ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Le Masque de l'araignée : la première fin imaginée était différente

Le Masque de l'araignée : la première fin imaginée était différente

Morgan Freeman mène l'enquête dans "Le Masque de l'araignée". Un polar adapté du roman de James Patterson, très différent de l'original, et dont même la fin initiale a dû être retournée.

Le Masque de l'araignée, un polar avec Morgan Freeman

Dans Le Masque de l'araignée (2001), Morgan Freeman retrouve son rôle d'Alex Cross, quatre ans après Le Collectionneur (1997). Un personnage imaginé par James Patterson dont les films adaptent deux de ses romans : Le Masque de l'araignée (1993) et Et tombent les filles (1995). Ce qui fait donc, au cinéma, de Le Masque de l'araignée un prequel de Le Collectionneur.

Dans le film réalisé par Lee Tamahori, Megan, la fille d'un sénateur, est enlevée, a priori, par Gary Soneji, l'un de ses professeurs, en dépit d'une protection rapprochée. Le kidnappeur a alors une requête étrange, il souhaite qu'Alex Cross, profiler de la police de Washington, se charge de l'enquête. Ce dernier va vite se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un kidnappeur lambda mais bien d'un génie manipulateur. Il va néanmoins tenter de retrouver l'enfant avec l'agent Jezzie Flannigan (Monica Potter), en charge de la protection de l'enfant.

Le Masque de l'araignée sur 6Ter : la première fin imaginée était différente
© United International Pictures

Le Masque de l'araignée est un polar assez bien mené, avant tout porté par le charisme de Morgan Freeman, qu'on a souvent associé à des rôles de flics calmes et posés depuis Seven (1996). Récemment, la série Euphoria lui a même rendu hommage dans une scène où Zendaya mène une enquête et lâche cette réplique géniale : "I’m Morgan Fucking Freeman and this is the beginning of the third act" ("Je suis un putain de Morgan Freeman, et ceci est le début du troisième acte"). Il s'agit d'un film policier typique de ceux qu'on pouvait produire dans les années 1990. Et pourtant, Le Masque de l'araignée aurait pu être assez différent s'il s'était davantage callé sur le roman d'origine.

Un film très différent du roman

En effet l'intrigue du film présente de nombreuses différences par rapport au roman. D'abord, à l'origine, Alex Cross est un homme de 38 ans, veuf, et père de deux enfants, là où Morgan Freeman interprète un homme de plus de cinquante ans dont la femme est toujours en vie. Et il ne perd pas sa collègue dans une précédente affaire comme dans l'introduction du film. De plus, le livre raconte une enquête d'environ deux ans sur le kidnapping de deux jeunes élèves d'une école privée : Michael Golberg, fils du ministre des Finances, et Maggie-Rose Dunne, fille d'une star et d'un financier célèbre. Le film se déroule de son côté sur quelques jours et n'a gardé que le personnage de Maggie.

Le Masque de l'araignée sur 6Ter : la première fin imaginée était différente
© United International Pictures

Concernant les personnages justement, leur caractérisation varie également entre les deux œuvres. Jezzie et Gary sont bien présents, mais n'agissent pas de la même manière. Jezzie a par exemple une relation amoureuse avec Alex dans le roman, ce qui n'apparaît évidemment pas dans le film. Les deux personnages se rapprochent mais maintiennent une relation professionnelle, au mieux amicale. Et, élément plus spécifique, si Alex se détend habituellement en jouant du piano, on voit dans Le Masque de l'araignée Morgan Freeman passer son temps en construisant des maquettes de bateaux.

Une première fin "horrible"

Enfin, un changement a dû être opéré sur la fin du film à la suite d'une projection test. Le public alors présent aurait très peu apprécié le premier final imaginé. La production a donc décidé de retourner la fin. A l'époque, le réalisateur expliquait dans une interview auprès d'IGN :

Nous avions une fin qui ne fonctionnait pas. Nous l'avons jetée et en avons tourné une nouvelle, qui a fonctionné. Et c'était le résultat direct d'un public de test qui nous a dit que le film était génial mais que la fin était nulle.

On se demande alors évidemment à quoi pouvait ressembler cette première fin. Malheureusement, impossible de la voir. Le réalisateur refusant qu'elle puisse apparaître dans des bonus DVD, estimant que "l'autre fin était horrible" et " que quiconque la voie".

 

Voir aussi

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Philippe Clair, réalisateur de plusieurs comédies cultes des années 70 et 80, est décédé à l'âge de 90 ans.