ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Désigné coupable : Jodie Foster veut sortir Tahar Rahim de prison dans le trailer

Tahar Rahim incarne un prisonnier enfermé à tort à Guantánamo dans "Désigné coupable". Un drame judiciaire sur une histoire vraie, porté par un casting impressionnant, qui se montre dans sa première bande-annonce. Est-ce que ça ne sentirait pas l'odeur des Oscars cette affaire ?

Désigné coupable : une histoire vraie révoltante

Les histoires vraies ont toujours cette saveur particulière qui les rendent éligibles à un passage au cinéma. Désigné coupable se base sur les faits réels vécus par Mohamedou Ould Salahi. L'homme a été retenu prisonnier pendant 14 ans à Guantánamo alors qu'il était innocent. Ce Mauritanien a passé une longue période derrière les barreaux de cette prison sans qu'aucune charge crédible ne pèse contre lui et sans procès au préalable.

Le film racontera comment une avocate va s'emparer de cette affaire pour le faire libérer. Elle et son assistante vont lutter contre un système judiciaire américain opaque et tout faire pour l'extraire d'une situation que l'intéressé ne mérite pas. Elles vont notamment permettre à l'opinion publique de découvrir un scandale bafouant les droits de l'homme. Enfermé en 2002 à Guantanamo, ce n'est qu'en octobre 2016 que Mohamedou Ould Salahi a pu retrouver sa liberté. Il tirera des mémoires de cette expérience, celles qui servent aujourd'hui de base à ce film.

La nouvelle réalisation de Kevin Macdonald (Le Dernier roi d'Écosse), Désigné coupable, est attendue pour son sujet politique fort et également pour son casting qui en jette ! Tahar Rahim campera le prisonnier qui polarise l'attention, Jodie Foster sera l'avocate Nancy Hollander, Shailene Woodley son assistante et Benedict Cumberbatch incarnera le lieutenant-colonel Stuart Couch, dont l'implication a permis de découvrir et de décanter la situation. Distribution de prestige pour une histoire en or.

Direction les Oscars ?

Tout porte à croire que l'on tient là un film programmé pour filer aux Oscars. La grande messe du cinéma américain aime couronner les histoires de la sorte. À en juger par la bande-annonce qui vient de sortir (voir en une d'article), Désigné coupable coche les cases du film Oscars-friendly. Sans réelle surprise, tout le casting a l'air investi et ne nous fera pas regretter le billet d'entrée. Sur la forme, on reste proche de ce qu'on voit dans le genre, avec des scènes d'investigation, des passages devant les tribunaux, des entretiens en prison... On retiendra tout de même une idée qui se dégage de cet aperçu : une utilisation de deux formats. Des scènes à Guantánamo sont filmées avec un format d'image réduit, comme pour embrasser visuellement l'enferment du personnage. Rien de novateur mais attendons de voir comment cette intention sera développée.

Metropolitan se contente dans la bande-annonce d'un "prochainement au cinéma" car la sortie initialement prévue le 17 février prochain chez nous risque d'être difficile à tenir. La situation sanitaire laisse planer un climat d'incertitude au sujet de la culture. Rien n'indique que les cinémas seront ouverts à cette date. Le distributeur vient aussi de lâcher la très belle affiche :

Désigné coupable
Désigné coupable ©Metropolitan FilmExport

Voir aussi

Conjuring 2 sur Netflix : un détail démoniaque caché apparaît dans plusieurs scènes

Conjuring 2 sur Netflix : un détail démoniaque caché apparaît dans plusieurs scènes

Toujours basé sur des faits réels vécus par le couple Warren, "Conjuring 2 : le cas Enfield" peut se targuer d'être autant, voire plus, effrayant que son prédécesseur. C'est dans celui-là que nous faisons la connaissance du démon à l'apparence de nonne qui tourmente Lorraine. Aviez-vous remarqué sa présence discrète au début du film ?