Fespaco : 'Notre étrangère', une poignante histoire d'adoption

Le Burkina Faso est entré en compétition lundi soir pour le grand prix du 22ème Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) avec Notre étrangère, une poignante histoire d'adoption entre Afrique et France.

Premier long métrage de la Franco-Burkinabè Sarah Bouyain, Notre étrangère est l'histoire d'Amy, une métisse qui retourne au Burkina pour retrouver sa mère dont elle a été séparée à l'âge de huit ans.

"Il y a énormément d'enfants qui sont partis jeunes du continent africain où ils sont nés et qui se retrouvent en Europe sans rien connaître de leur culture. Si les parents n'ont pas le temps de leur parler leur langue, s'ils n'ont pas non plus le temps et l'argent de les ramener en vacances au pays, ça crée l'acculturation qui est évoquée dans ce film", commente la réalisatrice.

Sarah Bouyain refuse tout parallèle trop poussé entre son film et son propre parcours. Elle assure qu'elle ne fait pas le procès des adoptions dans les pays du Sud, après le retentissant scandale de l'Arche de Zoé. En 2007, des humanitaires français avaient tenté d'exfiltrer 103 enfants tchadiens vers la France en les présentant faussement comme des orphelins du Darfour en proie à la guerre civile.

"Les adoptions ne doivent pas se trancher de façon péremptoire, ça doit se traiter au cas par cas", juge la cinéaste, insistant pour que les parents candidats à l'adoption apprennent la langue de leurs enfants.

Dans Notre étrangère, Mariam, la mère d'Amy, une Burkinabè de 45 ans, vit en fait à Paris où elle travaille comme femme de ménage. Lorsque sa patronne lui dit apprendre le dioula, une langue du Burkina, dans le cadre d'un projet d'adoption, Mariam connaît le chagrin d'une mère qui s'est séparée de son enfant et s'est murée dans le silence.

Dix-huit films sont candidats au grand prix du Fespaco, l'Etalon d'or de Yennenga, qui sera remis le 5 mars.

=> Toutes les infos sur Notre étrangère

© 2011 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

 

Voir aussi

Christian Bale : son film préféré est une comédie méconnue (et nulle) des années 90

Christian Bale : son film préféré est une comédie méconnue (et nulle) des années 90

Christian Bale aime les rôles sérieux et s'épanouit merveilleusement dans le registre dramatique, comme sa monumentale filmographie le prouve. Mais en tant que spectateur, il semble avoir des goûts très éclectiques. Preuve ultime, un de ses films préférés n'est autre qu'une comédie à l'exact opposé des films dans lesquels il joue.