Miss Peregrine et les enfants particuliers sur M6 : comment les effets spéciaux ont été évités

Rien de tel que l’authenticité !

Miss Peregrine et les enfants particuliers sur M6 : comment les effets spéciaux ont été évités

Adapté du roman éponyme signé Ransom Riggs (2011), Miss Peregrine et les enfants particuliers (2016) marque la seconde collaboration entre Eva Green et Tim Burton. L’actrice avait effectivement déjà tourné sous l’égide du cinéaste dans Dark Shadows quatre ans plus tôt. Tous deux se sont d’ailleurs de nouveau retrouvés sur le tournage de Dumbo (2019), tandis que Green campait une trapéziste française.

Une évidence

Souvenez-vous… C’est à la mort de son grand-père Abe (Terence Stamp) que Jacob (Asa Butterfield) découvre l’existence d’un monde mystérieux menant dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine (Eva Green) pour Enfants Particuliers. Chacun des résidents est doté d’un pouvoir bien spécifique. Or le mystère enfle et le danger s’amplifie tandis que de puissants ennemis font leur apparition. Jacob va alors découvrir que seule sa propre particularité peut sauver ses nouveaux amis face à M. Barron (Samuel L. Jackson).

Les droits du roman de Riggs ont été acquis par Chernin Entertainment, société de production basée chez Twentieth Century Fox dont Jenno Topping est la présidente. Un livre étrange et effrayant qui représente selon elle une très belle histoire sur le passage à l’âge adulte. Une histoire qui n’aurait pas pu être portée à l’écran par un autre réalisateur que Tim Burton : 

À l’instant même où nous avons lu le manuscrit, nous savions que Tim Burton serait le metteur en scène parfait pour tourner une adaptation. C’était comme s’il avait été écrit pour lui !

Le cinéaste s’est de son côté aussitôt senti connecté à cette œuvre onirique, à la fois puissante et mystérieuse. Raison pour laquelle Miss Peregrine et les enfants particuliers est à ce point teintée de sa patte si particulière.

Feu les effets spéciaux 

Tim Burton était désireux de recourir le moins possible aux effets spéciaux pour leur préférer de vrais effets physiques. Le but ? Offrir aux spectateurs un maximum de réalisme. Le superviseur des effets visuels Frazer Churchill a ainsi dû créer de toute pièce l’apparence unique des Sépulcreux. Ces Particuliers invisibles créés par M. Barron nécessitaient pour rappel de se nourrir des yeux de Particuliers pour redevenir humains. Le technicien s’est donc basé sur des images de grandes silhouettes émaciées dotées de dents acérées, de petits yeux, d’une peau à l’apparence maladive et dépourvues de visage pour les rendre horrifiques. Pari gagné :

Le tout ressemble à un cauchemar d’enfant. Cela a constitué le point de départ pour la conception visuelle. Nous voulions que les Sépulcreux ressemblent encore un peu aux humains qu’ils avaient été dans le passé. Ils sont juste assez monstrueux pour être effrayants.

Churchill et son équipe ont par ailleurs pris en main les effets visuels contribuant à créer les abeilles qui sortent de la bouche de Hugh (Milo Parker) et obéissent à ses ordres. Nous leurs devons également la conception des squelettes de l’épique bataille de Blackpool, qui comporte également des éléments en stop-motion. Le technicien est pour finir le créateur des boucles temporelles de Miss Peregrine, les fameuses capsules temporelles qui isolent les enfants des dangers extérieurs. Afin de les rendre les plus réalistes possible sans user d’effets spéciaux, des prises de vues en time-lapse (effet d’ultra accéléré réalisé image par image) ont été utilisées. Mais également une grande collection d’éclairages simulant le jour et la nuit ainsi que de la pluie !

1/3

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Miss Peregrine et les enfants particuliers ©20th Century Fox
2/3

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Hugh (Milo Parker) - Miss Peregrine et les enfants particuliers ©20th Century Fox
3/3

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Miss Peregrine et les enfants particuliers ©20th Century Fox

Une histoire familière

Burton s’est exprimé au sujet de cette étiquette de « particulier » que l'on nous colle souvent durant l'enfance :

Les enfants n’oublient jamais vraiment ce sentiment de différence. Cela reste avec vous pour toujours. J’ai moi-même été désigné comme « particulier » parce que j’adorais les films de monstres. Dans l’enfance, on vit ce genre de chose, et parfois cela se prolonge même plus tard dans la vie. Beaucoup de gens le ressentent. 

Le puissant lien qui unit Jacob à son grand-père dans Miss Peregrine et les enfants particuliers a pour finir sensibilisé le réalisateur. Ce dernier était effectivement infiniment proche de sa grand-mère qui fut la personne la plus importante de sa vie et qu’il décrit comme « magique et très spéciale ». Une relation entretenue avec un grand-parent est selon ses dires différente de celle que l'on peut avoir avec nos parents ou nos amis. Il s’agit d’une situation unique.

 

 

 

Voir aussi

Benjamin Voisin (En roue libre) :

Benjamin Voisin (En roue libre) : "Je me demande toujours combien les personnages se mentent à eux-mêmes"

Benjamin Voisin et Marina Foïs se découvrent et prennent la route dans "En roue libre", road movie surprenant et premier long-métrage de Didier Barcelo. Nous les avons rencontrés pour entrer avec eux dans le détail de cette comédie rafraîchissante.