Rocky 3 : Sylvester Stallone voulait faire mourir [SPOILER]

Une fin précoce de la saga envisagée

Rocky 3 : Sylvester Stallone voulait faire mourir [SPOILER]

"Rocky 3" aurait pu être un tout autre film, si Sylvester Stallone avait pu mettre en place plusieurs grandes idées abandonnées. Un personnage important est passé à côté de la mort et une personnalité inattendue a été considérée en guest-star.

Sly renfile les gants pour la troisième fois

Après les bons résultats financiers des deux premiers volets, le boxeur Rocky ne pouvait que rempiler pour une troisième aventure, sortie en 1982. Sylvester Stallone revient encore une fois derrière la caméra. Quand Rocky 3 arrive dans sa carrière, il est une immense star du cinéma américain. La franchise va lui permettre de parler de lui et de son rapport à la célébrité. C'est ainsi que le scénario présente le personnage principal couronné de gloire. Ses précédentes victoires l'ont fait grimper au sommet dans sa discipline. Tout le monde connaît Rocky Balboa mais une lourde défaite infligée par Clubber Lang (Mr. T) va le faire se remettre en question. Alors qu'il était sur le point de prendre sa retraite, Rocky va entamer une remise en forme pour revenir au top.

Rocky 3
Rocky 3 ©MGM

Le pape en guest-star ?

Lorsqu'il préparait Rocky 3, Sly a dévoilé, lors d'une interview chez Roger Ebert, avoir envie d'inclure le pape Jean-Paul II durant une dernière partie folle qui se déroulerait à Rome !

Pouvez-vous l'imaginer ? Rocky dans le Colisée ? Le dernier gladiateur ? Et, pour s'entraîner, sur les Spanish Steps (sur la Piazza di Spagna) ? Et, Rocky étant très religieux, imaginez-le à l'intérieur de la Basilique St Pierre ? J'essaie de travailler sur une entrevue avec le Pape. Je ne sais pas. Peut-être avec le vrai, s'il le veut. Sinon, avec un autre Pape.

On aurait aimé avoir un tel dernier acte, avec toute cette symbolique qui aurait renforcé la légende Rocky. À notre connaissance, ça aurait été l'unique fois où Jean-Paul II serait apparu au cinéma. Mais vous vous doutez bien que la faisabilité d'une telle collaboration tutoie l'impossible. Néanmoins, si Stalonne avait pu arriver tourner cette fin, on aurait pu citer un grand commentateur français : "Je crois qu'après avoir vu ça, on peut mourir tranquille."

Le jour où Rocky a failli mourir

Rocky 3 aura trois suites supplémentaires, puis un nouveau chapitre sera ouvert avec les Creed. Or, le personnage central aurait pu ne jamais en arriver à ce stade. Lors d'une autre interview pour Roger Ebert, Sylvester Stallone a avoué qu'il avait songé à faire de cet opus une conclusion. Si l'acteur/réalisateur/scénariste avait eu le courage d'aller au bout de ses idées, Rocky serait mort.

Je pensais à l'origine à quelque chose de grandiose - le Colisée et tout - mais Rocky 3 devait se terminer par plus qu'un combat. Cela devait achever un cycle complet, la vie de Rocky. La façon dont je l'imagine après le combat est qu'il rentre chez lui dans un taxi. Après que le rugissement des gens qui scandent "Rocky !" a résonné dans ses oreilles, il tombait et mourait.

Cette conclusion aurait alors empêché d'avoir tout le reste et nous serions passés à côtés de bons moments de cinéma. En particulier à coté du très beau Rocky Balboa, long-métrage teinté de mélancolie qui n'aurait d'ailleurs pas dénoté comme point final à la trajectoire du personnage.

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.