ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Ghost in the Shell : un entraînement éreintant pour Scarlett Johansson

Ghost in the Shell : un entraînement éreintant pour Scarlett Johansson

"Ghost in the Shell" est un film de science-fiction qui a demandé un lourd entraînement à Scarlett Johnsson pour incarner le Major à la perfection.

Ghost in the Shell : vous croyez aux fantômes ?

Au départ, Ghost in the Shell est un manga de Masamune Shirow créé en 1989. L'histoire se déroule dans un univers cyberpunk exigeant et fascinant et l’œuvre rencontre le succès dès son lancement. Il faut pourtant attendre 6 ans avant d'en voir une première adaptation en animé par Mamoru Oshii. A sa sortie en 1995, Ghost in the Shell surprend et devient le porte-étendard en occident d'une vague de dessins animés plus adultes qui vont emmener un nouveau public vers le média. Le long-métrage devient culte et a droit à une suite en 2004 intitulée Ghost in the Shell 2 : Innocence, toujours sous la houlette d'Oshii. Le réalisateur japonais s'offre même un remake du premier en 2008, logiquement nommé Ghost in the Shell 2.0. C'est la même année que Dreamworks et Steven Spielberg achètent les droits pour en faire une adaptation en live action.

Ghost in the Shell
Ghost in the Shell ©Dreamworks

Le projet prendra du temps mais sortira finalement en 2017 sous la direction de Rupert Sanders (Blanche-Neige et le Chasseur). On y suit, dans un futur proche, le Major (Scarlett Johansson), une humaine sauvée d'un accident dont le corps reconstitué lui offre des capacités physiques et cybernétiques incroyables. Elle représente un miracle de la science, comme son nom Mira Killian y fait référence. Lorsqu'une nouvelle menace qui allie piratage et contrôle des esprits apparaît, la jeune femme devient le dernier espoir d'y mettre fin. Pourtant, lors de ce face-à-face avec ses ennemis, elle va comprendre que son propre destin lui a peut-être été volé, tout comme son passé. Mira va partir en quête de réponses, brouillant la frontière entre ses alliés et ses ennemis.

Le film connait une sortie compliquée, les fans de l’œuvre originale criant au scandale sur le choix de Scarlett Johansson dans le rôle principal, elle qui n'est pas du tout d'origine asiatiqueGhost in the Shell est accusé de whitewashing et fait triste mine au box-office, ne rapportant que 169 millions de dollars pour un budget de 110 millions. L'actrice n'y ménage pourtant pas ses efforts à l'écran.

Implication maximum

Scarlett Johansson est une actrice absolument extraordinaire capable de passer d'un film d'auteur à une énorme production à effets spéciaux en un battement de cils. L'action, ça ne lui fait pas peur et, de Lucy à son rôle de Black Widow dans l'univers Marvel, elle a depuis longtemps prouvé qu'elle pouvait y exceller. Ce qui ne veut pas dire qu'elle a juste à se rendre sur un tournage pour y être instantanément opérationnelle. Sur Ghost in the Shell, elle voulait à tout prix avoir un physique crédible "qui en impose" et a dû travailler dur pour ça. Elle avait déjà de sérieux entraînements au combat et au maniement des armes derrière elle, mais elle a tout de même suivi une formation pour ce qui est des tactiques, comme la sécurisation des pièces, ou comment se déplacer au sein d'un commando.

Ghost in the Shell
Ghost in the Shell ©Dreamworks

Quelques mois avant le tournage, elle a été initiée à certaines techniques de combats à Los Angeles et New York par Richard Norton, un expert en arts martiaux. A l'époque, l'entraîneur expliquait que son travail visait à "démystifier les mouvements de combat spécifiques" autant qu'il le pouvait. L'Américain a formé l'actrice à l'art qui consiste à feindre des coups en s'arrêtant à quelques millimètres de son adversaire. Le chorégraphe a été impressionné par la performance de Johansson, capable de canaliser la colère du personnage du Major tout en gardant sa part d'humanité.

Une chose est sûre, le résultat se voit à l'écran, Scarlett Johansson virevoltant entre grâce et furie dans chaque scène de combat du film. On pourra reprocher autant que l'on veut à l'actrice de ne pas être japonaise, il sera tout de même difficile de lui enlever son investissement pour le rôle. A voir en image dans ce making-of impressionnant.

 

Voir aussi

Parasomnia Productions : un nouveau label de films de genre français voit le jour

Parasomnia Productions : un nouveau label de films de genre français voit le jour

Bonne nouvelle pour les amateurs de films de genre ! Un nouveau label vient de voir le jour en France : Parasomnia Productions. Et un appel à projets est lancé !