C'était un rendez-vous : 44 ans après, Claude Lelouch tourne le remake - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

C'était un rendez-vous : 44 ans après, Claude Lelouch tourne le remake

C'était un rendez-vous : 44 ans après, Claude Lelouch tourne le remake

Claude Lelouch a tourné le remake de son célèbre "C'était un rendez-vous" à Monaco, avec le pilote de F1 Charles Leclerc au volant d'une Ferrari. Après avoir traversé à folle allure les rues de Paris en 1976, c'est au tour de Monaco de se voir mis en scène par le cinéaste français. Un remake qui sera un hommage, mais peut-être aussi un grand moment de cinéma "automobile".

Le cinéma semble apercevoir le bout du tunnel avec une reprise encadrée des tournages et une réouverture des salles maintenant prévue au 22 juin. Une période compliquée et un peu triste va s'achever, durant laquelle les bonnes nouvelles ont été rares. Mais parmi elles, une initiative de Claude Lelouch a mis du baume au coeur pour ceux qui aiment le cinéma, la vitesse et le fun automobile. En effet, le cinéaste français a décidé de proposer un remake de son très célèbre court-métrage de 1976 C'était un rendez-vous. Le lieu et la voiture ne sont plus les mêmes, mais l'esprit qui l'animait pour traverser Paris à toute vitesse il y a 44 ans est toujours là !

De Paris à Monaco, de Mercedes à Ferrari

Rappel des faits : en 1976, Claude Lelouch s'installe au volant de sa Mercedes 450 SEL à 5h30 du matin, et se lance dans une traversée à très grande vitesse d'un Paris ensommeillé. Un authentique plan-séquence de plus de 8mn entre la Porte Dauphine et les marches du Sacré-Coeur à Montmartre, réalisé en une seule prise et avec une prise de risque maximale. Seule infidélité faite à la réalité, la bande-son originale est remplacée par le bruit d'un moteur de Ferrari, pour ravir encore plus les fans de la chose automobile. Tourné en 35mm avec une caméra fixée au pare-chocs de la voiture, ce court-métrage est un bijou de cinéma et un petit monument pour ce qu'il avait alors de novateur, de risqué et de sauvage, en pure célébration de la liberté et de la débrouille. C'était un rendez-vous, qui se termine sur le pilote de la voiture retrouvant donc son rendez-vous au sommet de Montmartre, a été tourné sans aucune autorisation, ce qui vaudra à Claude Lelouch quelques ennuis avec le préfet de l'époque qui tenta de lui retirer son permis...

Voici pour le film de l'époque. Devenu une référence pour beaucoup d'artistes dans et en dehors du cinéma, on ne s'attendait pas à ce que le court-métrage soit repris par Claude Lelouch lui-même. c'est pourtant bien un remake qu'il a dirigé à Monaco avec le pilote de F1 Charles Leclerc, le dimanche 17 mai 2020 au petit matin. Les rues de la principauté ont été fermées pour l'occasion, et la Mercedes de 1976 a été remplacée par la très récente Ferrari SF90 Stradale. La mise en scène devrait être différente du court-métrage original puisqu'on observe la présence de deux Ferrari, ainsi que des installations de caméra qui suggèrent une multiplicité de plans. Il semblerait aussi que le Prince Albert II de Monaco apparaisse dans le remake...

Les temps sont différents, et on peut raisonnablement penser que ce remake est aussi une opération commerciale pour Ferrari et Monaco. Une manière de braquer les projecteurs sur une Côte d'Azur attristée notamment par l'annulation du Festival de Cannes. Avec le jeune pilote de Ferrari aux commandes du bolide, ce nouveau court-métrage de Claude Lelouch a priori intitulé "Le Grand rendez-vous" promet évidemment de profiter des formidables progrès cinématographiques et automobiles accomplis depuis pour offrir un hommage élégant et contemporain au court-métrage de 1976. La diffusion est prévue au 13 juin, et on a hâte d'y être pour s'installer dans le siège de la Stradale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

2 Guns dimanche 12 juillet sur TF1 : quel duo devait porter le film avant Denzel Washington et Mark Wahlberg ?

2 Guns dimanche 12 juillet sur TF1 : quel duo devait porter le film avant Denzel Washington et Mark Wahlberg ?

Dans "2 Guns", Denzel Washington et Mark Wahlberg incarnent deux agents infiltrés contraints de s’associer pour démanteler un réseau de trafiquants de drogue. Au-delà de ses scènes d’action, le film repose essentiellement sur l’alchimie comique entre ses têtes d’affiche. À l’origine, le long-métrage devait d’ailleurs être porté par un duo bien connu des amateurs de comédies américaines.