ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Blade Runner : découvrez la fin alternative empruntée à Shining

Très différente de l'originale

Blade Runner : découvrez la fin alternative empruntée à Shining

Sorti en 1982, « Blade Runner » est un énorme classique du septième art. Réalisé par Ridley Scott, le film est dérivé en au moins 7 versions. L'une d'entre elle comprend une conclusion totalement différente. Découvrez cette fin alternative.

Blade Runner : immense classique

En 1982, trois ans après l'exceptionnel Alien, Ridley Scott est de retour au sommet avec Blade Runner. Un film de science-fiction définitivement culte, qui offre notamment à Harrison Ford l'un de ses plus grands rôles. Ridley Scott met en scène une ville futuriste glauque et un monde dans lequel évolue des Replicants, des robots ultra réalistes qui vivent aux côtés des humains. Le détective Rick Deckard enquête sur une mystérieuse affaire. Aujourd'hui encore, Blade Runner est un monument du septième art, qui continue d'influencer les œuvres de science-fiction modernes. Côté box-office, le film a été une déception et n'a rapporté "que" 41 millions de dollars de recettes. 35 ans après l'original, le cinéaste Denis Villeneuve a mis en scène une suite : Blade Runner 2049.

Blade Runner
Blade Runner ©Warner Bros Studios

Vous l'ignoriez peut-être mais Blade Runner contient pas moins de 7 versions différentes. Ce classique de Ridley Scott adapté du livre de Philip K. Dick a eu une vie compliquée. De sa sortie en salles, à ses multiples variantes vidéos, difficile de tomber sur le Blade Runner originel.

7 versions différentes

  • La première version durait 4h. C'était la director's cut de Ridley Scott. Ce dernier a montré son film à Warner Bros, qui a préféré le remonter. Face aux projections test négatives, Blade Runner a été réduit et modifié. Cette version contient quelques différences, notamment sur la conclusion du film, qui évite toute happy end.
  • La version perdue, d'une durée inconnue, a été montrée en mai 1982 lors d'une unique projection au Cinéma 21 à Los Angeles. Le montage est assez proche de la version sortie en salles à l'exception de trois scènes jamais réutilisées.
  • La version internationale est globalement le même film que celui sorti aux USA à quelques particularités près. Dans le montage européen, le film de Ridley Scott est plus sombre et plus violent. Par exemple, la mort de Tyrell est beaucoup plus graphique.
  • La version TV est diffusée pour la première fois en 1986 sur CBS. La chaîne a remonté le film pour atténuer la violence, la nudité et l'aspect crasseux du métrage. À l'époque, le film était précédé d'un message précisant que Deckard n'était pas un Replicant. Le genre d'information qui permet de gâcher totalement l’œuvre...
Rick Deckard (Harrison Ford) - Blade Runner
Rick Deckard (Harrison Ford) - Blade Runner ©Warner Bros Studios
  • La fausse director's cut. Cette version est sortie en 1992 quand Michael Arick, un spécialiste de la restauration de films, tombe par hasard sur une copie 70mm de Blade Runner. Enchantée par cette découverte, la Warner lance quelques projections à travers le pays. Le studio joue sur un gros coup marketing en affirmant que cette version est la director's cut de Ridley Scott. Sauf que ce dernier contredit le studio, affirmant que cette nouvelle version est très loin de sa propre vision. Face au mécontentement de Ridley Scott, la Warner décide de lancer une véritable director's cut l'année suivante. C'est d'ailleurs Michael Arick qui est chargé de monter le film, aidé par Ridley Scott lui-même.
  • The Final Cut. C'est la version validée par Ridley Scott. Une version remastérisée et dirigée par le cinéaste, qui a retravaillé son film. Ridley Scott a rajouté les plans violents de la version européenne et a re-filmé la mort de Joanna Cassidy. En 1982, cette séquence avait en effet été tournée par une doublure. En 2007, la comédienne est donc de retour dans son costume, et répète les mouvements de sa doublure. Son visage a ensuite été rajouté pour la séquence.

La septième version : la fin alternative de Kubrick

Si vous avez bien compté, il y a une version dont on a pas encore parlé. C'est la version dite « américaine ». Il s'agit de la version originale officielle, celle qui est sortie dans les salles de cinéma en 1982. La grande différence avec la version que vous connaissez concerne la fin. Dans cette interprétation, le long-métrage se conclut sur une happy-end totalement rejetée par Ridley Scott. La Warner, face au dénouement trop sombre de Blade Runner, a préféré mettre en scène une conclusion alternative.

Rick Deckard (Harrison Ford) - Blade Runner
Rick Deckard (Harrison Ford) - Blade Runner ©Warner Bros Studios

Si cette proposition avait été incluse dans quelques jets du scénario, Ridley Scott déteste cette fin. C'est donc le studio qui a ajouté cette séquence, contre son avis. Une conclusion qui va à l'encontre de tout le film, et de toute l'expression de Ridley Scott. Dans cette fin, Deckard et Rachel parviennent à s'enfuir, et quittent la ville pour s’engouffrer dans un univers naturel inattendu. Ainsi, alors que le décor du film montre un univers urbain peu reluisant, et surtout omniprésent, cette conclusion suggère que la nature existe encore, et que les protagonistes peuvent fuir dans un eldorado végétal. Les personnages qui étaient pris au piège pendant toute la durée de l'histoire, trouvent alors une porte de sortie comme par magie...

Une approche sans queue ni tête qui n'a pas ailleurs pas été tournée par Ridley Scott. Cette fin alternative a été montée grâce à des plans non utilisés de Shining sous l'accord de Stanley Kubrick. Une voix off a par la suite été ajoutée pour une meilleure compréhension.

On vous laisse avec cette fin en question :

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.