Décès de Gina Lollobrigida, légendaire actrice italienne

Décès de Gina Lollobrigida, légendaire actrice italienne

Actrice italienne qui a marqué les années 1950 et 1960, et vue notamment dans "Fanfan la Tulipe" (1952), Gina Lollobrigida est décédée le 16 janvier 2023 à 95 ans.

Gina Lollobrigida est morte

Née le 4 juillet 1927 à Subiaco, Gina Lollobrigida est décédée ce 16 janvier 2023 à Rome, à 95 ans. La comédienne était de ces actrices mémorables du cinéma italien, au même titre que Sophia Loren ou Claudia Cardinale. Participant dans un premier temps à des concours de beauté, tout en poursuivant ses études aux Beaux-Arts, elle se fait remarquer au milieu des années 1940.

Gina Lollobrigida - Fanfan la Tulipe
Gina Lollobrigida - Fanfan la Tulipe ©Les Acacias

Ses premiers rôles au cinéma sont secondaires et ne cherchent qu'à mettre en avant ses qualités physiques. Mais ces expériences lui permettent déjà de collaborer avec des réalisateurs notables, comme Mario Costa qui l'engage à trois reprises, ou encore Pietro Germi avec Traqué dans la ville (1951).

De Fanfan la Tulipe à Hollywood

En France, elle ne tarde pas à attirer l'attention puisqu'elle interprète Adeline dans Fanfan la Tulipe (1952) de Christian-Jaque aux côtés de Gérard Philipe. Le film est un grand succès à l'époque et est même récompensé au festival de Cannes du Prix de la mise en scène pour Christian-Jaque.

Gina Lollobrigida enchaîne alors avec des productions italiennes et des co-productions avec la France. Ainsi, elle joue dans deux comédies notables : Pain, Amour et Fantaisie (1953 puis sa suite en 1955) de Luigi Comencini et Les Belles de nuit (1952) de René Clair. Et nous offre une danse mémorable dans Notre-Dame de Paris (1956) de Jean Delannoy.

Mais sa carrière prend un autre tournant lorsque le producteur Howard Hughes la remarque. Ce dernier, également intéressé avant tout par sa beauté, parvient à la faire venir aux Etats-Unis où, comme l'écrit Le Monde, il "la séquestre plusieurs mois dans une chambre de l’Hôtel Town House sur Wilshire Boulevard, à Los Angeles". Lollobrigida repousse ses avances et parvient à s'en aller. Ce qui ne l'empêchera pas de tourner plusieurs films américains. Un événement sur lequel elle ne revient pas en 2017, lorsqu'elle déclare avoir été victime d'agressions sexuelles.

La prison évitée

En 1953, elle donne la réplique à Humphrey Bogart dans Plus fort que le diable de John Huston. Quelques années plus tard, elle est également dirigée par King Vidor dans Salomon et la Reine de Saba (1959). Même si sa carrière est moins impactante que ses rivales (comme Sophia Loren), Gina Lollobrigida enchaîne les tournages durant les années 1960.

On retient notamment Les Poupées (1966), film à sketchs dont la partie réalisée par Mauro Bolognini présente l'actrice dans une tenue jugée trop osée. Elle risque alors deux mois de prisons avant d'être amnistiée par le tribunal.

Gina Lollobrigida - Les Aventures de Pinocchio
Gina Lollobrigida - Les Aventures de Pinocchio ©Rai

Dans les années 1970, Gina Lollobrigida s'éloigne petit à petit du cinéma pour se lancer dans la photographie. On retient tout de même son apparition en fée dans Les Aventures de Pinocchio (1972) de Luigi Comencini. Elle réapparait par la suite, dans les années 1990, dans une poignée de films. Enfin, en 1999, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

 

Voir aussi

Guillaume Gouix (Amore Mio) :

Guillaume Gouix (Amore Mio) : "J'ai toujours aimé les personnages qui chient sur le bureau du patron"

Lors de la neuvième édition du Festival de Saint-Jean-de-Luz, nous avons rencontré Guillaume Gouix, qui signe son premier long-métrage en tant que réalisateur avec "Amore Mio". Un drame extrêmement touchant qui a connu un tournage intense, comme nous l'a expliqué son metteur en scène.