America : l'histoire des USA revisitée avec humour sur Netflix

"Ding dong, it's America, motherf*cker !"

La nouvelle production du duo Chris Miller/Phil Lord sur Netflix va s'attaquer une période charnière de l'histoire des États-Unis. Dans "America : le film", il sera question de la Révolution américaine revue et corrigée. La première bande-annonce donne le ton.

America : la Révolution américaine comme vous ne l'avez jamais vue

Quelques semaines après Les Mitchell contre les machines, une autre production de Chris Miller et Phil Lord s'apprête à débarquer sur la plateforme. Le 30 juin prochain, nous pourrons découvrir America : le film. Un long-métrage en animation qui promet d'être déjanté.

Réalisé par Matt Thompson, il va nous offrir une vision décalée de l'histoire des USA. En effet, son sujet est la Révolution américaine. Un affrontement entre les colonies d'Amérique du Nord et la Grande-Bretagne, dont l'issue a été la naissance des États-Unis lors de la seconde partie des années 1700. Un événement majeur, que l'on découvrira sous un nouvel angle, en version revue et corrigée. Connaissant les deux producteurs, on attend rien de moins que quelque chose de drôle, d'inventif et d'irrévérencieux.

America : le film
America : le film ©Netflix

Un premier aperçu survolté

On comprend à quoi nous avons à faire quand on voit la première bande-annonce (en une d'article) et que George Washington débarque en lançant "Ding dong, it's America, motherf*cker !"

Le premier président des États-Unis sera bien le héros principal d'America. C'est lui qui mènera les hostilités pour venir à bout du camp anglais, accompagné par son ami Sam Adams, un buveur de bières, et d'autres alliés hauts en couleur, dont Thomas Edinson et Geronimo. George Washington va s'illustrer avec deux lames greffées aux avants-bras. Voilà l'une des idées folles proposées par ce film. La bande-annonce en met d'autres en avant, y compris la constitution d'une sorte d'équipe de super-héros portant les couleurs du pays. Channing Tatum a accepté de prêter sa voix à George Washington et le reste du casting vocal se compose de Simon Pegg, Judy Greer, Bobby Moynihan, Amber Nash, Matt Yates, Andy Samberg et Raoul Max Trujillo.

Visuellement, America ne sera pas une claque et ne compte même pas s'aventurer sur le terrain du photoréalisme. Au contraire, on a un film d'animation qui assume sa direction artistique simple mais efficace. Ce n'est pas là-dessus que l'on veut juger le résultat final, mais plutôt sur sa capacité à être une comédie pour adultes qui dépote.

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.