ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Blade Trinity : Wesley Snipes dément une folle accusation

Blade Trinity : Wesley Snipes dément une folle accusation

Blade aussi violent devant la caméra que dans les coulisses ? C'est ce qu'avait affirmé en 2012 l'acteur Patton Oswalt, qui jouait avec Wesley Snipes dans le film "Blade : Trinity". Huit ans plus tard, l'interprète du chasseur de vampires tient à se défendre et n'y passe pas par quatre chemins.

Blade : Trinity, l'épisode de trop ?

Déjà connu dans les années 90 grâce à des films d'action musclés, Wesley Snipes accède définitivement à la notoriété avec Blade, où il joue un justicier mi-homme, mi-vampire. Par la suite, Wesley Snipes revient en 2002 avec Blade II, réalisé par Guillermo Del Toro. Dépassant les recettes du premier volet, ce second épisode va confirmer que Blade est désormais indissociable de celui qui l'interprète. Toutefois, personne ne s'attendait à ce qui allait suivre.

En effet, Blade : Trinity, troisième et ultime épisode de la saga, voit le jour en 2004. Il est réalisé par David S. Goyer, scénariste des deux précédents volets, et future plume de la saga The Dark Knight. A l'époque, ce dernier volet est seulement le second long-métrage du garçon. Toutefois, il est un scénariste confirmé, en plus d'être un amoureux des comics. Il connaît la saga et ne fera donc pas trop de vagues, faisant en plus confronter Blade au Premier Vampire de l'Histoire, Drake. Seulement, le film est un échec critique et commercial. Jusqu'à aujourd'hui, on ne comprend toujours pas comment ce dernier volet a pu être autant gâché, en comparaison des deux précédents.

Wesley Snipes, tyrannique ?

On sait qu'à l'époque le film a été marqué par de nombreuses tensions sur le tournage, entre Snipes et Goyer. En effet, l'acteur avait été accusé de se comporter comme une diva, ne souhaitant jamais parler au réalisateur, et voulant que toute l'équipe l'appelle Blade sur le plateau.

Peu après le fiasco du film dans les salles, Wesley Snipes avait poursuivi en justice Goyer et New Line Cinema (qui produisait la saga). L'accusation portait sur le fait que son salaire n'avait pas été intégralement versé, qu'il avait été écarté du processus créatif de ce film alors qu'il en était le producteur, et que son temps d'écran avait été réduit par rapport à ses collègues Jessica Biel et Ryan Reynolds.

La tension est montée d'un cran lorsqu'en 2012, Patton Oswalt qui jouait dans le film, a déclaré dans une interview que l'acteur avait eu une grosse altercation avec son metteur en scène, au point de vouloir l'étrangler. Autant dire qu'à l'époque, cette affaire avait fait grand bruit, quand on sait que dans le même temps, Snipes purgeait sa peine de prison pour fraude fiscale !

Huit ans plus tard, l'acteur a pris son temps et a tenu à démentir vigoureusement ces allégations :

Laissez-moi vous dire une chose. Si j'avais essayé d'étrangler David S. Goyer, vous ne me parleriez pas en ce moment. Un homme noir musclé étranglant un réalisateur serait encore en prison, je vous le garantis.

Snipes ne s'est pas arrêté en si bon chemin, face aux accusations d'un acteur "dont il se souvient à peine" :

C'est ce genre de micro-agressions, de défis auxquels nous les Afro-américains devons faire face aux Etats-Unis. La présomption qu'un Blanc peut faire une déclaration et que cette déclaration soit statuée comme vraie ! Pourquoi les gens devraient croire que sa version est vraie ? Parce qu'ils sont prédisposés à croire que l'homme noir est toujours le problème.

Cette affaire est loin d'être terminée, donc.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.