Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Michel !

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.

Jeux interdits, un chef-d'œuvre plein d'émotions

Jeux interdits est peut-être le film le plus connu de René Clément, dont la filmographie est particulièrement riche et variée. Le cinéaste a notamment traité de la Deuxième Guerre mondiale sous différents angles avec La Bataille du rail (1946), Le Père tranquille (1946), Les Maudits (1947) ou encore Paris brûle-t-il ? (1966). Avec Jeux interdits (1952) c'est par le prisme de l'enfance qu'il présente l'horreur de la guerre.

On y suit Paulette (Brigitte Fossey), jeune enfant de cinq ans qui perd ses parents dans un bombardement sur un pond. Elle est recueillie par une famille en pleine campagne et se lie rapidement d'amitié avec Michel (Georges Poujouly), dix ans, et le plus jeune de la famille.

Jeux interdits
Jeux interdits ©Silver Films

Le film est tiré du roman Les Jeux inconnus de François Boyer. Mais René Clément a également été inspiré par la photo d'une petite fille chinoise seule au milieu des bombes qu'il vit peu de temps après la guerre. Jeux interdits est donc une fiction réaliste. Il remporta le Grand Prix Indépendant au Festival de Cannes en 1952, le Lion d'or à la Mostra de Venise en 1952, et l'Oscar du meilleur film étranger en 1953.

Quand René Clément dirige Brigitte Fossey

Le tournage de Jeux interdits s'est déroulé en deux temps. En effet, René Clément avait d'abord tourné le film comme un court-métrage. C'est sous les conseils de Jacques Tati que le réalisateur reprit le tournage six mois plus tard pour en faire un long-métrage. Une reprise qui nécessita des ajustements, surtout pour les enfants - Brigitte Fossey avait par exemple perdu deux ans.

Jeux interdits
Paulette (Brigitte Fossey) - Jeux interdits ©Silver Films

Dans un entretien en 2001 inclus dans l'édition DVD du film, Brigitte Fossey se rappelle avoir d'abord été refusée par René Clément, qui la trouvait trop petite. Mais sa femme, Bella, l'a convaincu de faire un essai avec elle. Et c'est alors justement son insouciance, liée à son jeune âge (5 ans), qui a permis au réalisateur de mieux la diriger. Ce qui n'empêcha pas quelques difficultés pour tirer de l'enfant l'émotion désirée. Comme pour la dernière scène, lorsqu'elle est seule dans l'orphelinat.

Toujours dans cet entretien, Brigitte Fossey se rappelle :

C'était le dernier jour du tournage et j'étais très contente. Je devais partir en vacances de Pâques, on devait m'offrir une jolie bicyclette rouge.

Problème, la jeune fille est, à l'inverse, supposée être dévastée d'avoir été arrachée à son ami Michel. René Clément n'y est alors pas allé de main morte, quitte à risque de la traumatiser :

Il a tout essayé. Il m'a dit "tu n'auras pas ta bicyclette si tu ne pleures pas". Je savais que c'était pas vrai donc ça n'a pas marché. Et un moment donné il a dit "ta maman va partir, elle va te laisser toute seule". Maman a joué le jeu pour que je réussisse. Elle est partie. C'est dire à quel point il savait manipuler les comédiens.

L'horreur sur grand écran

Une manipulation traumatisante pour une enfant aussi jeune mais qui aura fonctionné. À l'image, Brigitte Fossey est criante de vérité et emporte le spectateur dans son émotion. Heureusement, ce tournage n'a pas eu de conséquences néfastes sur la comédienne qui, au contraire, ne tarit pas d'éloges sur René Clément. C'est d'ailleurs plutôt après que le traumatisme est apparu. Lors de la projection de Jeux interdits à Cannes. Brigitte Fossey assistait pour la première fois à une projection et, soudain, tout ce qu'elle avait fait lui paraissait terriblement vrai.

Là j'ai vu les bombardements. J'ai vu les avions. Et j'ai été complètement traumatisée et j'ai dit à ma mère que je ne voulais plus jamais le voir.

Ce n'est que plus tard, une fois adulte, qu'elle le reverra avec toujours autant d'émotion. L'intégralité de son entretien est disponible dans l'édition DVD de Studio Canal. Jeux interdits est également disponible à l'achat ou en location sur les plateformes VOD.

 

Voir aussi

Grégoire Ludig et David Marsais (Palmashow) :

Grégoire Ludig et David Marsais (Palmashow) : "Mandibules c'est absurde mais ça a une logique"

À l'occasion de la sortie de "Mandibules", le nouveau film de Quentin Dupieux, nous avons rencontré Grégoire Ludig et David Marsais, duo comique du Palmashow. Dans le film, ils interprètent Manu et Jean-Gab qui apprivoisent une mouche géante. Des personnages "simplets" jouissifs à interpréter.