Batman : on a classé tous les films du Chevalier Noir

Batman dans tous ses états

Batman : on a classé tous les films du Chevalier Noir

L'univers de Batman ne cesse d'alimenter la passion des lecteurs de comics et des cinéphiles. Depuis 1966 et le film avec Adam West, le Chevalier Noir n'a plus quitté le grand écran. Avec la sortie en grande pompe de "The Batman", il est plus que temps de faire un classement des longs-métrages consacrés au super-héros DC.

11) Batman & Robin

C'est incontestablement le pire film de toute la licence Batman. Réalisé par Joel Schumacher en 1997, c'est la risée de l'univers de l'homme chauve-souris. Après un Batman Forever qui a divisé les fans et les critiques, la Warner confie de nouveau la réalisation de Batman & Robin à Joel Schumacher. Sur le papier, le projet avait de quoi être excitant, notamment grâce à un casting hallucinant, composé de stars internationales de l'époque.

Arnold Schwarzenegger incarnait Mister Freeze, Chris O'Donnell campait Robin, Uma Thurman jouait Poison Ivy, et surtout George Clooney devenait le nouveau Batman. Et puis, pour la première fois, l'histoire mettait sur le devant de la scène Batgirl, qui n'avait jusqu'à présent pas eu de place dans les adaptations cinématographiques.

Batman & Robin
Batman & Robin ©Warner Bros

Mais le résultat, on le connaît tous. Batman & Robin est un navet, un film terriblement kitch et affreusement ridicule. Le scénario est bâclé, les scènes d'action sont risibles, les décors sont en carton pâte, les couleurs fluo détruisent les yeux, les dialogues sont débiles et les costumes sont burlesques. Les comédiens sont en sur-jeu permanent et les personnages sont terriblement caricaturaux. C'est simple, Joel Schumacher est comme retourné en 1966 à l'époque d'Adam West.

Ce Batman & Robin est un échec total, qui sidère les fans du Chevalier Noir. Côté box-office, le long-métrage n'a rapporté que 238 millions de dollars de recettes (pour un budget de 125 millions), ce qui a enterré le projet de suite : Batman Unchained. Le ridicule ne tue pas, mais il amoche quand même beaucoup !

10) Batman

Retour en 1966, où Leslie H. Martinson décide d'adapter la série culte avec Adam West en format long. Le comédien, star du show, est de retour dans la peau de Batman. Burt Ward reprend le rôle de Robin tandis que le grand Cesar Romero offre une prestation marquante dans la peau du Joker. Alors, certes, aujourd'hui, ce Batman a pris un sacré coup de vieux, et est indéniablement obsolète.

Batman
Batman ©Warner Bros

Mais à l'époque, le long-métrage était une joyeuse adaptation de la série, davantage orientée pour un jeune public. Et oui, dans les années 1960, les comics s'adressaient à la jeunesse et n'étaient alors pas aussi sombres et sérieux qu'aujourd'hui. Ce Batman est donc un film à l'image de son temps. Une œuvre aujourd'hui profondément kitch et totalement désuète, qui peut encore cependant être appréciée au second degré.

9) Batman Forever

Avant de saccager l'univers Batman avec Batman & Robin, Joel Schumacher a mis en scène Batman Forever. Sorti en 1995, le film n'est pas spécialement apprécié des fans, mais il avait fait parler de lui. À l'époque, Val Kilmer est choisi pour endosser le rôle de Batman. L'occasion pour lui d'affronter deux ennemis emblématiques : Double-Face incarné par Tommy Lee Jones et l'Homme-mystère campé par l'inimitable Jim Carrey.

Batman Forever
Bruce Wayne (George Clooney) - Batman Forever ©Warner Bros

Batman Forever a surtout marqué les esprits par l'interprétation excentrique de Jim Carrey. Ce dernier, en roue libre, a offert une prestation qui se rapprochait plus du Joker que de l'Homme-mystère. Mais encore une fois, le comédien était une attraction à lui tout seul. Pour autant, Batman Forever, tout comme son successeur, est une œuvre terriblement kitch, et à des années-lumières de la vision sombre et gothique de Tim Burton.

8) Lego Batman, Le film

Après le succès de La Grande Aventure Lego, la Warner a décidé de dériver le concept avec un film Lego Batman. Sorti en 2015, et réalisé par Chris McKay, la proposition est un grand huit généreux mais éreintant. Le cinéaste tourne totalement en dérision l'univers de Batman et s'adresse davantage aux fans hardcore qu'au grand public. Film bruyant, coloré et excentrique, il est à déconseiller aux épileptiques.

Lego Batman, Le Film
Lego Batman, Le Film ©Warner Bros

Très sympathique dans sa première partie, ponctué de nombreuses références aux films du Chevalier Noir, à l'univers DC et plus largement à l'univers de Warner Bros., le long-métrage s'enferme par la suite dans un blockbuster plus classique et assez asphyxiant.

7) Batman, le Défi

Après le succès de son premier Batman, Tim Burton revient derrière la caméra en 1992 pour mettre en scène Batman, le DéfiMichael Keaton y endosse pour la deuxième fois le costume de Batman, et se retrouve confronté au Pingouin, incarné par l'inoubliable Danny DeVito. Le reste du casting se compose de Michelle Pfeiffer en Catwoman, Christopher Walken en Max Shreck ou encore Michael Murphy dans le rôle du maire de Gotham City.

Un casting aux petits oignons pour une suite qui s'inscrit dans la droite lignée du premier film. Beaucoup considèrent d'ailleurs le film comme une suite plus réussie que l'original. Il faut dire que Tim Burton crée de nouveau un univers gothique personnel et marquant, qui sied parfaitement au Chevalier Noir.

Batman, le Défi
Batman, le Défi ©Warner Bros

Pourtant, l'absence de Jack Nicholson se fait sentir, et le long-métrage ne parvient finalement pas à totalement se démarquer du premier opus. Quant à Michelle Pfeiffer, elle campe une Catwoman bruyante, caricaturale au possible et globalement insupportable. Si le film propose quelques éléments visuels impressionnants, il pèche cependant par des personnages secondaires décevants.

6) Batman Begins

En 2005, Christopher Nolan récupère les rênes de la franchise. Après une tentative inaboutie de Darren Aronofsky, le réalisateur de Memento s'apprête à emmener Batman vers des horizons inédits. Batman Begins est sans doute l'opus le moins réussi de la trilogie, notamment à cause d'une introduction, et surtout d'un final en dessous du reste de la saga. Mais Christopher Nolan a l'intelligence de prendre Christian Bale dans la peau du Chevalier Noir. Si sur le papier le comédien n'a pas forcément la tête de l'emploi, il parvient à offrir une identité inoubliable au personnage.

Batman Begins
Bruce Wayne (Christian Bale) - Batman Begins ©Warner Bros

Le milieu du film, notamment, est une leçon d'écriture et de mise en scène, tant Christopher Nolan distille une précision de tous les instants. Et même si, clairement, Begins est le plus faible de la trilogie, il demeure une introduction solide et impressionnante à une trilogie aujourd'hui immensément culte.

5) The Dark Knight Rises

En 2012, Christopher Nolan vient conclut sa trilogie sur Batman. Le décès prématuré de Heath Ledger change ses plans et l'oblige à remodeler son scénario. Il décide alors de se pencher sur Bane, l'un des pires ennemis du justicier. Du haut de ses 2h44, The Dark Knigh Rises est une conclusion impressionnante mais inégale.

The Dark Knight Rises
Bruce Wayne (Christian Bale) - The Dark Knight Rises ©Warner Bros

Après une première heure et demie fascinante qui décrit un super-héros blessé, fatigué, obligé de rempiler alors qu'il n'est pas prêt, Christopher Nolan s’enferme dans une deuxième partie beaucoup plus classique. Le cinéaste étire ses séquences d'action et entre dans une boulimie visuelle parfois difficile à digérer. En ressort un blockbuster éreintant, interminable mais qui peut compter sur un casting impressionnant, Tom Hardy en tête !

4) Batman V Superman : L'Aube de la Justice

Il s'agit sans doute de la représentation de Batman la plus sous-estimée. Pourtant, devant la caméra de Zack Snyder, le comédien Ben Affleck est extrêmement convaincant dans la peau de Bruce Wayne/Batman. Sorti en 2016, Batman V Superman s'ancre dans le DC Extended Universe. Zack Snyder en profite pour mettre en scène une confrontation titanesque contre Superman. Le cinéaste, en plus d'offrir des images visuellement renversantes, dresse une mythologie passionnante et savoureuse sur la notion de super-héros, d'une manière presque religieuse.

Batman v Superman
Batman v Superman ©Warner Bros

Batman V Superman c'est la confrontation entre la nuit et le jour, entre le faible et le puissant, entre le peuple et le pouvoir, entre l'Homme et le Dieu ! Même si ce long-métrage n'est pas exempt de défauts, il demeure un blockbuster mésestimé, porté par une dimension visuelle hallucinante propre à Zack Snyder. On vous conseille par ailleurs la version longue du métrage.

Quant à Ben Affleck, il est également apparu dans l'armure du super-héros dans Suicide Squad et dans les deux versions de Justice League, et sera prochainement de retour dans The Flash.

3) The Batman

C’est la dernière adaptation en date du célèbre justicier. Sorti le 2 mars 2022, The Batman permet de mettre en lumière un tout nouveau comédien dans les habits du super-héros en la personne de Robert Pattinson. Réalisé par Matt Reeves, le long-métrage ramène sur le devant de la scène un ennemi emblématique de l’homme chauve-souris : L’Homme-mystère. Présent dans Batman Forever et dans la série Gotham, il est cette fois-ci incarné par Paul Dano, qui redonne ses galons à cet antagoniste culte.

The Batman est un mastodonte du genre. Véritable claque cinématographique, le long-métrage propose une mise en contexte absolument hallucinante. Les 15 premières minutes du film sont littéralement à tomber par terre et l’heure et demie qui suit est une leçon de cinéma. Matt Reeves déploie une maîtrise impressionnante pour mettre en scène un Dark Knight inédit, violent, sombre, torturé et ambigu comme jamais ça n’avait été le cas auparavant.

Bruce Wayne (Robert Pattinson) - The Batman
Bruce Wayne (Robert Pattinson) - The Batman ©Warner Bros Pictures

Le cinéaste propose une mise en scène en apesanteur, lancinante, imposante, où notre héros se déplace toujours via des gestes très lents et très lourds, qui contrastent avec une représentation de Bruce Wayne extrêmement fragile. Les séquences d’action, à l’image d’une course-poursuite en voiture grandiose, sont remarquables. Cette première heure et demie est peut-être la plus belle représentation de Batman de toute l’histoire du cinéma.

Malheureusement, la deuxième moitié du film est un peu moins solide. Matt Reeves s’essouffle, et sa mise en scène perd en créativité et en intensité. La faute, aussi, à un scénario assez prévisible. Et c’est cette deuxième partie qui empêche The Batman d’être un immense chef-d’œuvre. Reste que le film de Matt Reeves est une œuvre extrêmement efficace et inédite dans l’imaginaire du Chevalier Noir.

2) Batman

En 1989, des années après la série et le film avec Adam West dans le rôle, Tim Burton récupère la licence et signe l'une des meilleures propositions de tous les temps avec Batman. Michael Keaton obtient le rôle, et propose une interprétation tout en retenue, professionnelle et classe du milliardaire Bruce Wayne. Tim Burton impose son style, son ambiance et son ton résolument gothiques avec énormément d'impact et d'efficacité. Tout respire son univers : les décors, les costumes, la Batmobile, etc...

Batman
Batman ©Warner Bros

Mais la grande force de Batman réside évidemment dans l'incarnation inoubliable de Jack Nicholson dans la peau du Joker. Des années avant la puissance de Heath Ledger, la star de Shining proposait lui aussi une interprétation hallucinante du Prince du Crime, et permettait d'emmener Batman vers d'autres horizons que le simple film de super-héros.

1) The Dark Knight

C'est l'évidence absolue. Comment ne pas conclure ce classement par The Dark Knight ? En 2008, Christopher Nolan signe tout simplement l'un des meilleurs films de super-héros de tous les temps. Chef-d’œuvre incontesté du genre, The Dark Knight est une proposition terriblement sombre du super-héros de DC. Le cinéaste dresse une odyssée violente, menée par la folie incroyable du Joker. Le long-métrage doit évidemment beaucoup à Heath Ledger, légendaire dans la peau du clown démoniaque. Il dresse un portrait de vilain ambigu, manipulateur, intelligent, et tout simplement exceptionnel.

The Dark Knight
Bruce Wayne (Christian Bale) - The Dark Knight ©Warner Bros

La relation qu'il entretient avec le protagoniste est parfaitement représentative de celle des comics. Christopher Nolan offre une mise en scène sombre et théâtrale, et crée une vision réaliste de Gotham. Aidé par la musique imposante de Hans Zimmer, The Dark Knight est le sommet incontestable des films Batman.

 

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...