ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Participez à Film'art, le premier concours de courts-métrages de l'ACP Saint-Ouen

Le thème « Ici et là-bas » vous inspire pour un court-métrage ? Si oui, vous avez jusqu’au 1er Novembre pour envoyer vos films à l’Association culturelle des Portugais de Saint-Ouen (ACP Saint-Ouen) pour la première édition du concours de court-métrage, « Film’art ».

En portugais, « Filmar-te » signifie « te filmer ». En français, l’expression reflète l’esprit même du concours, né de la volonté de l’association d’élargir ses activités, et de lier des projets culturels clés, entrelacés depuis toujours : l’art, la culture, et la technique cinématographique.

« Ici et là-bas » sera donc le thème de 2013, laissant le champ libre à toutes les interprétations possibles : les thèmes de l’émigration, de l’immigration, de l’accueil, du changement, de la transformation en général peuvent être traités librement, à partir du moment où les consignes du règlement sont respectées. Le traitement du thème est libre, permettant à chacun de créer de la manière qui lui semble la plus appropriée le sujet choisi (reportage, fiction, humour, émotion).

L’association a arrêté son choix sur ce thème car, en tant que structure liée à une communauté, cette idée lui est apparu comme fédératrice, pour les anciennes et nouvelles générations ainsi que pour l’ensemble des cultures.
Vous avez jusqu’au 1er novembre pour envoyer votre film, qui doit être d’une durée de 3 à 12 minutes. Une pré-sélection sera faite par les membres du jury. Le 16 novembre aura lieu une soirée à laquelle un jury extérieur participera afin de visionner les films sélectionnés et choisir les meilleurs cinéastes de demain.

Toutes les informations sur www.ribatejanos.fr

Julia Hu (18 Octobre 2013)

 

Voir aussi

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

On se penche sur "Le Tigre blanc", le nouveau film de Ramin Bahrani. Une nouveauté Netflix et une adaptation du livre de l'auteur indien Aravind Adiga pour raconter une ascension sociale à la fois drôle et cruelle.