ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Bone Collector : cette astuce pour brouiller les pistes autour de l’identité du tueur

Bone Collector : cette astuce pour brouiller les pistes autour de l’identité du tueur

Denzel Washington et Angelina Jolie traquent un tueur en série qui suit un plan précis dans le thriller "Bone Collector". Pour que les spectateurs fassent fausse route sur l’identité du meurtrier, le réalisateur Phillip Noyce les a orientés vers une autre piste avec une technique anodine, mais qui fonctionne.

Bone Collector : un pur produit des années 90

Après le succès de Le Silence des agneaux et Seven, les studios hollywoodiens misent gros sur les thrillers morbides dans les années 90. Au même titre que Le Collectionneur, Bone Collector est probablement l’un des exemples les plus emblématiques de cette tendance. Cette adaptation du roman Le Désosseur de Jeffery Deaver est signée Phillip Noyce, qui avait connu un joli succès avec le huis-clos nautique Calme Blanc, avant de s’attaquer aux aventures de l’espion Jack Ryan avec Jeux de guerre et Danger Immédiat.

Bone Collector : la technique du réalisateur Phillip Noyce pour brouiller les pistes autour de l'identité du tueur dans le thriller.

Dans Bone Collector, le brillant criminologue Lincoln Rhyme (Denzel Washington), paralysé à la suite d’un accident, enquête depuis sa chambre sur une série de meurtres. Ces derniers sont perpétrés par un assassin qui laisse des indices extrêmement pointus sur les scènes de crime. Pour les déchiffrer, Rhyme est aidé de la jeune policière Amelia Donaghy (Angelina Jolie), qui a découvert le corps de la première victime tout en relevant tous les signes dissimulés par le meurtrier. Ensemble, ils vont tout faire pour avoir un cran d’avance sur un tueur en série qui suit un plan bien précis.

Créer la confusion autour du Bone Collector

Bone Collector repose donc sur la complémentarité entre Angelina Jolie et Denzel Washington. Lors de sortie en 1999, la première est à quelques semaines de crever l’écran dans le drame Une vie volée, qui lui vaudra un Oscar. Le second a déjà remporté la fameuse statuette pour Philadelphia, et a traversé la décennie en jouant dans Glory, Malcolm X, USS Alabama ou encore Le Témoin du mal. Le film met l’accent sur leur respect mutuel qui évolue progressivement en une véritable complicité, alors que le meurtrier qu’ils traquent court toujours les rues.

Bone Collector : la technique du réalisateur Phillip Noyce pour brouiller les pistes autour de l'identité du tueur dans le thriller.

Et comme tout bon thriller de l’époque qui se respecte, les révélations concernant le « désosseur » n’arrivent qu’à la toute fin du film. Les amateurs du genre n'ont donc qu'à guetter les moindres signes pouvant leur dévoiler un indice sur son identité, même si ces derniers ont été biaisés par Phillip Noyce et son équipe.

Pour que les spectateurs se trompent de suspect, Michael Rooker (Les Gardiens de la Galaxie, Mississippi Burning) a tourné plusieurs scènes dans le rôle du tueur masqué. Son personnage, l’exécrable et incompétent capitaine Cheney, n’est pourtant pas à l’origine des horreurs commises avec une précision perverse par le véritable coupable. En revanche, le nom du tueur et ses motivations sont dévoilés dès le générique d’ouverture

 

Voir aussi

Ils : le film d'horreur français s'inspire-t-il d'une histoire vraie ?

Ils : le film d'horreur français s'inspire-t-il d'une histoire vraie ?

Prétendument tiré de faits réels, le film d'horreur "français" pourrait finalement ne pas l'être. On vous dit pourquoi il y a des bonnes raisons de douter de cet argument. Ensuite, libre à chacun de croire l'anecdote qui est à l'origine de cette excellente réalisation de David Moreau et Xavier Palud.