Accueil > News > Cinéma > Martin Scorsese défend Mother! de Darren Aronofsky

Martin Scorsese défend Mother! de Darren Aronofsky

En salles depuis le 13 septembre dernier, “Mother !”, le dernier film de Darren Aronofsky, continue de faire réagir.

Actuellement en tournage de son prochain film, The Irishman avec Robert de Niro, Joe Pesci, Harvey Keitel et Al Pacino, Martin Scorsese a pris la parole dans une tribune publiée par The Hollywood Reporter. Il y fustige les sites Rotten Tomatoes et Cinemascope et leurs jugements expéditifs, en prenant pour exemple la réception pour le moins houleuse du dernier film de Darren Aronofksy, Mother!, très vite condamné par ces sites, et selon Scorsese, incompris.

Il n’est pas très étonnant de voir Martin Scorsese s’opposer aux jugements hâtifs et expéditifs des sites de recensement de critiques comme Rotten Tomatoes, qui représentent toute l’absurdité de l’ère de l’instantané. Dès sa sortie, Mother! avait en effet écopé d’un “F” sur le site américain Cinemascope, faisant du film l’un des vingt plus mal notés de l’histoire du site.

Un soutien de taille

Si Jennifer Lawrence, la Paramount, et Aronofsky lui-même ont naturellement défendu leur film. Le soutien désintéressé de Martin Scorsese est sans appel :

L’horreur, la comédie noire, les références bibliques, la fable : tout est là, et ce sont des éléments au service d’une expérience totale, qui avale les personnages et les spectateurs avec eux. Seul un véritable réalisateur passionné aurait pu réaliser ce film, auquel je réfléchis toujours des semaines après l’avoir vu.

Il a ensuite rappelé que les bons films nécessitent toujours un certain laps de temps avant d’être véritablement appréhendés, en opposition aux sites cultivant l’immédiateté des réactions :

De bons films faits par de vrais réalisateurs ne sont pas faits pour être décodés, consommés et instantanément compris. Ils ne sont même pas faits pour être instantanément aimés. Ils sont juste fait, parce que la personne derrière la caméra devait les faire. Et pour n’importe qui connaissant un minimum l’histoire du cinéma, il existe une très longue liste de films (Le Magicien d’Oz, La Vie est Belle, Vertigo, Point Blank entre autres) rejetés à leur sortie et qui sont ensuite devenus des classiques.

Rendez-vous dans vingt ans

Martin Scorsese, qui a souvent pris la défense d’œuvres peu évidentes, a toujours contribué à la réhabilitation, voire à la redécouverte de certains films (Soy Cuba en tête) devenus incontournables. En tant que figure importante et respectée de la cinéphilie, nul doute que son positionnement dithyrambique sur le dernier film d’Aronofsky fera son petit bout de chemin.

Mother !

Tout au long de cette tribune, Martin Scorsese livre par ailleurs un avis intéressant à propos de l’industrie du cinéma aujourd’hui et de la course à l’instantanéité, l’importance envahissante des chiffres au box-office et la notation impulsive qui n’a, selon lui, rien à voir avec la véritable critique de cinéma, qu’il apprécie. Martin Scorsese, loin d’y être réactionnaire, rappelle à la toute fin du texte que, pendant que des sites comme Rotten Tomatoes ou Cinemascope disparaîtront au fil du temps, des films comme Mother! resteront dans nos mémoires.

Mother! de Darren Aronofsky est en salles depuis le 13 septembre dernier.

Voir aussi

Gros Plan : Jane Campion, « Mes films sont des réactions à l’obsession pour la normalité »

À l’occasion de la rediffusion récente de certains de ses longs-métrages, et surtout de la diffusion inédite de la saison 2 de "Top of the Lake : China Girl", revenons sur le parcours atypique et incandescent de Jane Campion.