James Bond : et si le successeur de Daniel Craig était français ?

James Bond : et si le successeur de Daniel Craig était français ?

Sauf tremblement de terre, le prochain interprète de James Bond sera un acteur anglophone de nationalité britannique ou, comme de coutume, au moins du Commonwealth. Mais rien n'empêche de rêver un peu et de se poser la question : qui dans les acteurs français du moment pourrait convaincre dans le rôle ?

Le rôle suprême est toujours à prendre

Ils sont pour l'instant au nombre de six : Sean Connery, George Lazenby, Roger Moore, Timothy Dalton, Pierce Brosnan et Daniel Craig. Six acteurs à avoir eu le privilège comme la lourde tâche d'interpréter le plus célèbre agent secret de l'histoire du cinéma : James Bond aka 007.

Une des règles ancestrales est que les réalisateurs, comme les acteurs tenant le rôle-titre, doivent être d'un des pays du Commonwealth, c'est-à-dire être d'un pays anciennement inclus dans l'Empire britannique. Mais cette règle a déjà été transgressée, avec Pierce Brosnan étant de nationalité irlando-américaine et le réalisateur de Quantum of Solace, Marc Forster, germano-suisse.

James Bond (Daniel Craig) - Mourir peut attendre
James Bond (Daniel Craig) - Mourir peut attendre ©Universal Pictures

Ainsi, il n'est pas totalement infondé de penser qu'un acteur français puisse un jour endosser le smoking de James Bond. D'ailleurs, Lambert Wilson avait participé au casting de Tuer n'est pas jouer en 1986, et avait alors les faveurs d'Albert R. Broccoli. Finalement, c'est Timothy Dalton qui obtient le rôle, le temps de deux films. Pas impossible donc, mais diablement complexe étant donné la concurrence britannique, sans compter qu'il faut maîtriser à la perfection la langue de Shakespeare. Sauf très grande surprise, le prochain James Bond ne sera donc pas français.

Mais oublions un instant qu'un acteur français n'a quasiment aucune chance, fonçons, on sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... Qui pourrait prendre la suite de Daniel Craig ?

Jean Dujardin : l'évidence old school

Parce qu'il brille dans la série de films OSS 117, parce qu'il a des allures de Sean Connery et un charme dévastateur, Jean Dujardin est une évidence. En plus de ses performances dans les films d'espionnages parodiques OSS 117, il a joué un agent du FSB, les services secrets russes, dans Möbius d'Éric Rochant. Séducteur, charismatique, physique, il incarnerait à merveille un James Bond old school.

OSS 117 (Jean Dujardin) - OSS 117 Le Caire, nid d'espions
OSS 117 (Jean Dujardin) - OSS 117 Le Caire, nid d'espions ©Gaumont

Problème, la tendance est tout sauf old school du côté de la production de James Bond, qui souhaite moderniser le personnage et justement éviter la caricature type OSS 117. Son âge, 50 ans, est aussi un frein. Et malgré son Oscar gagné pour The Artist, sa réputation internationale est somme toute assez limitée.

François Civil : le jeune premier

Jeune, beau gosse et charismatique, François Civil présente de réels atouts pour prétendre à un tel rôle. Son sourire et son apparente bonhomie lui ouvrirait n'importe quelle porte de casino, et il a le physique de l'emploi. Sa taille relativement moyenne (1m75) n'est pas un problème, se situant à trois centimètres sous celle de Daniel Craig, et il a montré des dispositions certaines à l'action et au suspense dans Burn Out, Le Chant du Loup et Bac Nord. Il incarne D'Artagnan dans le très attendu dyptique Les Trois Mousquetaires, casting a priori idéal.

D'Artagnan
D'Artagnan ©Pathé

Naturellement performant dans la comédie, son profil le rapprocherait plus des James Bond de Roger Moore et de Pierce Brosnan, un poil moins "masculins" que celui de Sean Connery. Inconvénient, son jeune âge est à double tranchant. D'un côté il pourrait enchaîner les films et faire évoluer son personnage, de l'autre il n'a pas le côté "vétéran" désiré par les producteurs. Trop peu connu à l'international, son casting serait un pari très risqué.

Omar Sy : la star

A priori, Omar Sy coche toutes les cases. À l'aise dans tous les registres, de l'action à la comédie, il peut compter lui aussi sur son charisme et son impressionnant physique pour défendre les intérêts de Sa Majesté. À 44 ans, il en fait facilement cinq de moins et pourrait apporter au personnage le background nécessaire à sa crédibilité. Son anglais ne devrait pas poser problème, pas plus que sa renommée internationale, puisqu'il s'est notamment illustré dans X-Men : Days of Future Past, Inferno, Jurassic World et Jurassic World : Le Monde d'après.

Driss (Omar Sy) - Intouchables
Driss (Omar Sy) - Intouchables ©Gaumont

Il apporterait par ailleurs une nouveauté bienvenue au personnage, jusque-là incarné uniquement par des hommes blancs. Un changement qu'appelle notamment de ses voeux le jeune public international. Suffisamment star mais pas encore icône planétaire, il a toutes les compétences requises et sans doute le profil le plus intéressant pour incarner James Bond. Seul bémol, l'immédiate sympathie qu'il génère va à l'encontre de l'aspect "torturé" de James Bond déployé avec brio par Daniel Craig.

Louis Garrel : élégant et ténébreux

On n'y pense pas de prime abord, mais Louis Garrel ne dépareillerait pas sous le matricule 007. Son principal avantage : une attitude aussi ténébreuse que nonchalante, parfaite pour jouer le flegme britannique. À 39 ans, l'égérie masculine du cinéma d'auteur français pourrait se situer quelque part entre l'élégance de Sean Connery et la dureté de Timothy Dalton, prenant le meilleur des deux. Capable d'apporter de la complexité voire de la perversité à ses personnages, il saurait parfaitement s'inscrire dans la modernité nécessaire au futur James Bond.

Louis Garrel
Laetitia Casta et Louis Garrel ©Marie Claire

Cependant, il lui faudrait passer par la salle de sport pour gagner en musculature et assurer dans les nécessaires séquences physiques du personnage. Autre désavantage, il n'est pas très connu à l'étranger et semble très heureux de ne pas mettre un pied dans les blockbusters. Et s'il apparaîtra lui aussi dans D'Artagnan et Milady qui forment le diptyque Les Trois mousquetaires, c'est dans les habits royaux de Louis XIII. Le principal souci serait qu'il n'en a probablement rien à faire de James Bond, et que ses désirs de cinéma se situent bien ailleurs.

Tahar Rahim : l'outsider idéal

À 41 ans, Tahar Rahim sait tout faire et logiquement fait donc à peu près ce qu'il veut. Titulaire d'une filmographie brillante, autant française qu'internationale, le chemin parcouru depuis Un Prophète en a fait une tête d'affiche sur laquelle on peut compter. Après la série Le Serpent et Désigné coupable, aucun doute sur sa capacité à jouer en anglais et dans des productions à gros budget, comme le prouve son casting récent dans Napoleon de Ridley Scott et dans le film Marvel Madame Web.

Charles Sobhraj (Tahar Rahim) - Le Serpent
Charles Sobhraj (Tahar Rahim) - Le Serpent ©Netflix

Si le futur James Bond doit emprunter au profil établi par Daniel Craig, il a ce qu'il faut d'un "vétéran" et de présence physique pour tenir le rôle. Souvent en couverture de magazines de mode, il a aussi la prestance et le charisme requis. Seul problème, son côté guy next door qui ferait presque dire : "pourquoi lui plutôt qu'un autre ?"

 

Voir aussi

C'est quoi Les Gardiens de la Galaxie : Joyeuses Fêtes, le nouveau Marvel Studios Special Presentation ?

C'est quoi Les Gardiens de la Galaxie : Joyeuses Fêtes, le nouveau Marvel Studios Special Presentation ?

Après les deux premiers volets de la saga « Les Gardiens de la Galaxie », le cinéaste James Gunn est de retour derrière la caméra pour mettre en scène un épisode de la licence un peu spécial : « Les Gardiens de la Galaxie : Joyeuses Fêtes ». Focus sur ce deuxième Marvel Studios Special Presentation, disponible sur Disney+.