Accueil > News > Cinéma > L’Ile aux Chiens : le film de Wes Anderson ouvrira le festival de Berlin

L’Ile aux Chiens : le film de Wes Anderson ouvrira le festival de Berlin

Un film d’animation en ouverture de l’un des trois plus grands festivals de film. C’est une World Premiere !

Wes Anderson n’avait rien montré sur les toiles depuis son plus gros succès The Grand Budapest Hotel en 2014. Il revient avec un film d’animation en stop motion, la même technique que pour son autre film Fantastic Mr Fox de 2010.

Et c’est donc son film, L’Ile aux Chiens, qui fera l’ouverture en première mondial du 68ème Festival International du film de Berlin. Ce sera le premier film d’animation à faire l’ouverture de cet événement.

Japon, dystopie et chiens.

Le film se déroule dans un futur dystopique, au Japon. On suit Atari, un garçon de 12 ans, parti à la recherche de son fidèle compagnon sur une île poubelle. Une île où l’on entasse tous les déchets (jusqu’à maintenant ce n’est pas la dystopie) et où le maire a décidé de bannir aussi tous les chiens de Megasaki City (ça, ça l’est un peu plus).

Derrière les voix des personnages, on trouvera notamment Edward Norton, Bill Murray ou Scarlett Johansson. Mais à ceux qui auraient continué à regarder les films en VF depuis la naissance du DVD, puis la mort du vidéo club à l’avènement des services comme Netflix, on imagine que ce ne sera pas leurs voix françaises qui doubleront leurs chiens respectifs. Donc pas de Damien Boisseau, Bernard Métraux ou Julia Vaidis-Bogard mais sûrement des noms qui ameuteront plus largement en haut de l’affiche. On sait que vous êtes tristes.

Pour vous faire saliver, allez voir la sublime bande-annonce. Enfin, ce n’est pas tant la bande-annonce que les images qui sont sublimes. Bref, ça donne très envie, donc vous avez le choix entre vous rendre à Berlin le 15 février, ou commencer à faire la queue ici jusqu’au 11 avril.

Voir aussi

Guillermo Del Toro donne son avis sur l’échec du Dark Universe

Alors qu’il a refusé de commander le projet d’Universal, Guillermo Del Toro revient sur les problèmes symptomatiques des films d’horreur contemporains, et plus précisément ceux rencontrés par "La Momie ", supposé rampe de lancement au Dark Universe.