage de gore tout en restant dans les pas de son modèle en nous plaçant dans un sentiment d’inconfort.

Massacre à la tronçonneuse
Massacre à la tronçonneuse ©Metropolitan FilmExport

On apprécie aussi qu'il ne se présente pas comme un vulgaire copier-coller sur le plan narratif, avec quelques différences bien senties. La nouvelle version de Leatherface ne démérite pas bien que l'on retienne surtout la performance folle de R. Lee Ermey en shérif Hoyt. Ce Massacre à la tronçonneuse se range sans problème aux côtés de La Colline a des yeux d’Alexandre Aja dans la catégorie des remakes réussis de la vague des années 2000.

1 - Massacre à la tronçonneuse (1982)

Tout a déjà été dit sur ce sommet de terreur qu'est Massacre à la tronçonneuse. Œuvre sulfureuse qui tire sa réputation du sentiment de malaise qu'il provoque plutôt que de sa violence graphique. Tobe Hooper donne naissance à une figure culte du cinéma d'horreur avec cette petite pellicule fauchée. Le film nous aspire dès ses premières secondes dans un pur cauchemar, sous l'écrasant soleil du Texas. Le réalisateur américain a la faculté de fabriquer des images fortes, comme dans cette ouverture saisissante sur une tombe profanée ou encore lors de la fin qui participe grandement au pouvoir d'attraction de Leatherface.

Massacre à la tronçonneuse
Massacre à la tronçonneuse ©TF1

Si sa sortie controversée relève aujourd'hui de l'anecdote, on comprend aisément que le film ait pu déranger à l'époque de sa sortie. L'approche filmique nerveuse et fiévreuse tranche avec ce que le genre proposait jusqu'alors. On a depuis vu tant de films élever le niveau en matière de violence mais peu sont ceux qui ont autant créé la stupéfaction que Massacre à la tronçonneuse.

Et pour ce qui est du Massacre à la tronçonneuse de 2022, retrouvez ici notre avis.

 

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...