'Au bistro du coin' doublé en six langues régionales

Un long-métrage doublé en six langues régionales, Au bistro du coin, a été présenté dans sa version bretonne lundi à Rennes avant sa sortie nationale simultanée le 16 mars en alsacien, ch'ti, corse, créole et occitan.

"Je pense que c'est une expérience unique et j'espère qu'elle suscitera les vocations", a indiqué le producteur Sébastien Fechner, précisant n'avoir "demandé à aucun des acteurs de se doubler lui-même, parce qu'on tenait à ce que la prononciation et l'accent, dans chacune des langues, soient les plus authentiques possibles".

Le film réalisé par Charles Nemes raconte le montage d'un spectacle musical qui se prépare "au bistro du coin", dans un quartier parisien, en hommage à un clochard surnommé Jean Valjean, récemment décédé.

Tout le quartier défilera alors au bistro de Manu (Fred Testot) pour les préparatifs, notamment Bertrand (Guy Lecluyse), le patron du pressing, le commissaire Vasarelli (Stephan Wojtowicz), Fanny (Frédérique Bel) la crépière, Jules (Vincent Lacoste) le tout jeune musicien, Victor (Eddy Mitchell).

Dans cet univers où tout le monde se connaît, Bruno Solo campe le personnage d'un vétérinaire, en rupture manifeste avec son épouse.

Chronique douce-amère de la vie d'un quartier, "au bistro du coin" évoque avec humour et tendresse des personnages du quotidien dans une ambiance conviviale typique des bistros en France.

La version bretonne a bénéficié pour le doublage d'un soutien de 30.500 euros de la part du conseil régional de Bretagne.

=> Toutes les infos sur Au Bistro du coin

(21 Février 2011 - Afp)

© 2011 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

 

Voir aussi

La Maison : Ana Girardot et Anissa Bonnefont nous racontent les coulisses du drame sulfureux

La Maison : Ana Girardot et Anissa Bonnefont nous racontent les coulisses du drame sulfureux

Ana Girardot est une jeune écrivaine qui souhaite écrire sur les maisons closes dans "La Maison", et qui décide d'en intégrer une à Berlin pour son ouvrage. La comédienne, sa partenaire Aure Atika et la réalisatrice Anissa Bonnefont nous ont parlé de cette adaptation de l'ouvrage d'Emma Becker au Festival de Saint-Jean-de-Luz.