ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Sam Hargrave (Tyler Rake) : "on savait qu'il y aurait des comparaisons avec John Wick"

Sam Hargrave (Tyler Rake) : "on savait qu'il y aurait des comparaisons avec John Wick"

Produit et écrit par les frères Russo, "Tyler Rake" est réalisé par Sam Hargrave. Si l'action du film est impressionnante, elle lui doit beaucoup, lui qui s'est fait un nom en assurant et coordonnant les cascades de grosses productions. Il est revenu pour nous sur la course-poursuite de Tyler Rake, la différence de son héros avec John Wick, mais aussi sur ce qu'il a passé du film de Quentin Tarantino... Entretien.

Sam Hargrave était jusque-là méconnu du grand public, mais il est depuis ses débuts en 2003 une référence dans le milieu des cascadeurs et chorégraphes de combats. Stunt double, first choreographer, stunt coordinator, mais aussi assistant réalisateur ou réalisateur de seconde équipe, il avait le désir depuis longtemps de passer à la réalisation d'un gros projet. C'est chose faite avec Tyler Rake (notre critique ici), actioner bouillant et brutal actuellement sur Netflix. Nous avons pu nous entretenir avec lui au téléphone.

C'est votre premier long-métrage en tant que réalisateur, après avoir été à la fabrication de l'action de beaucoup de grosses productions. Comment le projet Tyler Rake a-t-il commencé ?

Durant les années où j’ai travaillé avec les frères Russo pour la coordination des cascades, j’ai souvent parlé avec Joe de mon désir de réaliser un film, et un jour il arrivé avec un script qu’il pensait être le bon pour être mon premier projet.

Veux-tu le lire ? Bien sûr que je vais le lire !

J’ai adoré l’histoire, l’action était bien écrite, avec beaucoup de potentiel. Mais ce qui m’a vraiment convaincu a été le personnage de Tyler Rake, sa personnalité, et de devoir raconter cet aspect touchant dans une production d’action musclée à gros budget. Ça a été nouveau pour moi, et je dois remercier Chris Hemsworth à ce sujet, parce que bien sûr j’étais prêt pour l’action, mais peut-être d'abord plus concentré sur les autres aspects plus personnels du film. Il m’a dit « Hey, n’oublie pas pourquoi t’es ici ! », pour me rappeler les enjeux et que mon savoir-faire était de fournir la meilleure action possible.

À ce sujet, il y a une séquence de course-poursuite impressionnante, un plan-séquence où la caméra passe de l'extérieur à l'intérieur de la voiture, comment avez-vous fait ?

Sur le papier, cette séquence était massive, dans l’idée d’une course-poursuite façon Jason Bourne, vraiment très ambitieuse. Je me suis dit qu’on n’avait pas le temps ni les ressources pour  concurrencer ce type de franchise, il fallait donc trouver un style unique qui allait faire la différence. L'enjeu ne porte pas tant sur les combats et leurs mouvements, mais plutôt sur la perspective, le cadre, et comment on va placer la caméra pour rendre ce moment unique. Pour cette scène, on s’est montrés assez créatifs en trouvant un moyen de toujours garder la caméra en action, à la main, durant la poursuite.

Pour que la poursuite reste intéressante, il faut garder la perspective des personnages, et comment le faire si on est hors de la voiture ? Pour éviter le format classique d’alternance des coupes à l’extérieur et à l’intérieur de la voiture, j’ai dû plonger par la vitre arrière de la voiture tout en gardant la caméra à la main. Et puis ensuite il fallait ressortir de la voiture ! C’était clairement un des plus gros défis de ce film.

Chris Hemsworth est très convaincant dans le rôle. Est-ce qu'on a un concurrent à John Wick ?

Je connais Chris depuis plusieurs années, et on s’est rapprochés avec Tyler Rake, c’est un mec bien mais aussi un professionnel et un collaborateur idéal. Il n’est pas simplement là à attendre, faire sa partie et rentrer chez lui, il restait tard avec l’équipe des cascades pour répéter encore, il bossait le week-end pour les lectures avec les autres acteurs, il s’implique entièrement. Je suis très reconnaissant d’avoir un tel partenaire pour faire des films !

On a eu beaucoup de discussions sur la manière dont on voulait différencier Tyler Rake de John Wick, on savait qu’il y aurait des comparaisons. En surface, il y a des similitudes, comme son attitude réservée par exemple, alors on a essayé de rendre plus visibles les blessures, les failles dans son armure. Je crois qu'il a cette différence qu’au début de l’histoire il ne se soucie pas de ce qui peut advenir, des autres et de lui-même, pour ensuite commencer à changer. C’est ce qu’on a essayé d’explorer dans ce film.

Tyler Rake

Vous avez pu compter sur un beau casting autour de Chris Hemsworth, avec notamment Golshifteh Farahani et David Harbour.

Tout le casting a été fantastique, sans eux il n’y avait pas de personnages, et l'important n'est pas la taille des rôles, mais que tout soit bien fait. David est venu pour trois jours seulement, son rôle n’est pas très étendu mais il y a apporté une expérience et une dynamique unique. C’est un privilège de pouvoir travailler avec quelqu’un de si talentueux. Il peut apporter quelque chose de différent à chaque prise, ce qui donne beaucoup de matière pour le réalisateur et le monteur.

Pour Golshifteh, elle est importante dans l’histoire, c’est elle qui recrute Tyler Rake, et elle est là tout le long de l’aventure. Golshifteh a une force, une stature féminine unique, et son personnage est un peu comme Tyler, il y a une vulnérabilité, sous la surface…

En tant que réalisateur et stuntman, qu'avez-vous pensé de Once Upon a Time in... Hollywood ?

J’ai trouvé que c’était un film très beau, et très chaleureux, Quentin Tarantino a fait un choix très cool avec cette relation entre un acteur et sa doublure. C’est un type de relation parmi d’autres, il y a beaucoup d’autres types de relation dans ce métier (rires), mais c’était vraiment bien mis en valeur. C’est un peu comme dans la série The Fall Guy et son thème qui dit « cause I'm the unknown stuntman who made Eastwood look so fine". En tant que cascadeur, vous êtes au centre de l’action, mais personne n’est vraiment au courant !

Je ne fais pas le métier de stuntman pour les récompenses et les distinctions, je le fais parce que j’aime ça, je l’ai déjà fait gratuitement et je le referai ! (rires). J’adore ça, j’aime la nature artistique des chorégraphies, et tous les défis qui viennent avec.

Vous retenez un moment particulier du tournage de Tyler Rake ?

Je dirais que c'était à la fin d’une longue séquence, nous étions prêts du pont et Chris faisait sa toute dernière prise. Il y a eu à la fin un sentiment d’achèvement et de soulagement, et voir la réaction des gens qui vivaient ici et qui nous suivaient depuis plusieurs jours, c’était vraiment très joyeux, une très belle énergie. Quand Chris a terminé, ce n’était pas seulement l’équipe qui applaudissait, mais des milliers de personnes, il était comme une rock star ! C’était assez inoubliable.

 

Propos recueillis et traduits de l'américain par Marc-Aurèle Garreau.