ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Ma Sorcière bien-aimée : un nouveau film en préparation adapté de la série culte

La sorcière la plus populaire de l'histoire

Ma Sorcière bien-aimée : un nouveau film en préparation adapté de la série culte

"Ma Sorcière bien-aimée", la sitcom culte des années 60 et 70, aura bientôt droit à une deuxième adaptation au cinéma après celle de 2005.

Ma Sorcière bien-aimée : par le bout du nez

Ma Sorcière bien-aimée est une des sitcoms les plus cultes de l'histoire de la télévision américaine. Elle est créée en 1964 par Sol Saks et durera 8 saisons.

Nous y suivions, pendant 254 épisodes, les tribulations du couple Samantha (Elizabeth Montgomery) - Darren (Dick York /Dick Sargent) qui semble être typique de l'Amérique de l'époque. Ils vivent dans une jolie maison de banlieue dans un quartier sans histoires. Lui est publicitaire, elle femme au foyer. Pourtant, les apparences sont bien trompeuses puisque Samantha est une sorcière centenaire issue d'une famille de magiciens aux grands pouvoirs. Par amour pour Darren, elle fait néanmoins le pacte de ne plus utiliser ses pouvoirs pour vivre un destin heureux à ses côtés. Ses proches, dont sa mère Endora (Agnes Moorehead), ne l'entendent pas de cette oreille et s'amusent à mettre des bâtons dans les roues de son conjoint. Le pauvre homme subit leur gentils tours et il faut toujours l'intervention de sa compagne pour remettre de l'ordre dans les situation cocasses.

Ma sorcière bien-aimée
Ma sorcière bien-aimée ©ABC

Ma Sorcière bien-aimée a d'abord marqué les spectateurs par sa bonne humeur et ses effets spéciaux rigolos. Mais ce qui restera, c'est bien la manière culte avec laquelle Samantha envoyait ses sorts en se touchant le nez. La série connut même en 1977 un spin-off intitulé Tabatha, centré sur la fille du couple. Hélas, le show connu un succès bien moindre puisqu'il ne dura qu'une saison de 13 épisodes.

La sitcom devrait très bientôt revenir, mais ce sera cette fois-ci sur grand écran.

Un premier film mal-aimé

Ma Sorcière bien-aimée au cinéma, ce n'est en effet pas nouveau. Une première adaptation est en effet sortie en 2005 sous la caméra de Nora Ephron avec Will Ferrell et Nicole Kidman dans les rôles principaux. Cette version n'a pas vraiment marqué les esprits, loin s'en faut. Il faut dire qu'elle prenait de nombreuses libertés par rapport au matériau d'origine. Dans un grand tour de mise en abyme, le long-métrage se focalisait sur un acteur qui allait jouer dans un remake de la série. Alors qu'il cherche une comédienne pour incarner Samantha, il tombait sous le charme d'Isabel, qui n'est rien d'autre qu'une vraie sorcière. Résultat : un des plus grands flops de l'histoire au box-office mondial.

La nouvelle version en développement se veut beaucoup plus fidèle à la sitcom culte. Le film racontera donc bien l'histoire d'une sorcière qui épouse un publicitaire.

Le scénario sera écrit par Terry Matalas et Travis Fickett, le duo derrière les séries MacGyver et 12 Monkeys. Ma Sorcière bien-aimée sera produit par Sony Pictures. Aucun acteur ou réalisateur n'est pour l'instant attaché au projet dont l'annonce aujourd'hui est tout sauf dû au hasard.

Ma Wanda bien-aidée

L'industrie du film à Hollywood est en constante recherche de projet afin de profiter de vague de buzz et d'attention. Il est difficile de ne pas trouver troublant la mise en production de cette nouvelle version de Ma Sorcière bien-aimée quelques mois après la diffusion de WandaVision sur Disney+. La série Marvel s'est fait en effet une joie de la parodier dans ses premiers épisodes avec Wanda dans le rôle tout trouvé de la sorcière au foyer.

WandaVision
WandVision ©Marvel Studios.

Une référence qui n'a pas échappé aux spectateurs et qui a remis un peu de lumière sur le show des années 60. Entre altruisme et opportunisme, il n'y a qu'un pas que le business hollywoodien s'est empressé de franchir. Pour le meilleur ?

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.