Pourquoi les marques fictives de Quentin Tarantino sont une idée de génie ? - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Pourquoi les marques fictives de Quentin Tarantino sont une idée de génie ?

Pourquoi les marques fictives de Quentin Tarantino sont une idée de génie ?

A l’occasion de l'écriture du scénario de "Pulp Fiction", Quentin Tarantino imaginait ses premiers placements de produits. Ces marques fictives seraient-elle un moyen de créer un lien entre tous les films du réalisateur ? C’est en tout cas la théorie que soutiennent ses plus grands fans. Tour d’horizon des fake brands de Tarantino les plus populaires.

Passé maître dans l’art du détournement, Quentin Tarantino n’est jamais là ou on l’attend. Ses idées scénaristiques fusent aussi vite que la répartie de ses gangsters fétiches et parmi ses plus brillantes on compte ses marques fictives. Des cigarettes aux chaînes de fast-food en passant par les compagnies de transport, elles contribuent à rendre ses histoires plus réelles et nourrissent le mythe autour de ce storyteller hors-pair. Tour d’horizon des meilleurs branding de l’industrie version fiction Tarantinesque.

L'iconique tabac "Red Apple"

Contrairement aux autres réalisateurs, Quentin Tarantino invente ses propres codes et propose des placements de produits fictifs pour le plus grand plaisir de ses fans. Parmi les plus connus on retrouve la marque de tabac “Red Apple”, qui a été imaginée dans Pulp Fiction et est récurrente dans la majorité des ses films. Cet art du détournement fascine également ses acteurs phares comme Tim Roth qui confiait à Tara Wood dans son documentaire QT8 : Tarantino en 8 films :

Il y a un super passage dans Les Huit Salopards où Demián Bichir est derrière le bar et il fume du tabac Red Apple. Il est debout, comme ça, et il a l’air d’apprécier. On était tous frustrés parce que c’est lui qui a eu le moment Red Apple. Il l’a eu pour lui tout seul.

Spécialités culinaires & culture populaire

Autre marque à succès : la fameuse chaîne de fast-food hawaïenne “Big Kahuna Burger” ("une personne importante" en argot) qui apparaît durant la scène où Samuel L.Jackson récite son cultissime “Ezekiel 25 : 17” dans Pulp Fiction. Aussi, "Acuna Boys", une marque de fast-food mexicaine qui apparaît également dans Jackie Brown, Kill Bill : Volume 2 et Boulevard de la mort. Enfin, "Teriyaki Donut" est une chaîne de restaurants proposant des beignets et de la nourriture japonaise qui figure dans Pulp Fiction et Jackie Brown.

Quentin tarantino

Mention spéciale également aux céréales "Fruit Brute" qui, selon la rumeur, seraient les préférées du réalisateur pour leur côté nostalgique et régressif. Un plaisir enfantin qu'on agrémente d'un café de la marque "Oak Ridge Coffee", un village proche de Knoxville, sa ville natale.

Les autres marques de l'univers Tarantino

Côté transport, Quentin Tarantino semble également très inspiré. Dans ses fictions, les compagnies aériennes s'appellent "Air O", "Cabo Air" (dont le logo ressemble d'ailleurs étrangement à celui de l'association des Cocaïnomanes Anonymes), et "Big Jerry Cab Co." pour les taxis dans lesquelles résonne la radio fictive "Austin Hot Wax 505".

Quentin Tarantino

Pour l’anecdote, les placements de produits sont également un moyen de rendre hommage aux équipes qui l’ont accompagné durant toute sa carrière. A l’instar de David Wasco et de sa femme Sandy Reynolds Wasco, décorateurs de plateau, qui ont eu le droit à leur propre marque d’adrénaline « Wascomed », celle qui sauve Mia Wallace de l'overdose dans Pulp Fiction.

Autant de créations fictives qui témoignent une fois de plus de l’imagination et du sens du détail de Tarantino pour parfaire son univers :

Quand je fais un film, j’espère réinventer le genre un peu. Je poursuis mon chemin. Je crée ma propre version, celle du petit Quentin. J’essaye de mélanger des choses qui n’ont jamais été mélangées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Le Gardien des mondes lundi 13 juillet sur TMC : c'est quoi ce film de SF ?

Le Gardien des mondes lundi 13 juillet sur TMC : c'est quoi ce film de SF ?

Après "Night Watch" en 2004 et "Day Watch" en 2005, tous les deux réalisés par Timour Bekmambetov, un autre roman de Sergueï Loukianenko a donné lieu à une grosse production russe : "Le Gardien des mondes". Un film de science-fiction qui tente, avec ses moyens, d'en mettre plein les yeux.