Coupez ! : découvrez les coulisses du long plan séquence d'ouverture

Coupez ! : découvrez les coulisses du long plan séquence d'ouverture

Sorti en mai 2022, "Coupez !" est un remake français de "Ne coupez pas !", une comédie horrifique japonaise réalisée par Shin'ichirô Ueda. Comme dans le film d'origine, Michel Hazanavicius débute son long-métrage par un superbe plan séquence. Découvrez comment il a confectionné cette partie absolument géniale du long-métrage.

Coupez ! : le remake français de Ne coupez pas !

En 2018 sort sur le territoire japonais Ne coupez pas !, le premier long-métrage de Shin'ichirô Ueda. Cette œuvre étonnante et déroutante suit les mésaventures d'une équipe de tournage, qui cherche à réaliser un film de zombies en un seul plan séquence.

Découpé en trois parties, le film permet d'immiscer le public au plus près de la création d'un film avec peu de moyens. Œuvre méta, Ne coupez pas ! mélange les genres (comédie, horreur, faux documentaire, found footage), propose des mises en abîme inattendues, et rend un puissant hommage au cinéma indépendant et à sa manière alternative de fabriquer des films. Sorti en 2019 en France, Ne coupez pas ! est une pépite volontairement kitch, presque expérimentale, qui offre notamment un plan séquence hallucinant de 37 minutes comme introduction.

Ne coupez pas !
Ne coupez pas ! © ENBU Seminar, Panpokopina

Face à la singularité de cette œuvre, le cinéaste Michel Hazanavicius (The Artist, OSS 117) a décidé de réaliser un remake en langue française de Ne coupez pas !. Sobrement intitulé Coupez !, le long-métrage, sorti en mai 2022, réunit un casting quatre étoiles notamment composé de Romain Duris, Bérénice Bejo, Grégory Gadebois, Finnegan Oldfield ou encore Jean-Pascal Zadi. Pour rendre hommage au film de Shin'ichirô Ueda, Michel Hazanavicius a décidé de proposer plus ou moins un copier/coller de l’œuvre originelle. Il a même recréé le plan séquence d'ouverture.

Les coulisses de ce fameux plan séquence

De Ne coupez pas !, Michel Hazanavicius a notamment conservé la première partie du long-métrage, avec cette structure en plan séquence, pastiche du film de zombies. Pour s'imprégner du genre, le réalisateur français a revu bon nombre de films de zombies telles que les œuvres du grand George A. Romero. Mais avec Coupez !, le cinéaste voulait surtout rendre hommage au septième art dans son ensemble :

Le film dans son ensemble est aussi et peut-être surtout, un hommage aux gens qui fabriquent des films, les acteurs, les réalisateurs, mais aussi les techniciens, les stagiaires, tout le monde. Un hommage au cinéma en train de se faire, au métier du cinéma, au quotidien.

Finnegan Oldfield et Romain Duris - Coupez !
Finnegan Oldfield et Romain Duris - Coupez ! © Les Films Opale

Ainsi, comme dans le film d'origine, Coupez ! s'ouvre sur un plan séquence de 32 minutes. Un exercice compliqué, mais que Michel Hazanavicius a adoré expérimenter :

Il a été pensé, tourné, exécuté comme un plan-séquence. Je n’ai jamais été obsédé par le plan-séquence comme Gaspar Noé ou Alfonso Cuarón. Ça n’a jamais été mon Graal même si c’est évident que ça a souvent une grande force narrative. J’en ai bien sûr fait quelques uns, mais pour la comédie notamment, j’ai tendance à bien découper pour prendre le meilleur de chaque prise, mettre en valeur les acteurs, maîtriser le rythme, etc… Là, il a fallu se confronter à cet exercice, avec en plus la spécificité que ça ait l’air raté. Evidemment en maîtrisant le ratage, puisqu’il prépare la dernière partie. J’ai donc tout storyboardé. Au final, je vois plutôt ce plan comme 250 plans reliés par un seul mouvement de caméra.

Un gros entraînement

Mais pour arriver à ce résultat impeccable, toute l'équipe de Coupez ! s'est entraînée plusieurs semaines. Ce plan séquence a pris la majorité du temps de répétition. En effet, sur les six semaines de répétitions, Michel Hazanavicius en a utilisé cinq uniquement pour le plan séquence :

J’ai tout storyboardé pour que chaque mouvement, chaque place de caméra, chaque timing soit répété et répété jusqu’à être intégré par tous. La dernière semaine de préparation, nous avons travaillé avec la machinerie, les effets spéciaux, les cascadeurs, le maquillage, les costumes. Nous avions le faux sang, des décapitations, les personnages qui se transforment en zombies avec quelques secondes pour les changements de maquillage, les prothèses, les lentilles, etc… On a tout chorégraphié, que ce soit au plus précis autant dans les mouvements que dans le timing.

Jean-Pascal Zadi - Coupez !
Jean-Pascal Zadi - Coupez ! © Les Films Opale

Finalement, Michel Hazanavicius a réussi à tourner ces 32 minutes de films en seulement quatre jours :

Au final on l’a tourné en quatre jours, avec à chaque fois le plaisir de faire une performance. Mais la bonne prise est celle de l’après-midi du quatrième jour. Et je dois dire que toute l’équipe a été admirablement solidaire, et ce qu’on a vécu est d’une certaine manière pas si éloigné de ce qui est raconté dans le film.

Que ce soit Ne coupez pas ! ou Coupez !, les deux œuvres sont ainsi un brillant hommage au système D dans le cinéma. Des longs métrages qui rappellent la beauté du septième art, et surtout la force et l'émotion qui se dégagent de la création d'un film...

 

Voir aussi

Bob Marley : du monde arrive au casting du biopic

Bob Marley : du monde arrive au casting du biopic

Autour de Kingsley Ben-Adir dans le rôle du célèbre musicien, le casting du biopic sur Bob Marley s'étoffe. On pourra découvrir le film, dirigé par le réalisateur de "La Méthode Williams", début 2024.