ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Le soldat Ryan a-t-il réellement existé ?

Le soldat Ryan a-t-il réellement existé ?

James Francis Ryan, le fameux soldat du film de Steven Spielberg "Il faut sauver le soldat Ryan", a-t-il vraiment existé ? À quelques détails près, son histoire est très proche du destin de deux fratries engagés dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, et tout particulièrement de celui d'un jeune soldat...

En 1998, un chef-d'oeuvre du cinéma mondial sort dans les salles. N'en déplaise à ceux qui peuvent légitimement lui trouver une perspective très américano-centrée, sa quasi perfection oblige à s'y résoudre : Il faut sauver le soldat Ryan est un monument du cinéma de guerre et une des plus belles réussites de Steven Spielberg, empereur parmi les rois du divertissement.

S'il n'a jamais renâclé à la violence dans ses films, c'est bien un côté léger et familial qu'on associe souvent à cet éternel sourire sous la casquette. E.T., la saga Indiana Jones et Hook, Jurassic Park, autant d'oeuvres qui ont surpassé en popularité ses projets plus graves - à l'exception de La Liste de Schindler -, des films comme Empire du soleil ou Amistad par exemple. Mais avec Il faut sauver le soldat Ryan, Steven Spielberg confirme de manière éclatante son statut de boss du cinéma hollywoodien avec un film de guerre sublime, violent et dramatique, adulte dans son approche du récit de la bataille de Normandie, tout en réussissant à y exploiter un de ses thèmes de prédilection : la reconstitution d'une famille. Et pour raconter cette histoire du sauvetage du soldat Ryan, des faits bien réels ont servi d'inspiration.

Des frères Sullivan et Niland au soldat Ryan

L'histoire d'Il faut sauver le Soldat Ryan est la suivante : un petit groupe de soldats américains expérimentés débarquent le 6 juin 1944 lors de l'opération Overlord, le très célèbre D-Day, et entreprennent une mission périlleuse pour retrouver et ramener au bercail James Francis Ryan, seul survivant d'une fratrie de quatre enfants. Ses trois frères sont tombés au combat sur différents fronts, et depuis la doctrine du "sole survivor", on retire du combat un soldat dans cette situation de dernier survivant.

Il faut sauver le soldat Ryan
Les frères Sullivan © Wikipedia

Cette doctrine est bien réelle et est appliquée depuis la disparition au combat des cinq frères Sullivan. Ceux-là, George, Francis, Joseph, Madison et Albert, nés entre 1914 et 1922, ont tous péri lors du naufrage de l'USS Juneau, coulé par des sous-marins japonais lors de la bataille de Guadalcanal le 13 novembre 1942. Ainsi, pour éviter qu'une lignée familiale soit entièrement décimée par une guerre, l'armée américaine décida de mettre en place la doctrine du "sole survivor" et de ne pas mobiliser ou de retirer des combats le dernier survivant d'une famille.

C'est cette même doctrine qui est évoquée dès le début du film, lorsque le chef d'état-major décide d'organiser le sauvetage du dernier fils vivant de la famille Ryan. Cette histoire des frères Sullivan est le premier point de départ authentique du film. Il y en a un autre, dont Il faut sauver le soldat Ryan s'inspire beaucoup tout en s'autorisant une liberté sur le déroulé des événements : l'histoire des frères Niland.

Le soldat Ryan est-il Frederick "Fritz" Niland ?

L'autre histoire vraie dont s'inspire Steven Spielberg pour Il faut sauver le soldat Ryan présente de grandes similitudes avec l'histoire des frères Ryan dans le film. Il y a l'aîné Edward, pilote de l'US Air Force dont le bombardier est abattu le 16 mai 1944, et qui est présumé mort. Il y a ensuite le second lieutenant d'infanterie Preston, tué au combat le 7 juin 1944 dans le secteur d'Utah Beach. Le troisième frère Niland est Robert, parachutiste de la 82ème division aéroportée américaine et tué le 6 juin 1944 près du village de Sainte-Mère-Église où les combats ont fait rage. Enfin, il y a Frederick, dit "Fritz", sergent dans la prestigieuse 101ème division aéroportée américaine. Et comme dans Il faut sauver le soldat Ryan, il est le plus jeune de la fratrie - comme James Francis Ryan - et sert dans la même division que lui.

Il faut sauver le soldat Ryan
Il faut sauver le soldat Ryan © Paramount Pictures

Lorsque son frère Edward est abattu dans le ciel de Birmanie, il est présumé mort. Lorsque ses deux frères Preston et Robert meurent le 6 et le 7 juin 1944, Frederick se bat lui aussi contre les régiments allemands en Normandie. Plusieurs jours après le D-Day, il apprend la mort de son frère Robert, dont il avait finalement rejoint la division. Les autorités prennent alors la décision de le rapatrier aux États-Unis, où il continue son service comme MP (la police  militaire) à New York jusqu'à la fin de la guerre.

Mis à part que son rapatriement n'eut rien à voir avec les combats acharnés du film pour trouver et protéger le soldat Ryan, le personnage de Matt Damon est directement inspiré de Frederick "Fritz" Niland et son histoire est très proche de celle de la fratrie Niland. À un détail majeur près.

Une conclusion plus heureuse

En mai 1944, l'aîné de la famille Niland, Edward, est donc présumé mort. Mais heureusement, il ne l'est pas. Son bombardier B-25 Mitchell abattu, il a en effet sauté en parachute et a erré dans la jungle avant d'être capturé et détenu par les forces japonaises - alliées aux Allemands - dans un camp de prisonniers en Birmanie. Il est libéré en mai 1945, et ce n'est seulement qu'à ce moment que Frederick apprit qu'il n'était pas le seul survivant Niland, mais que son frère aîné avait lui aussi survécu à la terrible Seconde Guerre mondiale...

Évidemment, cette conclusion est plus heureuse que celle de l'histoire (fictive  donc) des frères Ryan, et aussi moins spectaculaire, Frederick n'étant pas le seul survivant et son rapatriement n'ayant pas nécessité le sacrifice héroïque des hommes du commando emmené par le capitaine John Miller (Tom Hanks) dans Il faut sauver le soldat Ryan. Preston et Robert Niland sont enterrés l'un à côté de l'autre au cimetière américain de Colleville-sur-Mer. Un mémorial a été ouvert en 2019 à Crisbecq en mémoire de Preston, tué à cet endroit alors qu'il tentait de capturer le commandant de la batterie allemande. Les deux survivants ont continué leur vie après la guerre. Edward est mort à Tonawonda, la ville familiale, en 1984. Frederick s'est lui éteint en 1983 à San Francisco.

Pour la beauté de la mise en scène du film de Steven Spielberg, on remet ici l'inoubliable séquence du débarquement. Âmes sensibles s'abstenir.

 

Voir aussi

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Dans "Safe", Jason Statham protège une jeune fille qui a un don pour les chiffres. Le réalisateur a voulu donner un souffle 70's à son film.