ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Knock : un rôle exigeant pour Omar Sy

Knock : un rôle exigeant pour Omar Sy

"Knock" est revenu au cinéma en 2017 dans une nouvelle adaptation de la célèbre pièce de théâtre. Il y est incarné par Omar Sy qui a beaucoup travaillé pour jouer au mieux le personnage.

Knock : une histoire pas si drôle

Knock ou le triomphe de la médecine est au départ une pièce de théâtre de Jules Romains. Écrite en 1923, l'auteur dénonce, dans cette comédie grinçante, la puissance de la manipulation, quelle qu'en soit sa nature (commerciale, politique, religieuse...). A l'époque, Adolf Hitler commence à faire parler de lui en Allemagne, la publicité s'impose de plus en plus et le dramaturge voit bien que le monde ne va pas dans la bonne direction. Il invente alors ce personnage de docteur à la maxime magnifique : Les gens bien portants sont des malades qui s'ignorent !

La pièce est présentée à Paris fin 1923 avec Louis Jouvet dans le rôle principal. La satire est un triomphe et connaît une première adaptation au cinéma 2 ans plus tard. Deux autres suivront en 1933 et 1951. Elles ont la particularité d'avoir en commun Louis Jouvet dans le rôle principal à 18 ans d'intervalle. On peut dire que l'acteur était très attaché à cette œuvre.

Il faudra attendre plus de 60 ans pour voir le médecin peu scrupuleux revenir sur grand écran avec Knock de Lorraine Lévy. Elle offre la blouse du praticien à Omar Sy et l'entoure du fleuron du cinéma français. Ana Girardot, Alex Lutz, Hélène Vincent, Chantal Lauby, Pascal Elbé, Christian Hecq, Audrey Dana, Sabine Azéma et Michel Vuillermoz occupent effectivement les seconds rôles et jouent les faire-valoir face à la tornade Sy. Le comédien a toutefois beaucoup travaillé pour mériter cet attrait.

Lui ou rien

Quand Lorraine Lévy s'est lancée dans ce projet, elle voulait quasiment repartir de zéro par rapport aux anciennes incarnations de Knock. Elle souhaitait lui offrir plus d'humanité et une force singulière couplée à une certaine fragilité. Cela permettait d'insuffler à son film un peu plus de joie que dans l’œuvre originale. Un acteur lui est venu naturellement en tête : Omar Sy !

Dès l'écriture, c'est son visage qu'elle voit et l'idée ne la quitte pas. La réalisatrice s'approche donc de lui et lui propose le rôle. A sa grande surprise, l'acteur n'a jamais entendu parler de la pièce. Il sera donc parfait puisqu'il ne sera pas inspiré par ceux qui l'ont précédé.

Omar Sy dans Knock

Le duo réfléchit alors à ce Knock qu'ils vont faire naître. Le comédien travaille sa démarche, apprenant, non sans difficultés, à se tenir très droit. Mais au-delà de son physique, c'est une autre facette de son jeu qu'il va devoir améliorer : sa diction. Il est en effet impensable qu'il mâche ses mots ou bafouille. Alors Omar Sy met de côté son débit mitraillette et adopte une façon de parler plus calme et posée. Loin d'être effrayé par la tâche qui l'attend, l'acteur y voit justement une manière de faire progresser son éventail de capacités et de prouver qu'il peut jouer différemment. Il faut dire que l'on est loin de l'univers qui l'a vu naître du SAV des émissions.

Loin du personnage détestable de la pièce, le Knock version Omar Sy est plus solaire, fragile et humain. C'est un homme qui a souffert dans la vie et ne veut plus jamais ressentir cette souffrance. Il pense qu'il s'en sortira en gagnant beaucoup d'argent, même si c'est aux dépens de ceux qui l'entourent. Il manipule, oui, mais sans réelle méchanceté, plus par roublardise.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.