ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Death Wish : pourquoi le film a mis plus de 10 ans à se faire

Death Wish : pourquoi le film a mis plus de 10 ans à se faire

"Death Wish" d'Eli Roth est sorti en 2018 avec Bruce Willis après 12 années interminables de tentatives de productions. Retour sur ce drôle de destin pour le remake du film avec Charles Bronson.

Death Wish : où se trouve la limite entre justice et criminalité ?

Death wish est un remake du thriller Un justicier dans la ville de Michael Winner avec Charles Bronson. Ce premier film qui a connu quatre suites était déjà inspiré d'un roman de Brian Garfield. Cette nouvelle lecture cinématographique est mise en scène par Eli Roth (The Green InfernoKnock Knock) et se permet quelques différences avec le premier long-métrage.

Contrairement à celui-ci où Bronson était architecte, le personnage principal est désormais le Dr. Paul Kersey (Bruce Willis), un chirurgien dont la femme et la fille sont agressées dans leur maison de la banlieue de Chicago. Alors que sa fille est plongée dans le coma, le médecin attend que la police s'occupe de l'affaire. Hélas, face aux nombreux cas d'homicides qui gangrènent les rues de la ville, cette dernière semble incapable d'élucider le crime. Kersey, ne supportant pas l'idée que les criminels soient en liberté, se lance lui-même dans l'enquête. Prenant goût à se faire justice lui-même, l'homme se met à chasser et abattre les criminels. Lui qui jusque-là sauvait des vies, se met à en prendre. Devenu un héros du peuple, il va toutefois se perdre peu à peu dans cette violence qu'il combattait au départ.

Death Wish
Death Wish ©MGM

Le solide casting de ce remake est complété par Vincent D’Onofrio, Elisabeth Shue, Camila Morrone, Dean Norris et Kimberly Elise.

Une idée de mains en mains

Ce projet de remake d'Un Justicier dans la ville a germé dans la tête des producteurs dès 2006. À l'époque, c'est Sylvester Stallone qui est dans les startings-blocks pour incarner le justicier. Il explique alors que son héros sera différent de celui de Bronson. Oublié l'architecte, son personnage sera un policier très efficace qui n'utilise pourtant jamais son arme. Quand sa famille est attaquée, il est donc confronté à un dilemme moral sur sa manière de se venger.

L'acteur abandonne finalement le projet en décembre de la même année pour "différences artistiques". S'en suit une longue pause avant que l'idée de remake refasse surface en 2012. Les noms de Liam Neeson et de Frank Grillo sont annoncés au casting et Joe Carnahan (Boss Level, Le Territoire des loups) à la réalisation. Trois noms cultes du cinéma d'action qui ne portent pourtant pas plus chance que ça à ce réveil. Cette résurrection de Death Wish ne quitte pourtant pas l'esprit des producteurs qui tentent à nouveau leur chance l'année d'après. En tête d'affiche, on considère Benicio del Toro qui préfère toutefois décliner gentiment.

Death Wish
Paul Kersey (Bruce Willis) - Death Wish ©MGM

La persévérance finit par payer quatre ans plus tard. Là encore, le rôle principal passe d'acteur en acteur. On parle de Russell Crowe, Matt Damon, Will Smith et même Brad Pitt. Mais comme dans ses films, c'est toujours Bruce Willis qui gagne à la fin. À la réalisation, on assiste ici aussi à la grande valse des metteurs en scène. Sont pressentis Aharon Keshales et Navot Papushado, co-réalisateurs de Big Bad Wolves, avant qu'Eli Roth ne s'impose sur le fil.

Death Wish sort finalement dans le monde en 2018 et rapporte 48,6 millions de dollars pour un budget confortable de 30. Ce désaveu du public a probablement éteint toute idée de suite. À noter toutefois que le roman d'origine a eu une suite intitulée Death Sentence, adaptée en film par James Wan en 2007 avec Kevin Bacon dans le rôle principal.

 

Voir aussi

Conjuring 2 sur Netflix : un détail démoniaque caché apparaît dans plusieurs scènes

Conjuring 2 sur Netflix : un détail démoniaque caché apparaît dans plusieurs scènes

Toujours basé sur des faits réels vécus par le couple Warren, "Conjuring 2 : le cas Enfield" peut se targuer d'être autant, voire plus, effrayant que son prédécesseur. C'est dans celui-là que nous faisons la connaissance du démon à l'apparence de nonne qui tourmente Lorraine. Aviez-vous remarqué sa présence discrète au début du film ?