ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Deadly Illusions : c’est quoi ce thriller sulfureux sur Netflix ?

Kristin Davis entre réalité et illusions

Deadly Illusions : c’est quoi ce thriller sulfureux sur Netflix ?

Kristin Davis, la célèbre interprète de Charlotte dans "Sex and the City", est à l’affiche de "Deadly Illusions" sur Netflix. La comédienne prête ses traits à une romancière en panne d’inspiration, chamboulée par l’arrivée d’une nounou qui l’attire, puis l’inquiète…

Deadly Illusions : une nounou d’enfer

Les baby-sitters ne vivent pas que des moments faciles au cinéma. Vin Diesel et Jonah Hill peuvent en témoigner, eux qui ont dû s’occuper de garnements au tempérament explosif dans les comédies Baby-Sittor et Baby-sitter malgré lui. Dans le film d’horreur The Boy, ce n’est pas un petit garçon mais une poupée en porcelaine qui fait vivre un enfer à l’assistante maternelle interprétée par Lauren Cohan.

Un métier à risques pour lequel il est nécessaire de choisir le profil adapté, ce qui n’est pas toujours le cas. Lee Remick et Gregory Peck font par exemple une erreur monumentale en demandant à Billie Whitelaw de veiller sur l’effrayant Damien dans La Malédiction. Rebecca De Mornay veut quant à elle se venger d’un terrible accident en se faisant embaucher par Annabella Sciorra dans La Main sur le berceau.

Dans Deadly Illusions, Kristin Davis fait elle aussi un mauvais choix en jetant son dévolu sur Greer Grammer pour l'aider dans son quotidien. Écrivaine à succès spécialisée dans les polars, l’interprète de Charlotte York dans Sex and the City se retrouve au cœur d’une sombre intrigue qu’elle n’aurait pas pu imaginer, et ce malgré ses millions d’exemplaires écoulés. Victime du syndrome de la page blanche, Mary n’a d’yeux que pour Grace, qui a un très bon contact avec ses deux enfants. Se sentant de plus en plus attirée par la jeune femme, l’auteure se met à souffrir de visions pour le moins inquiétantes. Alors que l'inspiration revient progressivement, la romancière suspecte Grace d’avoir une liaison avec son mari Tom (Dermot Mulroney).

Des archétypes récurrents

Le synopsis de Deadly Illusions semble familier, et pour cause ! En découvrant le film, les nostalgiques des années 90 se rappelleront probablement de Color of Night, thriller érotique sorti après le succès de Basic Instinct, dans lequel Bruce Willis incarne un psychanalyste troublé par Jane March, qu'il soupçonne d'être impliquée dans une série de meurtres. Comme dans ce dernier, les désirs de Kristin Davis pour Greer Grammer se renforcent au bord d’une piscine, lieu propice à une montée de tension qui a déjà fait ses preuves dans Sexcrimes, Swimming Pool et l’incontournable La Piscine.

De Shining à Barton Fink, la figure de l’écrivain qui se met à douter de ses perceptions est aussi un archétype régulièrement utilisé dans les polars basculant dans le sordide. Timothy Hutton se retrouve par exemple confronté à son double maléfique dans La Part des ténèbres, adaptation de Stephen King signée George A. Romero. Sam Neill pénètre quant à lui au cœur de L’Antre de la folie dans le long-métrage de John Carpenter.

Deadly Illusions
Deadly Illusions © Netflix

Avec Deadly Illusions, la réalisatrice Anna Elizabeth James reprend donc des éléments récurrents. Mary est-elle victime d’hallucinations ou de la cruauté d’une baby-sitter qui feint parfaitement l’innocence ? Rendez-vous sur Netflix pour tenter de percer les mystères et deviner le twist de ce suspense.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.