Bradley Cooper agacé par des moqueries à Hollywood

Le respect est mort

Bradley Cooper agacé par des moqueries à Hollywood

Il est indéniable que Bradley Cooper a du talent - ainsi qu'une filmographie bien remplie. Toutefois, le comédien américain n'est pas pour autant épargné par les critiques d'autres membres de l'industrie.

Bradley Cooper, un ariste complet

Il faut reconnaître que Bradley Cooper a presque tout pour plaire. Des performances mémorables de Happiness therapy à Nightmare Alley, un physique avantageux et un goût prononcé pour les langues, dont celle de Molière. Le comédien reçoit nombre de nominations dans de prestigieux festivals, notamment pour le premier long-métrage évoqué, mais aussi grâce à A Star is Born ou encore American Sniper.

Happiness Therapy
Happiness Therapy ©Senator Filmverleih

Mais la star n'est pas seulement nommée dans la catégorie "Meilleur Acteur". Son travail en tant que scénariste, réalisateur mais aussi producteur a bien failli lui valoir quelques prix ! Prochainement, il tournera et jouera le rôle principal de Maestro. Bradley Cooper renoue avec la comédie musicale en proposant ce biopic de Leonard Bernstein, compositeur de légende auquel on doit le monument qu'est West Side Story. Le film s'intéressa à la carrière du mélomane mais aussi à sa vie privée. Marié pendant plus de trente ans à Felicia Montealegre, Bernstein a vécu plusieurs relations homosexuelles, chose dont son épouse était parfaitement consciente. Pour l'occasion, l'acteur-réalisateur dirigera Carey Mulligan et Jeremy Strong.

Des phrases qui font mal

Au micro du podcast SmartLess, le comédien américain a accepté de revenir sur les moqueries les plus humiliantes qu'il a eues dans sa carrière. A titre d'exemple, il narre un incident bien particulier, survenu pendant la fameuse Oscar party - une fête se déroulant juste après la cérémonie. L'acteur se souvient d'une discussion entre un cinéaste, qu'il qualifie de "bon ami", une comédienne et lui-même. Mais quelle n'a pas été sa surprise quand le réalisateur a sorti cette phrase :

Dans quel monde vivons-nous pour que tu aies été nommé sept fois et elle seulement trois ?

Un jugement de valeur peu flatteur qui a profondément blessé Cooper, et on peut le comprendre. Quant à sa réaction, l'acteur se souvient avoir pensé qu'il détestait véritablement ce milieu.

J'étais choqué. J'ai pensé 'Mec, pourquoi es-tu un tel trou du cul ? Je n'oublierai jamais ça. Va te faire foutre !'

Une industrie malsaine ?

Mais attention, Bradley Cooper ne s'arrête pas là dans ses anecdotes. Visiblement déterminé à régler ses comptes, il raconte une autre histoire, survenue une fois encore aux Oscars. Cette fois, c'est avec une comédienne que la tension est montée. La star raconte que cette dernière, qu'il n'avait jamais rencontrée auparavant, s'est avancée vers lui et l'a interpellé avec condescendance.

J'ai vu ton film. Tu mérites cette nom'.

Un terme en effet pompeux que la star n'a pas compris sur le moment. Il a dû faire répéter son interlocutrice afin de saisir le sens de son abréviation (nom' pour nomination). Quelque temps plus tard, Cooper se rappelle avoir recroisé la personne alors qu'il se rendait aux toilettes. L'actrice l'a alors regardé en articulant silencieusement "la nom'". Un comique de répétition douteux qu'il interprète comme une pique. Pour lui, la comédienne insistait sur le terme, indiquant par là même qu'elle l'imaginait très mal remporter la statuette dorée. Un portrait au vitriol du monde du cinéma donc, qui semble bien moins rose ainsi vu de l'intérieur.

 

Voir aussi

Benjamin Voisin (En roue libre) :

Benjamin Voisin (En roue libre) : "Je me demande toujours combien les personnages se mentent à eux-mêmes"

Benjamin Voisin et Marina Foïs se découvrent et prennent la route dans "En roue libre", road movie surprenant et premier long-métrage de Didier Barcelo. Nous les avons rencontrés pour entrer avec eux dans le détail de cette comédie rafraîchissante.