Avatar 2 : James Cameron explique pourquoi il a retiré 10 minutes du film

Avatar 2 : James Cameron explique pourquoi il a retiré 10 minutes du film

Alors qu'"Avatar : La Voie de l'eau" cartonne au cinéma, James Cameron continue de livrer des détails sur sa conception. Le réalisateur a récemment expliqué avoir coupé certaines scènes jugées trop violentes.

Avatar 2 : déjà le milliard de dollars

Treize ans après la sortie du premier opus, le cinéaste James Cameron est de retour dans l'univers de Pandora avec Avatar : La Voie de l'eau. Le réalisateur canadien continue de raconter les aventures de la famille Sully et leur affrontement contre les envahisseurs terriens. Sorti le 14 décembre dernier, Avatar 2 a suscité un énorme engouement et une unanimité quasi totale auprès de la presse comme des spectateurs, qui le considèrent encore plus réussi que le premier volet.

Avatar : La Voie de l'eau
Neytiri (Zoe Saldana) - Avatar : La Voie de l'eau ©20th Century Studios

En seulement deux semaines d'exploitation, Avatar : La Voie de l'eau vient tout juste de dépasser la barre du milliard de dollars de recettes au box-office. Et tandis que son exploitation ne fait que commencer, la question est de savoir s'il battra le record de son prédécesseur et ses 2,9 milliards de dollars de recettes à travers le monde.

Une violence réduite

Lors d'une récente interview avec Esquire Middle East, James Cameron s'est arrêté sur la violence d'Avatar : La Voie de l'eau. Le cinéaste a en effet proposé une violence légèrement plus graphique que dans le premier volet. Le cinéaste a révélé au média américain que son long-métrage aurait même pu durer 10 minutes de plus s'il n'avait pas enlevé certaines séquences qu'il jugeait trop violentes. Il a notamment expliqué que les scènes avec des armes à feu l'intéressent beaucoup moins qu'avant. Il a donc préféré supprimer cet élément de son film, notamment à cause des tueries récurrentes qui surviennent aux États-Unis et des lois liées au port d'armes :

En fait, j'ai coupé environ 10 minutes du film centrées sur de l'action liée aux armes à feu. Je voulais me débarrasser d'une partie de la laideur, trouver un équilibre entre la lumière et l'obscurité. Vous devez avoir un conflit, bien sûr. La violence et l'action ne sont pas la même chose, selon la façon dont vous la regardez. C'est le dilemme de tout réalisateur d'action, et je suis connu comme un réalisateur d'action.

Avatar : La Voie de l'eau
Avatar : La Voie de l'eau ©20th Century Studios

Un Terminator différent

James Cameron est également revenu sur l'utilisation des armes à feu dans certains de ses précédents films. Il a souligné qu'aujourd'hui, si c'était à refaire, il n'aurait pas le même rapport aux armes à feu :

Je repense à certains films que j'ai faits et je ne sais pas si je voudrais les refaire de la même façon maintenant. Je ne sais pas si je voudrais fétichiser le pistolet, comme je l'ai fait dans quelques-uns de mes films comme Terminator il y a plus de 30 ans. Ce qui se passe avec les armes à feu dans notre société me retourne l'estomac. Je suis heureux de vivre en Nouvelle-Zélande où ils viennent d'interdire tous les fusils d'assaut après cette horrible fusillade dans une mosquée il y a quelques années.

Terminator
Terminator ©MGM

Une déclaration qui fait écho à une précédente intervention du cinéaste dans le podcast Smartless. Dans celui-ci, il a expliqué que s'il devait refaire Terminator, il ne le mettrait pas en scène de la même façon :

Si je devais faire un autre film Terminator et peut-être essayer de lancer à nouveau cette franchise, ce qui est en discussion, je me concentrerais beaucoup plus sur le côté IA.

Avatar : La Voie de l'eau, avec Sam Worthington, Sigourney Weaver, Stephen Lang et Zoe Saldana, est à découvrir dans les salles obscures depuis le 14 décembre dernier.

 

Voir aussi

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela Anderson dévoile une partie de ses archives personnelles dans "Pamela, a love story". Un documentaire disponible sur la plateforme Netflix, que la star préfère ne pas regarder.