ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Jean-Philippe : Fabrice Luchini ne voulait pas faire le film

Jean-Philippe : Fabrice Luchini ne voulait pas faire le film

Peut-on imaginer un monde sans Johnny Hallyday ? C'est la question posée par le film "Jean-Philippe", pour lequel le chanteur a décidé de jouer son propre rôle. Une comédie doucement fantastique à laquelle Fabrice Luchini ne voulait pas participer.

Jean-Philippe : la possibilité d'un monde sans Johnny

Des nombreuses années avant que Danny Boyle ne fasse disparaître les Beatles dans Yesterday, le film Jean-Philippe avait le même concept basé sur l'une des plus grandes stars francophones : Johnny Hallyday. Le titre fait référence à son vrai prénom et suit l'un de ses nombreux fans. On sait qu'une énorme communauté s'est forgée autour du chanteur - son décès l'a encore prouvé avec une énorme mobilisation. 3 ans auparavant, c'est Claude François qui était célébré dans Podium avec Benoît Poelvoorde qui voulait devenir le meilleur sosie de l'icône des 70's - l'acteur reprendra d'ailleurs son rôle dans une courte scène du film sur Johnny.

Le héros de Jean-Philippe est Fabrice (Fabrice Luchini), un homme lambda qui aime collectionner les produits dérivés de son idole. Lors d'une soirée dans un bar, il enchaîne les verres et termine dans un sale état. Complètement saoul, il est agressé par un homme qui le frappe. Transporté à l'hôpital, il se réveille dans un monde où Jean-Philippe Smet n'est jamais devenu Johnny Hallyday ! Il ne comprend pas comment ce rockeur à la si grande renommée ne soit plus connu. Fabrice ne veut pas vivre dans ces conditions et se lance donc à la recherche de Jean-Philippe Smet. Il s'avère que l'homme est le patron d'un bowling qui aurait pu se révéler dans la musique s'il n'avait pas eu un accident de moto avant son passage dans l'émission Paris Cocktail (le tournant de sa carrière qui l'a lancé). Fabrice va se battre pour essayer de faire reconnaître le talent de Jean-Philippe et que tout le monde puisse profiter, enfin, de Johnny Hallyday.

Jean-Philippe
Jean-Phillipe ©Mars Distribution

Johnny Hallyday est principalement connu pour ses prouesses au micro mais il s'est aussi laissé tenté par des passages sur grand écran. On l'a vu plusieurs fois tourner dans des genres différents mais le synopsis de Jean-Philippe lui propose une expérience à part, car il est question véritablement de qui il est. Une idée intéressante, lui permettant de repartager l'affiche avec Fabrice Luchini. Les deux se sont connus dans les années 80, à l'occasion du tournage de Conseil de famille, un film réalisé par Costa-Gavras. Ils ont ensemble un goût prononcé pour la musique et ne tardent pas à forger des liens.

Fabrice Luchini réticent

Ce projet serait donc une sorte de consécration pour leur amitié. Sauf que Fabrice Luchini n'est pas très emballé de prime abord quand arrive entre ses mains le script du film. Il ne comprend pas comment on peut imaginer un monde sans le chanteur et n'est pas très à l'aise avec le côté fantastique du film. Johnny Hallyday le voit comme l'acteur idéal pour tenir ce rôle de fan et sera tout heureux d'apprendre sa participation après un temps de réflexion. L'entourage de l'acteur - en particulier sa femme - lui aura donné envie d'accepter.

S'il s'amusait à l'imiter dans la sphère privée ou pour faire rire la galerie, Fabrice Luchini se confronte plus que jamais au mythe dans le cadre d'un film. Il y avait là un moyen d'explorer leur propre amitié et une admiration respective, ce qui se ressent à l'écran avec une véritable alchimie entre eux. Johnny ne s'était pas trompé en l'imaginant dans ce rôle. Nul n'est en capacité de savoir ce qu'aurait donné Jean-Philippe avec un autre acteur mais ce choix de casting a tout d'une implacable évidence.

 

Voir aussi

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

On se penche sur "Le Tigre blanc", le nouveau film de Ramin Bahrani. Une nouveauté Netflix et une adaptation du livre de l'auteur indien Aravind Adiga pour raconter une ascension sociale à la fois drôle et cruelle.