ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Rush Hour 2 : Brett Ratner a tourné une scène culte de Chris Tucker en cachette

Rush Hour 2 : Brett Ratner a tourné une scène culte de Chris Tucker en cachette

"Rush Hour 2" est une suite réussie du premier du nom. Fort en scènes marquantes, l'une d'elle n'aurait jamais dû être dans le film sans la roublardise du réalisateur Brett Ratner.

Rush Hour 2 : on prend les mêmes et on recommence

Au moment d'associer, à l'affiche de Rush Hour, Chris Tucker (Jackie Brown, Le Cinquième élément) et Jackie Chan (The Karate Kid, Kung Fu Panda), personne ne sait vraiment si c'est une bonne idée ou un coup d'épée dans l'eau. Sur le tournage, c'est compliqué pour le maître des arts martiaux qui a du mal avec la langue de Shakespeare. Pourtant, il y a un rythme effréné et une alchimie entre les deux d'acteurs qui finissent même par devenir amis à la ville.

Après que le film a amassé plus de 240 millions de billets verts au box-office mondial, la question de la bonne idée ne se pose plus et seule celle du lancement de la suite fait sens. Brett Ratner rempile derrière la caméra pour ce Rush Hour 2 qui sort en 2001, soit 3 ans après le premier.

Rush Hour 2
Rush Hour 2 ©New Line Cinema

Dans une certaine logique, on prend ici la même formule que le premier en lui faisant faire un virage à 180°. Ce n'est donc plus le Chinois qui se retrouve perdu en Amérique, mais au tour de l'Américain de se sentir paumé à Hong Kong. L'agent Carter (Chris Tucker) y rejoint en effet son ami l’inspecteur Lee (Jackie Chan) pour ce qui, au départ, doit être des vacances relaxantes et loin de toute violence. C'est sans compter sur l'explosion d'une bombe à l’ambassade américaine. L'attentat tue deux agents des douanes qui travaillaient sur une histoire de trafic de faux billets. L'enquête est confiée à Lee qui traîne Carter avec lui pour découvrir la vérité. L'aventure va les mener de Hong Kong à Los Angeles en passant par Las Vegas, et placer sur leur route la terrible Hu Li (Zhang Ziyi), intrépide spécialiste en arts martiaux à la solde des Triades.

Le succès du premier film n'était pas un accident, c'est bien ce que confirme ce deuxième épisode qui fait encore mieux que lui avec $347 millions de recettes dans le monde. Si Rush Hour 2 contient des scènes d'action et de combat époustouflantes, c'est un autre passage volé par le réalisateur qui a marqué les spectateurs.

Hi-hiii (vous comprendrez après)

Chris Tucker n'a jamais caché son admiration pour Michael Jackson (maintenant vous comprenez). D'ailleurs, dans la première scène du premier Rush Hour, alors qu'il vient de faire exploser une voiture en pleine ville au milieu de la nuit, il effectue quelques pas de danse empruntés au roi de pop.

Le deuxième épisode lui offre une nouvelle occasion de montrer ses talents d'imitateurs autant que de prouver à nouveau son amour pour le chanteur. Menant l'enquête dans un bar-restaurant assez chic de Hong Kong, on y découvre un homme massacrant la chanson Don't Stop Til' You Get Enough. L'inspecteur Carter a les oreilles qui saignent et décide d'aller lui-même laver l'affront fait à Jackson en reprenant la chanson à son tour.

Il n'y a rien à dire, Chris Tucker est un fabuleux danseur et imite le king à la perfection. Sauf qu'il avait refusé d'être filmé par Brett Ratner quand il effectuait ses pas...ce qu'à fait le réalisateur en cachette, demandant à son cameraman de laisser tourner la caméra entre les prises. La chorégraphie que l'on voit finalement à l'écran n'était supposée qu'être une performance offerte par le showman Tucker aux figurants présents ce jour-là.

Finalement, l'acteur accepte que le passage apparaisse dans Rush Hour 2, pour le plus grand bonheur de tous. Une décision récompensée quelques jours après la sortie du film par un coup de téléphone de Michael Jackson qui l'invite sur le clip de la chanson You Rock My World. Comme quoi, ça valait le coup de laisser la scène.

 

Voir aussi

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

On se penche sur "Le Tigre blanc", le nouveau film de Ramin Bahrani. Une nouveauté Netflix et une adaptation du livre de l'auteur indien Aravind Adiga pour raconter une ascension sociale à la fois drôle et cruelle.