Accueil > News > Cinéma > Gerardmer 2018 : le Festival du Film Fantastique démarre fort (jour 1)

Gerardmer 2018 : le Festival du Film Fantastique démarre fort (jour 1)

Jeudi 1er février. 7h. Gare de l’Est à Paris. Nous nous sommes levées très tôt ce matin, mais c’est pour la bonne cause. Notre train nous attend pour nous emmener à Gerardmer, ou plus précisément, à la 25e édition du Festival International du Film Fantastique, qui s’est ouvert hier en grande pompe avec Le secret des marrowbone. C’est la première fois que nous nous aventurons en terres vosgiennes pour assister à cette manifestation bien connue des amateurs de films fantastiques (dont nous faisons bien évidemment partie). Jusqu’à dimanche, nous allons donc nous enfermer dans les salles obscures de cette petite ville perchée au pied des pistes, pour découvrir les pépites de cette 25e édition. Et ça commence très fort.

Après un petit temps d’adaptation à ce climat frigorifique, nous nous retrouvons bien vite dans notre élément pour assister à la projection du deuxième film en compétition, Tragedy Girls, du réalisateur canadien Tyler MacIntyre.

Tragedy Girls c’est l’histoire de Sadie et McKayla, deux adolescentes obsédées par les réseaux sociaux qui ne reculent devant rien pour faire sensation sur la Toile. Les « Tragedy Girls », comme elles se surnomment elles-mêmes, kidnappent un jour un tueur en série afin qu’il leur enseigne les ficelles du métier. En commettant des meurtres, les filles espèrent entrer dans la légende du crime et faire ainsi grimper leur cote de popularité en ligne. Les cadavres s’amoncellent, mais avec le shérif local de plus en plus sur leur dos et leur relation qui bat de l’aile, elles sont contraintes de revoir leurs plans pour ne pas, à leur tour, devenir victimes de leur propre machination.

Présent sur scène au début de la projection, le réalisateur canadien confie au public que Tragedy Girls est le film parfait pour initier les non-amateurs de films d’horreur à ce genre bien particulier. Et nous comprenons bien vite pourquoi : biberonné aux films d’épouvante des années 90, Tyler MacIntyre en a digéré les codes, pour mieux s’en jouer durant ces 98 minutes jouissives. Si les références à Scream, Halloween ou Destination Finale sont évidentes, son film n’épouse jamais un ton passéiste et encre son histoire à notre époque, en 2017. L’essor des réseaux sociaux et des comportements narcissiques qui en découlent ont beaucoup inspiré le réalisateur. Les deux héroïnes du film, véritables caricatures de ces « wannabe » qui pullulent un peu partout sur internet, sont en réalité les véritables monstres de cette comédie horrifique et satirique, qui mise plus sur le fun que sur la leçon de morale non avenue. En résumé, si vous aimez Scream, Destination Finale ou encore Riverdale pour le côté teen-movie assumé, vous risquez fort de vous éprendre de ces Tragedy Girls, qui au final, portent plutôt bien leur nom.

Nous changeons totalement d’atmosphère (et également de continent) pour le deuxième long-métrage de la journée, cette fois présenté hors-compétition. avant que nous disparaissions est le nouveau film du réalisateur japonais Kiyoshi Kurosawa, honoré l’année passée au Festival. Après avoir mis en scène le secret de la chambre noire en 2016, Kurosawa revient avec un film de genre plutôt original, présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard.

Alors que Narumi et son mari Shinji traversent une mauvaise passe, Shinji disparaît soudainement et revient quelques jours plus tard, complètement transformé. Il semble être devenu un homme différent, plus tendre et plus attentionné.

Au même moment, une famille est brutalement assassinée et de curieux phénomènes se produisent à travers la ville. Le journaliste Sakurai décide de mener l’enquête sur cette mystérieuse affaire.

Épousant tantôt les codes du thriller, tantôt ceux de la comédie et du drame, ce long-métrage de 2h09 ne cesse de surprendre les spectateurs. Si les éléments narratifs mettent un peu de temps à se mettre en place, les pièces du puzzle s’imbriquent ensuite parfaitement pour cueillir le public en lui offrant un film de science-fiction follement créatif, dont il serait dommage de dévoiler l’intrigue. Bonne nouvelle, le film est distribué chez nous par EuroZoom et sortira dans nos salles le 14 mars.

Rendez-vous demain pour découvrir nos coups de coeur fantastiques du jour !

Chloé Valmary (2 février 2018)

Voir aussi

Dora l’exploratrice : Eva Longoria rejoint le casting

Isabela Moner sait qui sera sa maman dans le film live tiré de la série animée "Dora L'Exploratrice."

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis