ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Heroes and Villains : David Robert Mitchell (It Follows) s'attaque au cinéma de super-héros

Heroes and Villains : David Robert Mitchell (It Follows) s'attaque au cinéma de super-héros

Le cinéma de super-héros est surtout alimenté par les adaptations des maisons Marvel et DC, en plus de quelques propositions ponctuelles. David Robert Mitchell, le réalisateur de "It Follows", prépare un film de ce genre basé sur un scénario original : Heroes & Villains.

Les super-héros étaient déjà régulièrement sollicités pour le grand écran avant que Marvel ne se lance dans le tentaculaire Marvel Cinematic Universe. Le succès de cette oeuvre globale donne envie à tout le monde d'avoir son propre univers ou d'utiliser des héros tirés de comics. Mais, parfois, il arrive que le genre soit employé avec des scénarios originaux. Une prise de risque, car les studios aiment que le public se rende dans les salles en sachant ce qu'il va voir. Là, un super-héros inventé pour l'occasion, n'est pas assuré de faire venir les spectateurs en grand nombre. Le prometteur David Robert Mitchell va essayer de le faire avec un projet intitulé Heroes & Villains. Un quatrième film qui s'annonce déjà très différent de tout ce qu'il a fait par le passé.

David Robert Mitchell a été remarqué à ses débuts avec The Myth of the American Sleepover. C'est avec son second long-métrage, It Follows qu'il a explosé. Un film d'horreur dans la veine du cinéma de John Carpenter, qui est d'une réelle virtuosité sur le fond et la forme. 4 ans après, on le retrouvait avec le déstabilisant Under the Silver Lake, un trip particulier dans un Los Angeles entre fantasme et réalité.

Heroes & Villains, un scénario original

David Robert Mitchell va changer de cap sous l'égide de la MGM avec Heroes & Villains. Le scénario qu'il écrira reste volontairement préservé des regards indiscrets mais il se dit qu'il s'agirait d'un film qui aborderait le genre avec un angle unique. Ce qui veut tout et rien dire, tant qu'on n'en saura pas plus. Le producteur d'Under the Silver LakeMichael De Luca, est maintenant le boss de la MGM, de quoi expliquer que le studio supporte David Robert Mitchell sur ce projet - malgré l'échec commercial (environ deux millions de dollars au box-office mondial).

Le monde des super-héros au cinéma est très compétitif, une tentative complètement originale comprend une part de danger. En dehors de ces considérations financières, la rencontre entre le cinéma de David Robert Mitchell et le genre nous intrigue. Le metteur en scène a démontré de grandes qualités formelles et pose toujours un regard particulier sur les univers qu'il aborde. Si le résultat est aussi atypique qu'Under the Silver Lake, ça peut franchement dénoter par rapport à la masse. C'est aussi l'occasion pour le réalisateur américain d'essayer de signer son plus gros succès commercial.