Paradise City : après Pulp Fiction, John Travolta et Bruce Willis se retrouvent

Pas sûr que ce soit à la hauteur du film de Tarantino

Paradise City : après Pulp Fiction, John Travolta et Bruce Willis se retrouvent

John Travolta et Bruce Willis n'ont partagé qu'une seule fois l'affiche. C'était en 1994, pour le mythique "Pulp Fiction" de Quentin Tarantino. Plus de 25 ans après, ils vont être de nouveau réunis pour "Paradise Lost."

Paradise City : les retrouvailles entre Bruce Willis et John Travolta

Quentin Tarantino est un réalisateur qui se trompe rarement sur ses castings. Quand il tourne Pulp Fiction, il s'entoure de talents comme John Travolta et Bruce Willis. 27 ans après avoir été à l'affiche de ce chef d'œuvre, ils vont se retrouver pour Paradise City.

Ils seront réunis à l'écran devant la caméra de Chuck Russell. Un réalisateur à qui l'on doit The Mask ou le fort sympathique Le Blob. Malgré quelques tentatives, il vivote dans l'industrie et n'est plus sur les radars de grand monde. Il signe son retour à la mise en scène avec Paradise City, un film d'action décrit dans la veine de Miami Vice. À la différence près que les flics sont remplacés par des chasseurs de primes.

Bruce Willis va incarner Ryan Swan, un chasseur de primes qui fait ses affaires dans un Hawaï gangrené par le crime. À la tête d'un empire criminel se trouve un parrain campé par John Travolta. Le premier va vouloir se venger du second, responsable de la mort de son père. Pour ajouter un peu de douceur dans ce monde de brutes, Praya Lundberg a été engagée en premier rôle féminin.

Deux carrières en chute libre

The Fanatic
The Fanatic ©Program Store

Si Bruce Willis et John Travolta n'étaient pas au casting, il est fort possible qu'on ne se serrait pas penché avec autant d'attention sur Paradise City. Et encore, on aurait quand même pu ne pas le faire vu la tournure prise par leurs carrières relatives. L'un comme l'autre vivent des temps compliqués professionnellement parlant. On a l'impression qu'ils n'en ont plus grand chose à faire de tourner dans du cinéma de qualité et privilégient des projets de seconde zone.

Dommage, quand on connaît leur talent. Leurs futures retrouvailles, bien qu'amusantes sur le papier, ne laissent pas forcément penser que l'expérience sera satisfaisante pour les spectateurs. Au contraire, on craint qu'ils se soient encore fourrés dans une drôle d'affaire susceptible de subir une volée de bois verts.

En attendant, vous pouvez toujours revoir le duo dans Pulp Fiction :

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.