Moi, Christiane F : que devient l'actrice principale du film ?

Un film choc

Moi, Christiane F : que devient l'actrice principale du film ?

Au début des années 80, le cinéma allemand secoue son monde via un film intitulé "Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée...". Au casting, on retrouve l'actrice Natja Brunckhorst qui campe le rôle principal. Un rôle qui changera sa carrière, à jamais.

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée... : un film allemand culte.

1978 : l'Allemagne est, à cette époque, un territoire divisé en deux états. La ville de Berlin elle-même est séparée par un Mur symbolique pour empêcher les Allemands de l'Est de rejoindre l'Ouest. C'est dans ce contexte difficile qu'une jeune allemande nommée Christiane Felscherinow livre son autobiographie (écrite et publiée par les journalistes Horst Rieck et Kai Hermann) intitulée Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée...

Ainsi, le livre relate le passé tragique de la demoiselle, entre contexte familial houleux, abus de drogue et prostitution de sa part. L'autobiographie est un grand succès, devenant rapidement un best-seller traduit en 18 langues. La notoriété du livre entraîne deux ans plus tard une adaptation ciné réalisée par Uli Edel. Là aussi, le film trouve son public. En effet, le long-métrage se fait l'écho d'une Allemagne socialement brisée, dans laquelle la jeunesse est totalement laissée à l'abandon.

Moi Christiane F. , 13 ans, droguée, prostituée...
Moi Christiane F. , 13 ans, droguée, prostituée... ©Solaris Film

A noter que, 40 ans après le film, une nouvelle adaptation de Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée...a vu le jour sur Amazon Prime, sous forme de série télévisée.

La révélation Natja Brunckhorst

C'est à l'âge de 14 ans que la comédienne Natja Brunckhorst est repérée par le metteur en scène Uli Edel pour interpréter le rôle de Christiane dans Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée.... L'adolescente ne le sait pas encore, mais ce film bouleversera sa carrière. En effet, non seulement, il est un grand succès, mais en plus, son actrice principale est grandement saluée pour son interprétation.

Un an après Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée..., Brunckhorst apparaît de nouveau au cinéma dans le film Querelle. Cependant, le battage médiatique autour du film qui l'a révélé se fait de plus en plus pressant. Difficile à gérer par conséquent, pour une fille de son âge. Elle décide donc de se retirer du monde du cinéma et quitte l'Allemagne pour l'Angleterre en 1986, afin de poursuivre ses études. Elle revient dans son pays natal un an plus tard pour suivre durant 4 ans des cours d'actrice à la Schauspielschule Bochum.

En parallèle de ses études, elle continue à tourner au cinéma et à la télévision dans des productions allemandes très peu connues. Sa carrière connaît néanmoins une petite interruption entre 1993 et 1994 puisqu'elle est atteinte d'un cancer, dont elle finit par guérir.

Une actrice qui se diversifie

En 1998, Natja Brunckhorst fait un retour au premier plan en signant son premier scénario pour les besoins de la série télévisée Einsatz Hamburg Süd. Une nouvelle vocation qui lui permet d'ailleurs de remporter le Prix du scénario allemand en 2001 pour Comme le feu et la flamme. À noter que durant cette même année, elle réalise son premier film avec La Mer.

Parallèlement, elle apparaît toujours au cinéma dans des longs-métrages tels que La princesse et le guerrier ou bien encore Totem (seul film allemand présent lors de l'édition 2011 de La Mostra de Venise).

On la retrouve également à la télévision dans un rôle récurrent au sein de la série Dr. Sommerfeld – Neues vom Bülowbogen (1997-2004).

Sa dernière apparition sur les écrans remonte à 2016 avec Police 110. Aujourd'hui, l'actrice révélée par film Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… vit à Munich avec sa fille.

 

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...