Jonah Hill ne fera plus la promotion de ses films : il explique la raison

L'acteur de "SuperGrave" et "Le Loup de Wall Street" dit stop

Jonah Hill ne fera plus la promotion de ses films : il explique la raison

Alors que son deuxième long-métrage, le documentaire "Stutz", va bientôt faire sa première mondiale, l'acteur et réalisateur Jonah Hill a annoncé qu'il ne ferait plus la promotion des films dans lesquels il joue ou qu'il réalise, à cause des importantes crises d'angoisse qu'elle provoque chez lui.

Jonah Hill fuit les projecteurs

À bientôt 39 ans, l'acteur, producteur, scénariste et réalisateur Jonah Hill a déjà une riche carrière. Depuis sa première apparition au cinéma en 2004 dans I Love Huckabees, il a enchaîné les tournages, souvent à l'affiche d'au moins deux films chaque année. Il fait ses gammes dans la comédie, rencontre et se lie à Judd Apatow, avant de se révéler au monde entier grâce à son rôle dans SuperGrave en 2007.

Le Loup de Wall Street
Le Loup de Wall Street ©Metropolitan FilmExport

Il s'illustre encore dans le registre comique les années suivantes, avant d'entamer un virage dramatique réussi dans les années 2010. On le retrouve notamment aux côtés de Brad Pitt dans Le Stratège en 2011, sous la direction de Martin Scorsese dans Le Loup de Wall Street en 2013, ou encore dans le thriller War Dogs en 2016. En 2018, il écrit et réalise son premier long-métrage : 90's, une chronique de jeunesse à Los Angeles au milieu des années 90. Et alors que son nouveau film, le documentaire Stutz, va très bientôt être présenté dans différents festivals, Jonah Hill a pris une décision radicale : celle de ne plus prendre part à aucune promotion.

Des crises d'angoisse dont l'acteur veut se débarrasser

C'est dans une lettre ouverte transmise à Deadline que l'acteur a expliqué sa décision. Et celle-ci est en ligne très directe avec Stutz, puisque ce documentaire est une collection de discussions avec son thérapeute sur sa santé mentale, et sur les crises d'angoisse à répétition provoquées chez lui justement par sa participation à la promotion des films auxquels il participe.

J'ai terminé la réalisation de mon second film, un documentaire à propos de mon thérapeute et moi-même, qui explore la question de la santé mentale et dont le titre est "Stutz". L'objectif principal de cette production est d'offrir une thérapie et les outils, que j'ai découverts dans ma propre thérapie, à un large public pour un usage privé, au travers d'un film divertissant.

Grâce à ce voyage intérieur qu'on trouve dans ce film, j'ai enfin compris que j'avais passé quasiment vingt ans à souffrir de crises d'angoisse, des crises exacerbées par mes apparitions en public et dans les médias.

Je suis profondément reconnaissant que le film puisse avoir sa première mondiale dans un prestigieux festival cet automne, et je suis impatient de le partager avec le public du monde entier, avec l'espoir qu'il aidera ceux qui en ont besoin. Cependant, vous ne m'y verrez pas pour sa promotion, ainsi que pour mes prochains films, puisque j'ai pris cette importante décision pour me protéger. Si je devais me rendre encore plus malade en m'exposant pour promouvoir le film, je ne serais pas fidèle à moi-même et ne rendrais pas honneur au film.

Généralement, j'ai tendance à grincer des dents devant des déclarations comme celle-ci, mais je sais aussi que je fais partie des privilégiés qui peuvent se permettre de prendre du repos. Je ne perdrai pas mon boulot pendant que je travaillerai sur mes angoisses. Avec ces mots et avec "Stutz", j'espère normaliser la prise de parole et l'action sur ce sujet. Afin que les gens puissent prendre le chemin du bien-être et comprendre plus clairement leurs problèmes.

J'espère que mon travail parlera de lui-même, et je suis très reconnaissant envers mes collaborateurs, mes partenaires et envers tous ceux qui ont lu ces mots pour leur compréhension et leur soutien.

 

Voir aussi

Guillaume Roussel :

Guillaume Roussel : "je voulais que la musique de Novembre nous ramène de l'humanité"

Découvrez notre interview du compositeur français Guillaume Roussel, qui a notamment signé les musiques des films "Novembre" et "Kompromat" et qui travaille actuellement sur les deux longs-métrages très attendus adaptés des "Trois Mousquetaires".