Queens : pourquoi Jennifer Lopez a vécu une grosse remise en question après le film ?

Queens : pourquoi Jennifer Lopez a vécu une grosse remise en question après le film ?

"Queens" raconte l'arnaque montée par plusieurs strip-teaseuses menées par Jennifer Lopez. Un drame pour lequel la comédienne et productrice s'est beaucoup investie, et à la suite duquel elle a traversé une grosse période de doute.

Queens : des strip-teaseuses à l'assaut de Wall Street

Troisième long-métrage de Lorene Scafaria après Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare et Ma mère et moiQueens débute à la fin des années 2000. Le film retrace une période de la vie de Destiny (Constance Wu), sur laquelle enquête une journaliste prénommée Elizabeth (Julia Stiles).

Lors de son embauche dans un club de New York, Destiny rencontre Ramona Vega (Jennifer Lopez), strip-teaseuse aguerrie qui la prend sous son aile. Si les affaires marchent bien pour les deux danseuses, elles sont fortement ralenties par la crise financière mondiale. Alors qu'ils débarquaient dans leur établissement par troupeaux, les financiers de Wall Street sont aux abonnés absents.

Queens
Destiny (Constance Wu) - Queens ©Metropolitan Filmexport

Elles décident donc de mettre en place une arnaque visant les traders. L'escroquerie fonctionne à merveille, ce qui les pousse à prendre de plus en plus de risques. Keke Palmer, Lili Reinhart, Lizzo et Cardi B complètent la distribution de ce drame passionnant, dans lequel des entrepreneuses partent à la chasse aux cols blancs.

Un projet important pour Jennifer Lopez

Un film où l'interprète d'I'm Real et Jenny from the Block trouve l'un de ses meilleurs rôles, complexe et touchant, avec celui qu'elle tient dans l'excellent Hors d'atteinteQueens est un projet dans lequel Jennifer Lopez s'est énormément impliquée, acceptant un salaire réduit et occupant également le poste de productrice, comme elle le confie à GQ, ajoutant :

J'ai misé sur moi. (...) Je fais ce que je veux, je fais ce que j'aime.

Queens
Queens ©Metropolitan Filmexport

Le long-métrage fait par ailleurs écho à la vie de l'actrice et chanteuse, puisqu'elle a pendant un temps songé à devenir strip-teaseuse pendant sa jeunesse. À ce sujet, elle explique à W Magazine :

Il y a eu un moment dans ma vie où mes amies, qui étaient aussi danseuses, m'ont dit qu'elles gagnaient des millions de dollars dans des clubs du New Jersey. Elle me disait : 'Tu n'auras pas besoin d'être seins nus'. Ça me paraissait terriblement alléchant, quand j'étais fauchée et que je mangeais de la pizza tous les jours, mais je ne l'ai jamais fait.

Snobée pour les Oscars

Nommée au Golden Globe de la Meilleure actrice dans un second rôle en 2020 pour sa performance, Jennifer Lopez voit le trophée lui échapper et s'incline face à Laura Dern, récompensée pour Marriage Story. Par la suite, alors que son nom revient souvent dans les médias à l'approche des Oscars, la comédienne n'est pas retenue par l'Académie.

Une défaite et une absence que Jennifer Lopez vit difficilement. Dans le documentaire Halftime disponible sur Netflix, la star revient sur cette période et déclare :

Je pensais vraiment que j'avais une chance. J'ai eu l'impression d'avoir déçu toute l'équipe. Ils le voulaient tellement. Pour eux, pour moi. C'est aussi une validation de tout le travail qu'ils ont accompli. (...) J'avais une très faible estime de moi. J'ai vraiment cru à ce qui se disait, que je n'étais pas bonne. Que je n'étais pas une bonne chanteuse, une bonne actrice, une bonne danseuse.

Un passage à vide durant lequel elle peut compter sur le soutien de Ben Affleck, qui assure de son côté :

Elle aurait dû être nommée, elle est excellente. Ce n'est pas génial qu'elle ait eu son plus gros succès à 50 ans ? C'est énorme !

 

Voir aussi

Les Lignes courbes de Dieu : l’auteur a été hospitalisé pour écrire son œuvre

Les Lignes courbes de Dieu : l’auteur a été hospitalisé pour écrire son œuvre

"Les Lignes courbes de Dieu" est disponible sur Netflix. Ce polar sombre prend place dans un hôpital psychiatrique, dont la description est pour le moins fidèle à la réalité puisque l'auteur du roman s'est fait hospitaliser dans un établissement psychiatrique.