Joker : quelle est la maladie liée au rire de Joaquin Phoenix dans le film ?

Joker : quelle est la maladie liée au rire de Joaquin Phoenix dans le film ?

En 2019, le cinéaste Todd Phillips réalise le premier film en solitaire sur le Joker, la némésis de Batman. Pour l'occasion, Joaquin Phoenix a travaillé un rire glaçant et perturbant. Saviez-vous que le célèbre personnage de comics souffre d'une maladie qui existe vraiment : le rire prodromique ?

Joker : une petite révolution

Après César Romero, après Jack NicholsonHeath Ledger et le décevant Jared Leto, le comédien Joaquin Phoenix devient, en 2019, le nouveau visage du Joker au cinéma. Produit par la Warner, Joker est le premier film entièrement dédié au Prince du Crime. Réalisé par Todd Phillips, le long-métrage rencontre un succès critique et populaire dithyrambique. Le pari de proposer un film centré sur les origines du clown de Gotham est un triomphe avec 11 nominations aux Oscars pour 2 statuettes remportées : Meilleur acteur pour Joaquin Phoenix et Meilleure musique pour Hildur Guonadottir. Côté box-office c'est un raz-de-marée avec plus d'1 milliard de dollars de recettes à travers le monde.

Joker
Joker (Joaquin Phoenix) - Joker ©Warner Bros.

Il faut dire que ce succès est entièrement mérité tant Joaquin Phoenix et Todd Phillips parviennent à fouiller la psyché du personnage. Le cinéaste raconte ses origines et la manière dont il est passé du timide Arthur Fleck au terrible Joker. Et comme d'habitude, il fallait donner au clown démoniaque un rire inquiétant et déroutant. Et Joaquin Phoenix a réussi à obtenir un rire angoissant.

Le rire du Joker : un élément fondamental

« Si je ne trouvais pas le rire du Joker, autant laisser tomber tout de suite », expliquait Joaquin Phoenix au micro de Première en septembre 2019. Le comédien a en effet accordé beaucoup d'importance au rire de son personnage, un élément fondamental de ce super-vilain d'anthologie. Il ajoute :

J'ai appelé Todd pour lui demander de passer à la maison. "Je vais essayer le rire devant toi, comme ça si ça ne marche pas, on sera fixés". Il est venu, et c'était atrocement embarrassant, parce qu'il était sur le canapé en train de me regarder, et j'ai mis un quart d'heure à sortir ce putain de rire. Lui me disait : "Tu sais, c'est pas grave si t'y arrives pas. Tu as déjà le rôle". Mais je voulais le faire. Pour être sûr. ça a été un des moments déterminants.

Joker
Arthur Fleck (Joaquin Phoenix) - Joker ©Warner Bros.

Pour obtenir un rire parfait pour le rôle, Joaquin Phoenix a expliqué qu'il a visionné une quantité importante de vidéos :

J’ai regardé des vidéos de gens souffrant de rires pathologique. Un désordre neurologique qui provoque chez ces personnes un rire incontrôlable.

Et ce désordre neurologique est une maladie réelle. Cette pathologie porte le nom de rire prodromique.

C'est quoi le rire prodromique ?

C'est le neurologue français Charles Féré qui diagnostique pour la première fois le rire prodromique en 1903 dans la Revue Neurologique. Ce dernier a exercé pendant des années à l’hôpital Bicêtre, dans le Val-de-Marne. Il décrit cette maladie mentale par la manifestation d'un rire pathologique, irrésistible et sans raison. Il précise que ces symptômes préviennent d'un accident vasculaire cérébral à venir et peuvent durer de quelques secondes à une trentaine de minutes.

En France, cette pathologie a été étudiée par des neurologues du CHU de Rouen en 2018. Dans un article publié dans The Journal of Emergency Medicine, ces derniers affirment que le rire prodromique s'observe notamment en cas de sclérose en plaques, de paralysie pseudobulbaire, de tumeur ou encore de sclérose latérale amyotrophique.

Joker
Joker (Joaquin Phoenix) - Joker ©Warner Bros.

Dans un autre article intitulé Neurologie du rire publié dans la Revue médicale Suisse en 2008, le rire prodromique est décrit de la façon suivante :

Rires et pleurs inadéquats incontrôlés, d’intensité anormale avec un manque d’affect subjectif approprié. Subjectivement, le rire et les pleurs pathologiques sont souvent vécus comme étant très pénibles et invalidants. Les patients cependant ne verbalisent le problème que rarement de manière spontanée ; aussi le médecin doit-il l’aborder de manière ciblée. Le traitement par des antidépresseurs est le plus souvent efficace. Le rire et le sourire inadéquats, opérant de manière non naturelle ou manquant de manière anormale, peuvent aussi être occasionnés par des perturbations émotionnelles pour lesquelles tant des causes neurologiques que psychiatriques surviennent.

Une pathologie difficile à traiter

Enfin, Patrick Verstichel, neurologue encore en activité, a posté une étude sur le rire prodromique sur le site Futura Sciences. Il explique la manière dont ce manifeste ce rire chronique :

Pour déclencher le rire, il faut une stimulation extérieure, qu'elle soit auditive, visuelle ou sensorielle. Les informations nerveuses créées par ces stimulations sont acheminées par les voies sensorielles jusqu'aux lobes frontaux. Le lobe frontal droit est le plus sensible à l'humour. Il joue un rôle de filtre. C'est-à-dire qu'il ajuste la réponse appropriée, qui peut être l'hilarité, mais toujours en tenant compte du contexte environnant et du caractère adapté ou pas du rire selon le contexte. La lésion du lobe frontal droit perturbe considérablement son rôle naturel de filtre inhibiteur. Dès lors, toute situation et toute stimulation étaient considérées comme irrésistiblement drôles, et activaient la chaîne nerveuse de déclenchement du rire. Le patient au rire pathologique met son entourage mal à l'aise, et provoque une distanciation. Les rires sans motif des psychoses, telle la schizophrénie, exercent ce même effet.

Des précisions et des explications qui s'adaptent parfaitement au personnage du Joker. Grâce aux différentes analyses médicales précédemment exposées, on peut comprendre davantage ce qui contrôle le Joker ; et les raisons derrière ces rires maladifs. Malheureusement, aujourd'hui encore, à cause de la rareté de ce phénomène, le rire prodromique est difficilement quantifiable, et surtout, extrêmement dur à traiter...

 

Voir aussi

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela Anderson dévoile une partie de ses archives personnelles dans "Pamela, a love story". Un documentaire disponible sur la plateforme Netflix, que la star préfère ne pas regarder.