L'EMPIRE DES LOUPS : Notre rencontre avec l'équipe du film !

L'EMPIRE DES LOUPS : Notre rencontre avec l'équipe du film !

Jean Reno, Chris Nahon, Arly Jover et Jean-Christophe Grangé s'étaient donné rendez-vous hier sur les Champs-Elysées à l'occasion de la projection en avant-première de L'EMPIRE DES LOUPS. De nombreuses personnalités avaient aussi fait le déplacement, dont Michèle Laroque, Christophe Barratier, ou le couple Laetitia & Johnny Hallyday !

=> Voir toutes nos images exclusives du tapis rouge
Propos recueillis par Amélie Chauvet et Aurélie Maulard le 18 avril 2005

-------------------

Notre interview du réalisateur Chris Nahon

« Ce n'est pas LES RIVIERES POURPRES 3, ni 4, ni 27. Certes, c'est un film adapté d'un livre du même auteur, et c'est bien normal que l'on retrouve le même état d'esprit. Certes, il y a Jean Reno, mais pas Vincent Cassel ni Benoît Magimel… Ce film est L'EMPIRE DES LOUPS avant tout et il va exister par lui-même. » => Voir la réponse en images
Sûr de lui, fier de son bébé, Chris Nahon l'est sans aucun doute. Son nom et sa petite tête blonde ne vous disent peut-être rien, mais cet élève fraîchement diplômé de l'école Luc Besson avait déjà explosé les écrans en 2001 avec LE BAISER MORTEL DU DRAGON. Après les animaux cracheurs de feu, le réalisateur danse aujourd'hui avec les loups et livre une adaptation plus ou moins fidèle du best seller de Jean-Christophe Grangé.

Quand on lui demande ce qu'il faisait depuis quatre ans, il répond avec un sourire qu'il s'est tout simplement reposé : «j'ai joué au tennis, au squash, j'ai beaucoup navigué… ! Plus sérieusement, j'ai eu beaucoup de projets avec les Américains, mais après le 11 septembre, tout a changé dans la manière de travailler avec les studios. » Un frenchie qui a quand même refusé, entre autres, la réalisation d'OTAGE et de CATWOMAN… Des regrets ? « Des doutes de temps en temps, mais pas de regrets pour l'instant. C'est tellement difficile d'imposer sa patte aux Etats-Unis. J'ai besoin de m'approprier le scénario, de l'adapter à ma personnalité pour le réaliser le plus sincèrement possible… Ce qui n'est pas concevable là-bas. »

De retour dans son pays d'origine, il tombe très vite amoureux du livre désormais culte de Grangé. « J'avais une furieuse envie de tourner, et j'étais à la recherche d'un roman à adapter. J'ai lu L'EMPIRE DES LOUPS, et ça a été un vrai coup de foudre. » S'attaquer à la fois à un best seller et à un auteur aussi médiatique que Jean-Christophe Grangé ne lui a jamais fait peur - même si aujourd'hui c'est souvent le romancier que l'on vient saluer en premier à la sortie de la salle. « Je ne me préoccupe pas de ces questions d'ego, ce qui m'intéresse c'est le résultat. Et cet EMPIRE DES LOUPS est justement le genre de film qui pourrait m'éclater en tant que spectateur. C'est à la fois un thriller, un drame, un film fantastique et d'aventures, une épopée, et surtout de nombreux parcours humains, avec des personnages qui vont jusqu'au bout de leur destin sans toujours savoir quel est le prix à payer. » => Voir la réponse en images
C'est cette diversité qui avait en premier lieu titillé le cinéaste, qui espère avoir retranscrit dans son film tout le plaisir qu'il a ressenti en dévorant le livre. Ce qui ne l'a pas empêché de modifier certains passages du roman qu'il ne trouvait pas assez cinématographiques - mais il n'entend pas pour autant décevoir les lecteurs : « c'est à eux d'avoir la maturité de comprendre que l'on ne peut pas toujours retranscrire un roman à la lettre, sinon il faudrait un film de dix heures ! Maintenant Stanley Kubrick fait SHINING et Stephen King crache dessus, mais pour moi un film et le livre dont il est tiré ne doivent pas être comparé. Ce n'est pas le même univers. Dans l'idéal, il faudrait voir le film puis lire le livre ! » => Voir la réponse en images

Une des choses qui a bien changé, c'est le personnage de Schiffer, ici interprété par Jean Reno : rajeuni, chemises hawaïennes, look de taulard et surtout cheveux blonds platine ! «Je tenais absolument à jouer sur le look de Schiffer. Je suis passé par des tatouages sur le visage, une perruque aux cheveux longs - et Jean Reno avec une perruque aux cheveux longs, ça vaut le détour ! C'était aussi l'occasion de donner une nouvelle vision de Jean, transformer l'acteur que l'on connaît tous très bien. » => Voir la réponse en images

Relooker les personnages, modifier un peu l'histoire, garder le mélange des genres, mais surtout ne pas faire de politique, telle était l'envie de Chris Nahon : « L'EMPIRE DES LOUPS est une fiction qui prend ses racines dans la réalité, en l'occurrence sous le soleil de la Turquie. Mais je n'ai jamais voulu traiter ce sujet d'un point de vue politique, favoriser ou non l'entrée du pays dans l'Europe. J'ai volontairement mis de côté des polémiques qui ne servent pas le cinéma que j'ai envie de faire aujourd'hui. » Pourtant le tournage au soleil n'a pas été de tout repos. Les Turcs, traumatisés par MIDNIGHT EXPRESS voyaient d'un très mauvais œil l'arrivée d'un film où le pays serait une nouvelle fois montré d'un point de vue pas toujours positif : « Les loups gris sont une sorte de mafia là-bas, et c'est vrai que j'ai reçu des menaces, maintenant bon on les prend au sérieux ou pas. J'ai plutôt tendance à trouver ça rigolo, mais peut-être que dans trois semaines je ne serais plus là pour en parler ! » N'empêche que l'organisation turque lui a écrit un nouveau scénario, lui a fait tourner des scènes spécifiques et qu'une version spéciale du film sortira en Turquie. « Il faut pourtant qu'ils apprennent l'autocritique s'ils veulent s'ouvrir à l'Europe. C'est la signature même d'une démocratie. Mais je suis sûr qu'ils sauront prendre ce film au degré approprié. » => Voir la réponse en images

Alors qu'il a des mots pleins la bouche lorsqu'il s'agit de parler de son film, Chris Nahon devient vite réservé ou hésitant quand il faut parler de lui. Il n'explique pas son goût pour la mise en scène énergique - sauf qu'elle ne vient pas des vidéo-clips, puisque contrairement à la rumeur générale, il n'en a réalisé qu'un seul dans sa vie. Ses influences ? Il a grandi avec le cinéma de Steven Spielberg, John Carpenter, Jim Jarmush, Tobe Hooper, Spike Lee…. Il admire Roman Polanski, Jean-Pierre Melville, Georges Lautner, Francis Ford Coppola, Alessandro Amenabar, le cinéma coréen, espagnol…

Pas de David Fincher, comme quoi les apparences sont parfois trompeuses. « Je n'ai pas la prétention de faire ni mieux ni différemment des autres. Je suis conscient que l'on n'invente rien, mais j'espère avoir amené quelque chose au genre avec mon film. » Les dragons, les loups, la prochaine fois ce sera quoi ? « Les dinosaures !? Non, je ne sais pas encore, j'ai des scénarii que j'ai déjà écrit, mais finalement ça ne m'importe peu que le scénario original soit de moi. Il faut juste que ce soit une belle histoire. » Une autre influence que Chris Nahon n'a pas cité, c'est Luc Besson - mais l'élève sérieux a retenu la leçon du maître : ne jamais rien révéler sur ses projets…

Propos recueillis par Aurélie Maulard (Paris, avril 2005)

=> Voir la fiche complète de L'EMPIRE DES LOUPS

 

Voir aussi

Venom 2 : on décrypte la scène post-générique !

Venom 2 : on décrypte la scène post-générique !

« Venom : Let There Be Carnage » débarque enfin au cinéma. L’occasion de se concentrer sur un élément traditionnel des films Marvel : la scène post-générique. Une séquence lourde de sens qu’on décrypte ici.