Rodrigo Sorogoyen (As bestas) : "Depuis El reino, je ne veux faire que des films politiques"

Rencontre avec un grand cinéaste européen

Rodrigo Sorogoyen (As bestas) : "Depuis El reino, je ne veux faire que des films politiques"

Avec "As bestas", Rodrigo Sorogoyen réalise un grand thriller, où Denis Ménochet et Marina Foïs incarnent un couple de français partis s'installer dans la campagne galicienne, en Espagne. À la fois western contemporain et chronique sociale, on a rencontré le cinéaste espagnol pour en savoir plus.

Rodrigo Sorogoyen, maître espagnol du thriller

À 40 ans, avec six longs-métrages au compteur, le réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen fait déjà partie des grands cinéastes européens de notre époque. Après les films El reino et Madre, ainsi que la série Antidisturbios, trois productions très remarquées, son nouveau thriller As bestas est dans les salles de cinéma depuis le 20 juillet 2022.

As bestas raconte, avec un ton de western néo-noir, l'installation de deux français, Olga et Antoine, comme cultivateurs dans la campagne galicienne. Là, ils se heurtent à l'hostilité grandissante des locaux. Le couple, incarné par Denis Ménochet et Marina Foïs, en plus d'être victimes d'une xénophobie "ordinaire", prend par ailleurs des risques en s'opposant à l'installation de nouvelles éoliennes sur les terres du village... La tension va monter subtilement, jusqu'à l'explosion.

Rencontre

Pour votre nouveau film, As bestas, vous offrez les premiers rôles à Marina Foïs et Denis Ménochet. Pourquoi ce casting ?

Rodrigo Sorogoyen : Avant Jusqu'à la garde, un film incroyable, Denis Ménochet était déjà dans mon radar. Pour As bestas, je n'y ai pas pensé tout de suite, parce qu'il était trop jeune. Dans le film, Antoine est grand-père. Donc ça m'était difficile de l'imaginer dans le rôle. Mais tous mes amis me disaient : "Tu dois le prendre, il est génial !". Je répondais : "Oui, il est génial, mais il est pas dans le bon âge."

Finalement, on l'a choisi, parce qu'il a cette présence, cette brutalité, cette force... Le titre c'est As bestas, donc c'est littéral sur ce point, mais il a aussi cette fragilité, une sensibilité qu'on devine dans ses yeux, de la tendresse, des choses que je recherchais absolument.

As bestas
Antoine (Denis Ménochet) - As bestas ©Le Pacte

Pour Marina Foïs, tout part de Polisse de Maïwenn, un film que j'adore, qui m'a rendu dingue. Quand j'ai commencé à réfléchir au personnage d'Olga, je me suis souvenu de cette femme dans Polisse, petite, avec le visage très dur - je ne me souvenais pas de son nom -, et une force incroyable. On s'est rencontrés, on a parlé de cinéma, j'ai vu qu'elle était très intelligente, donc ça s'est fait facilement.

As bestas a l'allure d'un grand western contemporain, et à ce titre il semble poser aussi la question de la frontière. Celle qui délimite les territoires, qui divise et oppose les humains, les cultures, les époques. D'où le choix de placer deux français en terre espagnole ?

C'est intéressant, parce qu'en parlant avec les journalistes je me rends compte de certaines choses seulement maintenant. J'apprends beaucoup (rires) ! As bestas parle de plusieurs choses. C'est une histoire d'amour. Mais c'est aussi un film sur la xénophobie, sur l'écologie, sur l'immigration. Et c'est vrai que tout ça tend vers le concept de frontière, et de ce qu'on en fait au cinéma. Je suis totalement d'accord avec ça.

La France et l'Espagne ont une frontière naturelle, ce sont deux pays frères avec des sensibilités proches. Il y a une fraternité, mais avec des différences, des rapports curieux, intenses, délicats parfois. Le choix de prendre des personnages français, c'est bon pour le conflit au coeur du film, et le traitement du sentiment d'infériorité qu'il peut y avoir en Espagne et celui de supériorité qu'il peut y avoir en France.

Parfois, la France regarde de haut, et l'Espagne d'en bas. C'était donc très pratique pour l'histoire d'As bestas.

As bestas est un thriller avec des enjeux sociaux concrets. On parle d'Olga et d'Antoine, mais aussi de la société d'aujourd'hui et d'individus en lutte. Notamment dans leur rapport au projet de parc éolien.

Il y a une dénonciation dans le film. Il y a une fibre sociale. Il y a toujours eu cette fibre dans mes films, mais c'est seulement après El Reino que j'en ai pris conscience et que j'ai décidé de ne faire plus que des films politiques. Dans des genres différents. El Reino est un film politique d'un certain genre, As bestas en est un autre. Peut-être que ça m'est venu tout seul, au début, mais maintenant c'est une règle consciente.

As bestas
Olga (Marina Foïs) - As bestas ©Le Pacte

Isabel Peña (sa co-scénariste, ndlr) et moi sommes des urbains. De purs madrilènes, on y habite, et même si la ville me fatigue, j'y habite. Pour faire un film, il faut faire des recherches, des enquêtes, rentrer dans un monde qu'on ne connaît pas. Pour As bestas, c'est le monde de la campagne et de la montagne. Par exemple, on a écouté, on a appris, on a compris certaines choses sur l'éolien. Ce qu'on en savait, c'est que c'était génial, et que ce n'était que quelques "moulins" dans le paysage. Mais depuis 2010-2015 , il y en a eu une exploitation incroyable, pour moi horrible, un exemple de capitalisme totalement sauvage, sans aucun souci ni amour de la terre. On s'est dit que cet élément devait absolument apparaître.

Je ne me définis pas comme un activiste, mais quand on entre en contact avec un sujet dont on ressent qu'il faut parler, et qui vient nourrir le drame du film, c'est idéal.

Aviez-vous des références, des films en tête au moment de faire As Bestas ?

Il y a évidemment Les Chiens de paille, une référence qui est arrivée très tôt dans la conversation. D'habitude, on revient à des films qu'on connaît, mais uniquement en début de développement. Avec Isabel, on s'est vite dit "ah ce serait comme si dans Les Chiens de paille le personnage de Dustin Hoffman...", et pour moi c'était une idée géniale. Mais je préfère éviter au maximum de penser activement à d'autres films.

Certaines références sont déjà là, dans la tête, on ne peut pas y échapper. Mais si on y pense trop, et si on s'autorise une référence délibérée, je crois que ça peut devenir une copie, et ça j'en ai très peur. Je préfère en rester à l'inconscient, et essayer d'être le plus original possible.

Vous écrivez avec Isabel Peña tous vos films. Quelle place occupe le scénario dans votre processus de création ?

Pour moi, le scénario est quasi sacré. Il faut cependant être ouvert, un film doit être vivant et peut occasionner des changements. Au montage, c'est le moment où tout peut changer, où on peut presque faire ce qu'on veut. Mais je suis très respectueux du travail effectué avec Isabel. J'adore les scénarios qu'on écrit,  et je peux changer des choses, mais la plupart de ce qui est écrit fonctionne du premier coup, et on le voit à l'écran comme c'était écrit.

Pendant le tournage, je peux changer des petites choses, quelques lignes, des mises en scènes qui en fait ne fonctionnent pas. Mais c'est la preuve qu'on a beaucoup travaillé avant, et que le scénario le permet. Au montage, je voudrais me tenir strictement au scénario, mais ça n'arrive quasiment jamais. Pour As bestas, ça a été très dur, j'ai vraiment eu beaucoup de mal, jusqu'au moment où on a "trouvé" le film.

Il y a une très belle scène de confrontation entre Olga et la mère de Xan et Lorenzo. Peut-être la plus importante du film ?

C'est une scène que je pense être évidente. C'est comme un manifeste. C'est une scène-clé, où on comprend tout le film. À l'origine, au scénario, Olga venait demander de l'aide pour les recherches, et c'était une scène assez violente. Mais on s'est rendus compte que cette femme n'est pas violente, que ce sont les hommes qui le sont. Donc on a trouvé cette idée d'une proposition d'aide, une démarche pacifique. Elle dit : "Moi, je suis là pour t'aider". Et c'est bien de finir comme ça.

 

Voir aussi

Amanda Seyfried regrette profondément les scènes de nu de son début de carrière

Amanda Seyfried regrette profondément les scènes de nu de son début de carrière

Révélée très jeune grâce à des films comme "Lolita malgré moi" et "Alpha Dog" ainsi que la série "Veronica Mars", Amanda Seyfried garde des souvenirs compliqués de son début de carrière.