Cannes 2024 : on a vu une comédie géniale de Laetitia Dosch avec Jean-Pascal Zadi, François Damiens et un chien

Cannes 2024 : on a vu une comédie géniale de Laetitia Dosch avec Jean-Pascal Zadi, François Damiens et un chien

Premier long-métrage de Laetitia Dosch, "Le Procès du chien" est une belle réussite. Une comédie géniale inspirée par un procès improbable, et qui questionne notre société.

Le Procès du chien : un premier long réussi pour Laetitia Dosch

On connaissait le talent d’actrice de Laetitia Dosch depuis sa révélation en 2017 dans Jeune femme, présenté à l’époque au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard et récompensé de la Caméra d’or. C’est dans cette même section que la comédienne est revenue sur la Croisette avec Le Procès du chien, mais cette fois avec, aussi, la casquette de réalisatrice. Un premier long-métrage qu’il lui aura demandé 4 ans de travail.

Sur le papier, on s’attendait à une comédie sympathique, un peu décalée, pour raconter l’histoire vraie du maître d’un chien accusé de morsures répétées et qui fut au centre d’un procès très médiatisé en Suisse en 2015. « Les gens avaient fait des pétitions, s’étaient beaucoup impliqués, affrontés », indiquait Laetitia Dosch dans une interview pour le Festival de Cannes, ouvrant déjà le champ des possibles pour dépasser la simple farce. Bien sûr, on s’amuse tout du long devant Le Procès du chien, mais le film dépasse rapidement sa situation loufoque.

Une comédie drôle et intelligente

Laetitia Dosch a un génie comique indéniable, autant dans son écriture (co-écrit avec Anne-Sophie Bailly) que dans son interprétation et ses choix de réalisation. Elle se donne ici le rôle d’Avril, une avocate qui enchaîne les cas désespérés et les échecs qui vont avec. Une femme sympathique, juste et émotive, exactement comme on imagine la comédienne. Par une voix-off, la sienne, elle partage les pensées de son personnage et montre ainsi ses incertitudes, sa colère et ses difficultés à agir comme elle le voudrait. Comme lorsqu'elle annonce que sa prise de parole se fera par une voix grave et assurée, mais que tout l’inverse se produit.

Laetitia Dosch - Le Procès du chien ©Bande à Part Productions
Laetitia Dosch - Le Procès du chien ©Bande à Part Productions

C’est ainsi le portrait authentique d’une femme d’aujourd’hui à laquelle n’importe qui peut s'identifier. À ses côtés, on retrouve un François Damiens, comme toujours excellent, dans le rôle du maître malvoyant. Mais aussi Jean-Pascal Zadi, génial en dresseur, chargé de s’occuper de l’animal durant son procès. C’est d'ailleurs, dans un premier temps, par lui que notre rapport au chien va être questionné. Et de là découleront des réflexions bien plus poussées sur notre société.

Intelligemment, Laetitia Dosch amuse autant qu’elle fait réfléchir sur les questions de consentement, sur la place des femmes, la difficulté à se révolter (Avril est harcelée par son patron) et notre humanité dans son ensemble. Car ce « simple » procès de chien divise l’opinion public. Notamment, lorsqu’est pointé, par la partie civile, une misogynie supposée de l’animal qui, jusqu’à présent, ne s’est attaqué qu’à des femmes. Ce qui aurait pu être une absurdité de plus provoque un véritable chaos dans une société prête à s’embraser - avec une montée inquiétante du fascisme.

Laetitia Dosch - Le Procès du chien ©Bande à Part Productions
Le Procès du chien ©Bande à Part Productions

Tout cela pourrait sembler un peu trop gros. Mais la maîtrise de Laetitia Dosch avec Le Procès du chien permet de garder un équilibre parfait. Un équilibre qui donne une comédie pétillante et intelligente, qui parvient même à bouleverser au moment du verdict. Une comédie « absurde, trouble et soulevant beaucoup de questions », dirait même Laetitia Dosch. On ne pourra pas dire mieux.

Le Procès du chien de Laetitia Dosch sortira en salles le 11 septembre 2024. Le film était présenté au 77e Festival de Cannes dans la sélection Un Certain Regard.