ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Que pense George Lucas des nouveaux films Star Wars ?

Que pense George Lucas des nouveaux films Star Wars ?

Depuis 2012, George Lucas n'est plus le grand manitou du royaume « Star Wars ». Pour autant, Disney, qui détient maintenant les droits d'exploitation de la licence, continue de développer cet univers sur grand et petit écran. Mais au fait, que pense George Lucas de tout ceci ?

George Lucas : le grand patron

En 1977, George Lucas lance une révolution totale dans l'univers du septième art. Le cinéaste imagine en effet un univers inédit, qui va faire la joie des petits et grands : il invente Star Wars. Suite au succès du premier film, Un Nouvel Espoir (plus de 775 millions de dollars de recettes au box-office), il décide de se lancer dans une saga entière. Après deux épisodes cultes, L'Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi, George Lucas revient en 1999 avec La Menace Fantôme, le premier épisode d'une nouvelle trilogie. Puis en 2008, il crée avec Dave Filoni la série animée The Clone Wars. Enfin, il décide de se séparer de son bébé en 2012. Il vend LucasFilm à Disney pour la somme de 4 milliards de dollars. Maintenant que George Lucas a un avis extérieur, que pense-t-il des nouvelles créations de Disney ?

Le Réveil de la Force

En 2015, Disney décide de produire une troisième trilogie, dix ans tout juste après la sortie de La Revanche des Sith. La production confie la réalisation de ce septième opus à J.J. Abrams, homme à tout faire des blockbusters hollywoodiens. Grâce à une direction artistique solide et une véritable fidélité au travail passé de George Lucas, Le Réveil de la Force a globalement été bien reçu par les fans. Et malgré quelques sceptiques, le long-métrage a rapporté plus de 2 milliards de dollars au box-office. Rien que ça...

Mais alors, qu'a pensé le grand patron de cette nouvelle version de son mythe ? Le livre de Bob Iger, intitulé The Ride of a Lifetime: Lessons Learned From 15 Years As CEO Of The Walt Disney Company, révèle que George Lucas a globalement été déçu par le film de J.J. Abrams :

Juste avant la sortie mondiale, Kathy a projeté Le Réveil de la Force à George. Il n'a pas caché sa déception. "Il n'y a rien de nouveau ", dit-il. Dans chacun des films de la trilogie originale, il était important pour lui de présenter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouvelles technologies. Dans celui-ci, il a dit: "il n'y a pas assez de sauts visuels ou techniques".

Star Wars : Le Réveil de la Force
Star Wars : Le Réveil de la Force @LucasFilm / Disney

Difficile de lui donner tort... Le cinéaste avait même soumis à Disney des bribes de scénarios, des idées à exploiter, une histoire à suivre. Et il a été très déçu quand il s'est rendu compte que le studio aux grandes oreilles n'en a pas tenu compte :

Ils ont regardé les histoires, et ils ont dit: 'Nous voulons faire quelque chose pour les fans"... Ils ont décidé qu'ils ne voulaient pas utiliser ces histoires, ils ont décidé qu'ils allaient faire leur propre truc... George Lucas tenait à s'impliquer : "mais si j'entre là-dedans, je vais juste causer des problèmes, car ils ne feront pas ce que je veux. Et je n'ai plus le contrôle pour faire ça, et tout ce que je ferais, c'est tout gâcher".

Rogue One : A Star Wars Story

En attendant la sortie du huitième opus, Disney a décidé de proposer aux spectateurs une parenthèse inattendue avec le premier spin-off de l'histoire de la licence : Rogue One. Réalisé par Gareth Edwards, le long-métrage a fait l'unanimité. La presse comme les spectateurs ont été totalement séduits par cette histoire annexe qui se déroule entre les événements de La Revanche des Sith et ceux de Un Nouvel Espoir. Le film est nommé à deux reprises aux Oscars et rapporte plus d'un milliard de dollars au box-office.

Rogue One : A Star Wars Story
Rogue One : A Star Wars Story @LucasFilm / Disney

Il n'y a pas de trace d'un avis quelconque de George Lucas sur ce film. Mais lors des conférences de presse, Gareth Edwards a affirmé que George Lucas a été très séduit par sa proposition. On ne peut que le croire sur parole :

Il y a deux jours, nous avons pu montrer le film à George. Nous avons tous eu un coup de téléphone et j'ai pu lui parler hier. Je ne veux pas parler en son nom, mais je peux honnêtement vous dire que je peux mourir heureux maintenant. Il a vraiment aimé le film. Cela signifiait beaucoup. Pour être honnête, et sans offenser personne ici, c'était la critique la plus importante pour moi. Vous savez, vous êtes importants aussi, mais il est un peu dieu... Je vais emmener cette conversation dans ma tombe. Son opinion représente le monde pour moi.

Les Derniers Jedi

C'est tout simplement l'épisode le plus contesté de toute la saga Star Wars. En 2017, Rian Johnson est chargé de mettre en scène la suite de Le Réveil de la Force. Mais son film, Les Derniers Jedi, divise énormément les critiques et les fans. Certains crient au chef-d’œuvre pendant que d'autres déversent une haine démesurée contre le blockbuster. Il faut dire que Rian Johnson a pris des décisions radicales dans son film, tentant de prendre à contre-courant les éléments construits par J.J. Abrams dans l'épisode précédent.

Kylo Ren (Adam Driver) - Star Wars : Les Derniers Jedi
Kylo Ren (Adam Driver) - Star Wars : Les Derniers Jedi @LucasFilm / Disney

Un non-sens au sein de la trilogie, qui a donc séduit certains et énervé d'autres. Cela n'a pas empêché le film de rapporter plus de 1,3 milliard de dollars au box-office. Comme pour Rogue One, il n'y a pas de citation de George Lucas au sujet de Les Derniers Jedi (ce qui est franchement dommage vu la discorde que crée l’œuvre). Mais l'une de ses représentants, Connie Wethington, a déclaré que George Lucas estimait que Les Derniers Jedi était « magnifiquement bien fait ».

Solo : A Star Wars Story

Solo : A Star Wars Story
Solo : A Star Wars Story @LucasFilm / Disney

En 2018, Ron Howard est sélectionné pour mettre en scène le deuxième spin-off de la franchise : Solo – A Star Wars Story. Mais contrairement à Rogue One, ce nouvel épisode annexe est un four monumental. Les critiques de la presse comme des spectateurs détruisent le film. Alden Ehrenreich, qui prend la suite d'Harrison Ford dans la peau d'Han Solo est très critiqué, et le film échoue au box-office avec seulement 392 millions de dollars de recettes... Pourtant, George Lucas a une certaine affection pour cet épisode, comme le rappelait Ron Howard lors d'une interview sur ComicBook.com :

George Lucas l'a vraiment soutenu. Il est venu visiter le plateau, ce qui est assez rare, mais il l'a fait comme une démonstration de soutien, ce qui était vraiment cool. Et il était vraiment élogieux. Mais il était également très confiant lorsque je suis arrivé. Il affirmait que je comprenais comment maximiser la valeur de divertissement de ces personnages et de ce monde.

L'Ascension de Skywalker

Star Wars : L'ascension de Skywalker
Star Wars : L'ascension de Skywalker @LucasFilm / Disney

Sorti en 2019, L'Ascension de Skywalker venait conclure la trilogie initiée en 2015. J.J. Abrams est de retour derrière la caméra pour tenter tant bien que mal de raccrocher les wagons abandonnés par Rian Johnson dans l'opus précédent. Malheureusement, ce neuvième épisode déçoit à l'unanimité : c'est une conclusion paresseuse, qui n'est pas à la hauteur des attentes. Malgré des avis majoritairement négatifs, le film a néanmoins rapporté plus de 1 milliard de dollars au box-office. Quant aux pensées de George Lucas sur ce dernier film Star Wars en date, elles sont totalement inconnues. Le cinéaste ne s'est jamais étendu sur cet ultime volet, peut-être éreinté de voir l’œuvre de toute une vie conclue aléatoirement par la firme de Mickey. On peut se poser la question, George Lucas est-il toujours heureux d'avoir vendu LucasFilm ?

 

Voir aussi

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Dans "Safe", Jason Statham protège une jeune fille qui a un don pour les chiffres. Le réalisateur a voulu donner un souffle 70's à son film.