ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Ewan McGregor adresse un tacle à la prélogie Star Wars

Obi-Wan ne mâche pas ses mots !

Ewan McGregor adresse un tacle à la prélogie Star Wars

Ewan McGregor a marqué le public de Star Wars en interprétant avec brio Obi-Wan Kenobi dans la prélogie. À l’occasion de la diffusion prochaine de la série solo consacrée au célèbre Chevalier Jedi, l’acteur est revenu sur les trois volets de la trilogie de la saga, sortis entre 1999 et 2005. Et l’acteur écossais ne mâche pas ces mots à leur sujet.

Obi-Wan revient

Révélé par le cinéma britannique au milieu des années 1990, Ewan McGregor débarque à Hollywood en 1997. Un an plus tard, sur le plateau de Velvet Goldmine, il apprend qu’il est choisi pour succéder à Alec Guinness dans la peau d’Obi-Wan Kenobi. Jouant une version plus jeune du personnage dans la prélogie Star Wars, l’acteur crève l’écran et devient une star hollywoodienne confirmée grâce aux trois blockbusters. Apprécié par les fans de la saga, le comédien s’est par la suite éloigné de l’univers du space opera. Alternant films d’auteur et grosses productions hollywoodiennes, il a su se faire un nom, loin de son image de chevalier Jedi.

Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones
Obi-Wan Kenobi (Ewan McGregor) - Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones ©LucasFilm

Toutefois, pour beaucoup, Ewan McGregor est, et restera toujours Obi-Wan Kenobi. C’est donc avec joie que le grand public a pu apprendre que l’acteur âgé de 50 ans rendosserait à nouveau le visage du maître d’Anakin Skywalker dans une série solo. Initialement conçue comme un spin-off cinématographique, Obi-Wan Kenobi est finalement devenue une série, suite à l’échec cinglant de Solo : A Star Wars Story. Se déroulant dix ans après l’épisode III, le show verra également le retour d’Hayden Christensen dans la peau d’Anakin Skywalker/Dark Vador.

McGregor frustré sur le tournage de la prélogie

Dans un long entretien avec le magazine The Hollywood Reporter, Ewan McGregor s'est confié sur la renaissance de la saga, à la fin des années 2000. Une prélogie qui n’a clairement pas été aussi bien accueillie que la première trilogie. On se souvient notamment de la réception très froide de la critique et d’une partie du public envers Star Wars, épisode I : La Menace fantôme et Star Wars, épisode II : L'Attaque de Clones.

Si Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith a reçu un accueil bien plus favorable, c’est pourtant cet épisode que McGregor tacle particulièrement durant cette interview. En cause selon lui, l’usage trop abondant des fonds verts qui ont rendu l’expérience de tournage très fastidieuse :

George adore les nouvelles technologies. Du coup, il voulait les pousser à leur maximum. Seulement, il souhaitait contrôler tout ce que nous voyions en arrière-plan. Après trois ou quatre mois de tournage de cette manière, ça devenait vraiment ennuyeux. Surtout quand les scènes étaient… Je ne veux pas être impoli, mais Star Wars, ce n’est pas du Shakespeare. Il n'y a pas grand-chose à creuser dans les dialogues, et vous ne pouvez pas vous en satisfaire en tant qu'acteur. Quand il n'y a aucun environnement autour de vous, c’est assez difficile de jouer.

Les mots sont durs, mais en partie vrais. Si la prélogie Star Wars n’a pas à rougir d'un point de vue technique, il est vrai qu'elle n’est pas connue pour la puissance de ses dialogues ou ses jeux d’acteur flamboyants. Pour un comédien aussi exigeant qu’Ewan McGregor qui s’est révélé au théâtre et dans le cinéma indépendant britannique, l’expérience Star Wars a donc pu le frustrer. Ce qui explique sans doute pourquoi le comédien a laissé passer du temps avant de revenir dans la franchise.

Une nouvelle motivation grâce à The Mandalorian ?

Si Obi-Wan Kenobi ne va pas s’affranchir des effets spéciaux numériques et autres, la série compte bien ne pas utiliser les mêmes fonds bleus ou verts que la prélogie. En effet, elle utilisera une nouvelle technologie révolutionnaire, qui a très bien servi sur le plateau de The Mandalorian. Une méthode qui satisfait bien plus Ewan McGregor :

Ils projettent les décors sur un énorme écran LED. Donc, si vous êtes dans un désert, vous vous tenez au milieu d'un désert. Si vous êtes dans la neige, vous êtes entourés de neige. Et si vous êtes dans le cockpit d'un vaisseau, vous êtes dans l'espace.

Cette nouvelle technologie permettra donc aux acteurs de se sentir plus immergés dans l’environnement dans lequel ils sont censés évoluer. Reste à espérer que les dialogues suivent également la route. Mais l’acteur semble très confiant (bien plus que pour la prélogie), et très excité à l’idée de retrouver l’univers Star Wars. Avec humour, il a d’ailleurs fait l’autruche lorsqu’on lui a demandé si un jeune Luke Skywalker serait présent dans la série.

Obi-Wan Kenobi sera diffusée sur Disney+, dans le courant de l’année 2022. En attendant, les fans de la franchise pourront découvrir Star Wars : The Bad Batch, qui sortira le 4 mai prochain sur la plateforme.

En ce qui concerne Ewan McGregor, vous le découvrirez chez Netflix, à l’occasion de la nouvelle série créée par Ryan Murphy : Halston. Le comédien écossais interprétera le premier créateur de mode américain. Rendez-vous le 14 mai pour découvrir le show.

 

Voir aussi

Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Révélé par la série "Scrubs", Zach Braff sort en 2004 son premier film : "Garden State". Le long-métrage a remporté un succès critique inattendu, au point de devenir culte au fil des années. Partageant l'affiche avec l'acteur-réalisateur à l'époque, Natalie Portman est revenue quelques années plus tard sur le film. Avec des mots très surprenants.