Morgan Freeman invité au ‘’Festin de l’Amour ‘’...

Actuellement sur le tournage de la comédie EVAN ALMIGHTY (« Evan tout puissant »), suite du film BRUCE TOUT PUISSANT, Morgan Freeman est en négociations avec la Lakeshore Entertainment – déjà productrice du multiprimé MILLION DOLLAR BABY - pour jouer dans la comédie dramatique The Feast Of Love.

Le film est une adaptation du roman éponyme de Charles Baxter (Festin d’Amour), sorte de valse romantique de destins entremêlés. Charlie, un écrivain insomniaque en quête d'inspiration, croise son ami Bradley, qui lui suggère une idée... L'amour, n'est-il pas prodigue en histoires extraordinaires ? La réalité ne surpasse-t-elle pas bien souvent la fiction ? Par l'entremise du maladroit Bradley, Charlie va rencontrer ses futurs personnages : ex-épouses, amis, voisins, hommes et femmes, jeunes ou moins jeunes. Et tandis qu'ils célèbrent l'amour absolu ou éperdu, salvateur ou destructeur, l'amour dévorant ou assagi par les années, de nouveaux liens se forgent entre Bradley, Chloé, Oscar, Diana, Harry et les autres...
Morgan Freeman devrait incarner Harry Scott, un professeur de philosophie.

The Feast Of Love sera réalisé par Robert Benton (Oscar 1979 du Meilleur Réalisateur et Meilleur Scénario pour KRAMER CONTRE KRAMER) pour un scénario signé Allison Burnett (UN AUTOMNE A NEW YORK). Si Morgan Freeman – quatre fois nommé aux Oscars et lauréat pour MILLION DOLLAR BABY - finit, en plus, par s’associer au projet, la côte du film risque de grimper en flèche. Une aubaine pour Lakeshore qui souhaite lancer les enchères des ventes internationales du long-métrage lors du Festival de Cannes, la semaine prochaine.

Le tournage devrait débuter en août alors, préparez vos mouchoirs…

E.G. (10 mai 2006 – Avec The Hollywood Reporter)

 

Voir aussi

L'Horloger de Saint-Paul : un premier film compliqué pour Bertrand Tavernier

L'Horloger de Saint-Paul : un premier film compliqué pour Bertrand Tavernier

Premier long-métrage réalisé par Bertrand Tavernier, "L'Horloger de Saint-Paul" (1974), avec notamment Philippe Noiret et Jean Rochefort, fut également son premier grand succès critique. Et ce, malgré une mise en chantier du film pénible pour le réalisateur.