Mark Wahlberg et Jason Blum s’associent pour l’adaptation d’un drame inspiré d’une histoire vraie

Mark Wahlberg et Jason Blum s’associent pour l’adaptation d’un drame inspiré d’une histoire vraie

Mark Wahlberg et Jason Blum ont décidé d’adapter un fait divers qui a bouleversé l’Amérique, en se basant notamment sur un article publié dans "New York Magazine". Des élèves brillants d’une université d’arts sont tombés sous la coupe du père charismatique et manipulateur d’une de leurs camarades. Ce dernier a peu à peu pris le dessus sur eux et détruit méticuleusement leurs vies.

Le 28 avril dernier le New York Magazine publiait l’article « The Stolen Kids of Sarah Lawrence ». Il aura fallu à peine une semaine pour que Mark Wahlberg et Jason Blum se décident à racheter les droits de cette histoire vraie rapportée par les journalistes Ezra Marcus et James D. Walsh.

Tout a été si vite que des questions restent en suspend comme nous l’apprend The Hollywood Reporter. Le duo ne sait pas s’il va opter pour une adaptation en film ou sous la forme d’une mini-série. S’ils choisissent le long-métrage, Mark Walhlberg se chargerait à coup sûr du rôle principal.

Une manipulation pernicieuse

Il suffit de lire cet article en accès libre pour comprendre ce qui a décidé les deux hommes à s'emparer de cette histoire. Le parcours de ces jeunes est bouleversant et le récit de cette manipulation est tristement fascinant.

Comme son nom l’indique Stolen Kids raconte l’histoire de vies volées. De jeunes élèves de l’université d’arts de Sarah Lawrence près de New York se sont retrouvés sous la coupe d’un homme, le père d’une des leurs : Larry Ray.

Alors qu’il vient tout juste d’être libéré de prison, il se fait progressivement une place auprès du groupe d’amis de sa fille en racontant aux étudiants de vieilles histoires, son travail comme agent de la CIA notamment. Mais petit à petit, ce dernier prend le dessus sur chacun des membres du groupe comme le ferait le gourou d’une secte. Larry profite de leur situation de faiblesse pour obtenir des relations sexuelles et d’autres faveurs. Il obtient également de l’argent : des centaines de milliers de dollars.

Face à cette situation, les parents sont totalement démunis, la police se refuse à intervenir arguant qu’il s’agit de personnes majeures, libres de leurs actes et de leurs décisions. Interrogé par les journalistes, Larry Ray affirme que ses intentions sont « honorables ». L’article se finit néanmoins sur une note d’espoir avec deux étudiants qui ont su s’extraire de son influence mais d’autres n’ont toujours pas eu cette chance.

Le passé de l’homme semble également intéressant et pourrait être abordé dans cette adaptation. Accusé de nombreuses fraudes qui lui ont valu un long séjour en prison, il a notamment gravité autour de figures de la vie politique new-yorkaise comme l’ancien maire républicain Rudy Giuliani.

Jason Blum et Mark Wahlberg ont bien saisi le caractère cinématographique et romanesque de ce récit. En attendant d’en savoir plus sur cette production, on retrouvera Mark Wahlberg dans le film policier Wonderland qui devrait être diffusé cette année sur Netflix.

 

Voir aussi

Les Compères : cette décision de Francis Veber qui a

Les Compères : cette décision de Francis Veber qui a "déçu" Pierre Richard

"Les Compères" est le premier film de Francis Veber où un dénommé François Pignon apparaît. Et face au succès de la comédie, puis de celui de "Les Fugitifs", Pierre Richard se convainc que le personnage lui appartient.